Messages recommandés

Chaque histoire possède, deux points en commun : chacune a un début et inévitablement, une fin.

Il en va de même pour les hommes. Cependant, qu'importe le lieu de naissance ou la mort d'un homme.

Le plus important est sa définition d'une vie accomplie.

C'est ce que notre jeune héros veut savoir.

Mais plutôt que de philosopher son histoire, je vais vous la conter....

 

 

 

Devant ses yeux s'étends une vaste plaine empli d'herbes vertes, coupée en son sein par un sentier.

Un calme règne. Aussi, sur ce paysage commun un homme brise ce silence avec son cheval.

 

Aucun berger ne brouille son champ de vision. Les alentours sont connus pour son taux d'agression alarmant par les brigands de la ville voisine. Ces brigands en question... croupissaient dans une mare de sang à une dizaine de mètre de notre héros. leurs sangs tachaient ses vêtements.

 

« Heureusement que ma tenue n'est pas tachée», se répète-t-il en tenant de sa main gauche, orné d'un bracelet métallique d'une étrange origine, un ensemble ressemblant à nos smoking actuel, noirs à rayure rouge et de la main droite, les rennes de son cheval.

 

S'il n'est pas assis sur ce vêtement, c'est qu'il compte le revendre à la garde de Marak, le village ou il se rend. Les soldats assignés manquent désespérément de destriers pour les croisades a venir.

 

Notre homme voit enfin, par delà la plaine, les murailles de Marak. Mais cette pensée ne le soulagea pas a outre-mesure. Sa vue perçante lui permet de voir sur plus de trois kilomètres de distance et il estima encore a un kilomètre la distance le séparant de la ville. Il en profita donc pour détailler la ville qui se dessinait devant lui depuis un petit moment.

 

Marak n'a pas volé son titre de ville-horloge, grande tour bâtie d'une pierre noire, ce qui est exceptionnelle par les temps qui courent, surmontée d'une grande horloge et de son carillon produisant le son unique, connu et reconnu encore aujourd'hui. Les autres bâtiments aussi sont dépeints de noir contrastant avec leur toits blanc , il en va de même pour les encolures de fenêtres qui contrastent à merveille avec la pierre si particulière que la ville exploite et revend en masse.

 

Devant la porte principale, notre héros se fait accoler:

 

«Hollow, est-ce toi?»

 

Notre homme se retourne en direction de cette voix qui avait prononcé son nom.

 

«C'est bien toi ! Quel vent t'amènes?»

 

La voix en question venait d'un chevalier à quelques pas de lui, il portait une armure en plaque masquant la quasi-totalité de son visage, mais on pouvait y déceler une barbe brune et un regard semblant aimable. À vrai dire Hollow n'avait jamais vraiment comprit les différentes émotions que pouvait traduire un regard, il se contenta donc de répondre:

 

«Le vent du nord. Je viens vendre un cheval pour me payer une semaine hors des sentiers de la prochaine ville.

 

-As-tu une destination en particulier ? Non, ne réponds pas tout de suite, allons plutôt chez moi.»

 

Hollow suivit donc le garde dont il n'arrivait pas à se rappeler le nom.(à défaut de sa fille qui lui fournira par la suite, toutes sortes d'indices).

 

Alors qu'ils arrivaient devant sa maison, une explosion retentit, suivi, d'un grand nuage de fumée qui s'exfiltrait de la fenêtre. Une fille en sortit brusquement et sauta lourdement sur Hollow en hurlant:

 

«Hollow ! Hollow ! Hollow !»

 

la jeune fille avait des cheveux longs, noirs et soyeux. Un signe qu'elle en prenait soin et caractérisant la relative aisance de sa famille. Elle possédait en ses yeux, une lueur malicieuse qui était souligné par des sourcils parfaitement dessinés, ses lèvres fines et une dent semblable à un croc se distinguait lorsