Shaft

V.I.P
  • Compteur de contenus

    2 800
  • Points

    17 
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    80

Shaft a gagné pour la dernière fois le 17 mai

Shaft a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

250 Excellente

1 abonné

À propos de Shaft

  • Rang
    Savant fou elfique
  • Date de naissance 27/01/1986

Mes informations

  • Sexe
    Masculin
  • Localisation
    Séquestré chez Sand
  • Intérêts
    Animes, mangas, LN, musique, espèce humaine et Sandyh

Visiteurs récents du profil

10 533 visualisations du profil
  1. Année de production : 2017 Studio : feel. Genre : école, romance Durée : ? épisodes de 24 min Synopsis : A la rentrée en 3e année de collège, Kotarou Azumi et Akane Mizuno se retrouvent dans la même classe pour la première fois. Akane fait partie du club d’athlétisme tandis que Kotaro est le président du club de littérature. Il adore les livres et a pour ambition de devenir un écrivain. Les deux forment un couple assez improbable, et cet amour bourgeonnant sera soumis à diverses épreuves. Avis personnel : En général chaque saison j’aime bien avoir une romance à suivre, même quand il s’agit d’un shoujo assez classique. Après le sulfureux Kuzu no Honkai de la saison dernière, Tsuki ga Kirei constitue une véritable bouffée d’air frais. Le style graphique est assez particulier, notamment les silhouettes cerclées de blanc. Les décors ne sont pas toujours du plus bel effet et on sent un studio nouveau qui quelque part se cherche. Mais curieusement, la romance entre ces deux adolescents est tellement douce voire maladroite qu’on en redemande. Kotaro est vraiment touchant quand il se met à boxer le cordon de l’interrupteur de la lumière en pensant à Akane. :d C’est une romance assez douce, classique mais touchante. J’apprécie grandement chaque épisode entre 2 facepalms. :P Et il y a quelques insert songs bien sympathiques, notamment dans l’épisode 3. Personnages principaux : Akane Mizuno, une athlète timide qui ne peut se passer de sa mascotte antistress. Kotarou Azumi, un passionné de littérature tout timide également Chinatsu Nishio, une amie d’Akane Takumi Hira, le président du club d’athlétisme Trailer : https://www.youtube.com/watch?v=_1XAYtCsFTQ
  2. Voilà ma petite Saber en photos avec sa grande soeur :coeur2: :
  3. Voilà mes colis du jour : Le gain de mon concours Li-Novel. Quelques LN : Et enfin ma petite Saber trop chou :happywalk:
  4. Année de production : 2017 Studio : G.CMay Animation & Film Genre : action, aventure, comédie, jeu video Durée : 12 épisodes de 24 min Synopsis : Dans le MMO Glory, Ye Xiu est considéré comme l’un des meilleurs joueurs professionnels et un modèle à suivre pour de nombreux aficionados du jeu. Cependant, pour différentes raisons, il est viré de son équipe. Après avoir quitté le monde des gamers pro, il trouve du travail en tant que manager dans un cybercafé. Quand Glory lance son 10ème serveur, il décide de se lancer de nouveau dans le jeu. Fort de ses 10 ans d’expérience et avec l’aide d’une arme créé sur mesure, il entame son retour triomphant vers les sommets. Avis personnel : On a parfois une perle qui débarque de nulle part, c’est un peu ce qu’est Quan Zhi Gao Shou. Il s’agit d’une production chinoise en langue chinoise dans un environnement de type MMO. Par contre contrairement aux SAO ou autres Log Horizon, il s’agit juste d’une vue du joueur à l’intérieur du MMO. On aperçoit parfois le joueur devant son PC avec un casque aux oreilles en train de pianoter sur son clavier mais ces plans sont en général assez courts. Cette approche permet également de s’attarder sur l’IRL de Ye Xiu et de faire le lien avec la réalité qui est parfois cruelle. Techniquement, l’animation est de bonne qualité, particulièrement les combats qui frappent par leur réalisme et leur intensité. Bon ensuite tout n’est pas parfait pour autant, certains plans CGI, notamment de la salle du cyber-café laissent clairement à désirer. Mais globalement, ces scènes sont assez fugitives et n’empêchent pas d’apprécier le reste de l’histoire. Cette aventure dans un MMO chinois est une excellente surprise, je ne m’attendais pas à voir les studios chinois à un niveau pareil. On ne peut qu’apprécier l’apport de ce sang nouveau dans le monde de l’animation. Personnages principaux : Ye Xiu, le pro gamer qui reprend son jeu favori de zéro Su Mucheng, une amie de Xiu et une célèbre gameuse de l’équipe « Excellent Era » Cheng Guo, la propriétaire du cybercafé où Xiu travaille Tang Yu , une jeune fille qui se met à Glory après avoir perdu contre Ye Xiu Trailer : Opening :
  5. *tousse tousse* Elle l'a juste cité dans ses préférés Ed. Tu peux te recoucher. :d
  6. Je n'ai pas pensé aussi loin mais ce n'est pas bête comme idée. :d Je te rejoins un peu Sand. Pour les descriptions par contre je n'ai eu ce sentiment en écrivant mais j'ai l'impression d'avoir surtout décrit des scènes d'action au final. Pour ce qui est de l'humour, ce n'est pas forcément évident de toujours en caser, et celui-ci n'est pas nécessairement intéressant. En tout cas je sens qu'il manque un truc à ce chapitre, mais je n'ai pas l'impression de l'avoir "raté" techniquement plus que ça, c'est un peu paradoxal.
  7. Bienvenue ! :hello: Sympa la présentation de gamer/jdr. :) Quelle est fille préférée dans Keijo ? Tu mets qui dans ton top 5 waifus ? As-tu déjà assisté à une convention ? Lis-tu des light novels ?
  8. Bienvenue sur OA :coucou As-tu déjà assisté à des conventions ? Est-ce que tu comptes faire la Japan Expo cette année ? Si tu devais faire un top 10 animes, tu y mettrais quoi dedans ? Lis-tu des light novels ? N'hésite pas pas à passer sur la shoutbox. :hai
  9. Pourquoi se cantonner à un seul surnom ? :d
  10. J'aurais juré voir un t-shirt YOI, je me demande si Sora l'a déjà dans sa garde robe. :d
  11. Au final, Youjo Senki a un scénario assez original bien que pompé une fois encore sur la première guerre mondiale. Mention spéciale comme le mentionne Kimo à l’opening et l’ending qui sont vraiment sympas, surtout Los Los Los. On suit les aventures d’une loli carriériste pour le moins psychopathe qui fait néanmoins parfois les frais des décisions de ses supérieurs hiérarchiques. En effet, cette héroïne de guerre est constamment envoyée sur le front et cette mystérieuse existence X ne peut s’empêcher d’influencer sur sa destinée. C’est assez vivant, on n’a pas trop le temps de s’ennuyer car on passe de conflit en conflit entre deux réunions des haut gradés sur la stratégie. Par contre, ce que je trouve plutôt dommage c’est la qualité des dessins. Là où on a droit à un excellent illustrateur pour le LN, on des visages totalement déformés dans l’anime. Pour Tanya, cela passe encore vu que sa grosse tête est souvent déformée par des sourires plus ou moins sadiques. Mais pour sa subordonnée franchement le rendu est assez hideux.
  12. J’aime beaucoup le personnage de la rivale un peu fofolle, Elf Yamada. Son arrivée met vraiment du piment dans l’histoire. Bon ensuite effectivement, cela commence à faire beaucoup de lolis même si celle-là est un peu plus vieille que Sagiri sur le papier, à défaut d’être plus développée. :joysiffle: Je me demande ce qui finira par forcer Sagiri à aller à l’école, dans l’hypothèse où elle finit par quitter sa chambre. Car là mine de rien, son périmètre d’action est assez réduit, ce qui la confine plus ou moins au rang d’égérie kawaii qui répète un peu les mêmes actions.
  13. Curieusement, malgré le temps qu'il a mis pour sortir, je trouve ce chapitre assez moyen. J'ai relu vite fait, il doit rester des fautes. --------------------------------------------------------------------------------------- Chapitre 13 : La menace se précise Syel se rapproche alors de la jeune fille et sans prévenir lui donne deux claques qui la laissent à moitié sonnée. « Du calme, cela ne sert à rien de paniquer. Le royaume peut attendre. Par contre plus grave, regarde ! Tu viens de réveiller Sandy ! Je ne peux plus contempler le seul moment de la journée où elle est adorable… » Sandy assise dans le lit se frotte les yeux et commence déjà à réclamer le petit déjeuner. Syel soupire et puis enfile vite fait ses habits de mercenaire. « Soyez sages, je vais chercher quelque chose de consistant à manger. » Sans attendre de réponse, elle referme la porte derrière elle et descend négocier avec l’aubergiste une bonne collation pour la princesse et son « nyanko ». « Atchoooooouuuu ! » Le courant d’air fait éternuer la jeune fille au ruban dans les cheveux qui réalise soudainement qu’elle ne porte qu’une culotte. Gênée, elle dissimule sa poitrine avec ses bras avant de finalement opter pour le lit de Syel. Elle s’enfouit complètement sous les couvertures jusqu’à ne former qu’une bosse contre le mur. Syel revient avec un plateau copieusement garni. Elle dépose délicatement les écuelles remplies de soupe brûlante sur la petite table en bois au milieu de la pièce. Le fumet de la viande qui surnage au milieu des légumes décide leur invitée à sortir sa frimousse du drap. La nekoknight pose le plateau sur la table ronde au centre de la pièce. Les yeux de Sandy semblent parcourus par une lueur féroce, elle s’empare d’une écuelle qu’elle attaque avec empressement. La jeune fille aux cheveux argent tente de l’imiter mais se voit interrompue par Syel qui la frappe sur les doigts avec une cuillère en bois. « Ara ara et les bonnes manières mademoiselle ? Nous ne savons même pas qui tu es, nous t’avons secourue par miséricorde et tu veux en plus te remplir l’estomac à l’œil ? » « GARGLLLLLOOOOOUUUGGGLLLL. » Un gargouillis sonore vient répondre à l’interrogation de la neko. L’invitée rougit comme une pivoine et répond avec un air gêné. « Enchantée de faire votre connaissance, j’ai beaucoup de surnoms mais les gens proches de moi m’appellent généralement Kimo. J’aime m’empiffrer de cookies et je déteste les portes en verre. » Kimo s’incline après cette déclaration, toujours comme empaquetée dans les couvertures. « C’est bien Kimo, gentil nyanko ! » Sandy lui tend une écuelle de soupe et en profite pour lui caresser les cheveux. Syel soupire, dissimule un léger sourire et se sert à son tour. Des couleurs reviennent sur des visages revigorés par la nourriture chaude. « Alors que disais-tu à ton réveil ? Tu parlais d’un complot et de criminels je crois ? » « Oui, j’ai utilisé ma magie pour interroger l’âme du bandit et j’ai pu apprendre qu’il appartenait à une puissante organisation criminelle baptisée Okami. Ils veulent répandre une mystérieuse drogue blanche pour semer le trouble dans le royaume. » « A ton âge savoir utiliser une magie spirituelle aussi puissante… Je ne détecte pas de mensonge pourtant dans tes mots, le rythme de ton cœur est stable. » « Wow mon nyanko sait utiliser une magie antique oubliée, la classe ! » « Est-ce que tu saurais nous mener à leur repaire ? » « Je pense que oui, je dispose des mémoires de mon agresseur. Le quartier général de l’organisation est située dans la forêt un peu plus loin sur le territoire de Pina. » « Cool de l’action ! Mes muscles commençaient à se rouiller. Allons apprendre à ses bandits ce qu’il en coûte de s’attaquer à mes possessions Syel ! Dis oui s’il te plaît… » Sandy fait une moue adorable, les yeux légèrement embués dans le but de faire céder sa servante. Syel ne peut s’empêcher de soupirer. Cette situation l’inquiète mais elle ne pouvait pas exposer la princesse à un aussi grave danger. Elle est après tout responsable de sa sécurité. Mais lisant la détermination dans son regard, elle sait très bien qu’il sera impossible de lui faire changer d’avis, à ce garçon manqué obsédé par les batailles. Il vaut mieux la garder dans son champ de vision que de laisser la princesse en faire à sa tête. « Très bien, mais promets-moi d’être prudente et de ne pas foncer tête baissée dans la bataille. » Le sourire rayonnant de Sandy en réponse à ces mots semble venir du royaume des cieux. Syel et Kimo retiennent leur souffle à la vue de ce sourire angélique d’une déesse sadique des champs de bataille. « Allons récupérer nos vêtements secs et nous partirons en repérage de leur quartier général dans la forêt. » Une fois équipées, sans perdre de temps, les trois femmes quittent le petit nid douillet de l’auberge et se dirigent vers la forêt d’Arach. Traversée en son centre par le fleuve Jubil, c’est une grande forêt à la végétation luxuriante qui sépare les royaumes de Floréas et de Pina. « Es-tu sûre que tu veux venir avec nous Kimo ? Tu peux encore faire demi-tour tu sais. Il n’y a pas de mal à ça, nous serons peut-être trop occupées à nous défendre pour t’aider dans le feu de l’action. »« Vous avez besoin de moi pour trouver leur repaire je vous rappelle… » « Ahlala ah oui c’est vrai j’oubliais complètement.. Hahaha que je suis bête ! » « La nyanko est définitivement plus intelligente que sa blonde maîtresse. Par contre, d’après tes indications on est encore loin du but. Je vais lancer un sort pour que nous voyagions un peu plus vite. » « SAD RESNU REPROK NEDREW TCIEL EIW ENIE REDEF NEZNAT MI DNIW. » Un courant d’air souffle autour du corps de Syel. Ses pieds ne sont même plus en contact avec le sol. Elle assomme Sandy d’un coup précis à la nuque et la balance comme un sac de patates sur son épaule droite avant de tenir une petite Kimo toute tremblante par la taille de son autre bras. « Accroche-toi fermement à moi le nyanko. » « Je ne suis pas le nyanko, j’ai un nom je m’appelle Kimo et… » Ne laissant pas le temps à la jeune fille de finir sa phrase, Syel s’élance, rapide comme le vent. Malgré la charge des deux jeunes filles, elle monte le long d’un arbre gigantesque à l’orée du bois à la force de ces jambes. Arrivée au niveau des branches colossales d’un arbre millénaire, elle saute avec une agilité stupéfiante de branche en branche. S’arrêtant de temps en temps pour laisser respirer une Kimo dont le visage vire au vert par moment, elle s’approche progressivement du but. Après deux heures de ce moyen de transport peu conventionnel, elle perçoit au loin un bâtiment dans une clairière. Un bras du fleuve Jubil passe non loin de l’habitation. Deux bateaux sont arrimés là où le fleuve est moins tumultueux. Elle décide de couper son effort et se rapproche du sol, déposant précautionneusement les deux jeunes filles. Tandis que Sandy semble reprendre connaissance, Kimo tient son ventre et ne peut s’empêcher de vomir son petit déjeuner. Au cœur de l’entrepôt, Le Rieur fait les cents pas. Il n’a pas eu de nouvelles d’un de ses hommes de main envoyés la veille. Un mauvais pressentiment l’assaille. Et si son plan avait fuité ? Puis soudainement, il s’arrête net et commence à ruminer entre ses dents. « Cela ne sert à rien de s’inquiéter. Les fondations sont en place. Il ne reste plus qu’à enclencher la phase deux du plan. C’est un peu tôt mais tant pis. Les malheureux ! HAHAHAHAHA ! » ************************************ Pendant ce temps dans la ville de Callune, les membres de Love Lolis rentrent en ordre dispersé à l’auberge afin d’éviter d’attirer l’attention de la garde locale. En effet c’est une question de minutes avant que le feu de ce bûcher improvisé ne rameute les soldats du comte. Dans la main de Shaft, un cristal s’agite, son éclat gagne en intensité. « Etrange, depuis cette rencontre avec l’homme qui nous a agressés, le mana du dragon semble vouloir se libérer de l’emprise la pierre où je l’ai scellée. » Un bruit résonne à intervalles réguliers à travers la cité de verre, à la manière d’un gong géant. Lilu avec son ouïe fine tend l’oreille et tourne la tête vers l’édifice de la cathédrale de verre. Shaft acquiesce silencieusement et le groupe s’approche de la source du bruit, guidé par l’homonculus. Sur la place de l’église, une troupe de soldats fait un cordon de sécurité autour de l’édifice et empêche les badauds attroupés d’avancer plus loin. La lourde porte de métal est déformée sous la force de violents coups portés de l’intérieur. Un groupe de mages de la milice lance des sorts de renforcements d’armures via leur magie sainte sur les soldats qui se préparent au combat imminent. Shaft contemple la scène de loin, impassible. Le visage de Lilu se tend comme si son instinct sauvage la prévenait d’un danger. Kiri reprend son souffle les mains sur les genoux, le canard juché sur son épaule. La porte massive de l’église finit par céder, laissant place à un groupe de petites silhouettes à la démarche mécanique. Le soleil permet alors de mieux distinguer leurs traits. Il s’agit d’un groupe d’adolescents de toutes origines aux vêtements plutôt sales. Mais ce qui frappe par-dessus tout ce sont leurs pupilles blanches et dilatées, ainsi le sang qui s’en écoule. Un soldat semble reconnaître un jeune homme dans le groupe et laisse tomber sa lance. Il s’élance vers lui. « Matifaaaaa !!! » Un adolescent arrête sa marche en avant puis regarde l’homme en armure qui se précipite vers lui pour l’embrasser. Un instant plus tard, une tête à l’expression hébétée roule à même le sol. Les soldats, tétanisés par la violence et la rapidité de la scène, mettent un temps d’arrêt dont profitent les jeunes hommes pour les attaquer au corps à corps. Dans le carnage de la mêlée, encore sous le choc de la mort du père de famille, les soldats peinent, confrontés à la force surnaturelle de leurs adversaires. Ceux-ci déchirent le bras d’un homme dans la force de l’âge avec une facilité déconcertante. Les mages ne peuvent pas lancer de magie offensive par peur de blesser leurs alliés et se contentent de soigner ce qui peut encore l’être. Les adolescents présentent de nombreuses plaies béantes sur leurs corps mais n’en déciment pas moins avec une efficacité redoutable le groupe de soldats. Ils ne semblent pas connaître la douleur, ce ne sont plus des hommes mais des créatures taillées pour le champ de bataille. Les mages haut-placés commencent à prendre peur et sonnent la retraite, décidant de retourner par la voie des airs jusqu’à la forteresse pour s’y barricader. Shaft décide alors de se joindre à l’action, lançant une nouvelle fois le sort d’invocation de lianes végétales. « EIW UEFE BIGMU ERHI ETUEB. » Les lianes s’entortillent autour de la dizaine d’adolescents encore debout au milieu d’un amas de cadavres. « HOOOOOOOOOOOUUUUUUUUU. » Leurs corps émettent alors une mystérieuse lueur rouge provoquant le flétrissement des végétaux qui y sont exposés, libérant les jeunes hommes de leurs entraves. Pendant ce temps Lilu s’est élancée haut dans le ciel et brandit sa gigantesque hallebarde avant de la relâcher de toutes ses forces sur l’un d’entre eux, le coupant littéralement en deux avant de créer un cratère dans le sol de pavés, emportée par son élan. Cana n’hésite pas également à se lancer dans la mêlée, visant avec son bec les yeux des ennemis afin de diminuer leur mobilité, les poussant à adopter une posture défensive par réflexe. Kiri, quelque peu refroidi par ses dernières tentatives d’héroïsme s’est assis à même le sol, les jambes tendues et le dos en arrière. Il contemple la danse guerrière de Lilu au milieu de la masse, un brin d’herbe à la bouche. Alors que le sort de Shaft se dissipe, Lilu et Cana se retrouvent encerclés, chacun couvrant les arrières de l’autre. Le duvet touche la robe de la première. La loli prend subitement le canard par le cou puis l’envoie haut dans le ciel. Le stigmata rouge de son front brille et semble entrer en résonance avec la pierre sertie dans l’arme. Elle saisit la hallebarde de ses deux mains par l’extrémité opposée à la lame. Elle commence alors à tourner sur elle-même de plus en plus vite jusqu’à former un tourbillon de lumière rouge. Des cris de douleur aigus en émergent. Puis progressivement le silence se fait alors que la lueur pourpre faiblit pour ne finalement révéler qu’une silhouette de petite taille. Celle-ci titube, mais parvient à se tenir debout grâce à la force de sa volonté et au soutien de l’arme. Telle une valkyrie, le visage maculé par le sang, elle piétine dans une mer rouge parsemée des restes de ses ennemis. Le coin de ses lèvres se soulève légèrement pour former un sourire cruel. Quelques instants plus tard, le canard se pose en douceur derrière Kiri et ne peut résister à la tentation de lui donner un coup de palme afin d’effacer son air niais alors qu’il admire, fasciné, la loli. « UUUUUUUUUUUUUURRRRRRRGGGGG. » Kiri sur le point de courir à la suite de Cana dans le but de le déplumer est stoppé net dans son élan par ce hurlement lugubre. Shaft se rapproche de Lilu, une pierre bleue à la main. « SAD EF TIG FARK NU TATILATIV UZ MESEID NESEW » Une lumière chaleureuse à l’aspect laiteux entoure l’homonculus, lui permettant de recouvrir une partie de ses forces. Elle finit par se redresser sans s'appuyer sur son arme. Le haut elfe se retourne alors vers Kiri. « Il semblerait que nous venions de terminer l’entrée, le plat de résistance nous attend. » « Je ne sais pas pourquoi, je me sens comme une tranche de bacon sur le grill ! » « QWAK ! Le barbeuk’ c’est le bien, foi de canard ! » Le petit groupe pénètre dans la cathédrale, scrutant les alentours, attentifs aux dangers tapis dans l’ombre.
  14. C'est assez nunuche et linéaire mais ça se regarde. J'imagine qu'on va voir les nanas du club des 5 défiler les unes après les autres avec leur clique. Et au final, on nous dévoilera le gros de l’intrigue de l’espèce d’impératrice. Ah et j’oubliais, il y aura bien sûr pas mal de scènes ecchi pour satisfaire le grotaku de base.
  15. Bienvenue ici :coucou Vu que tu es fan de NGNL et Black Bullet, est-ce que lis des light novels ? :brille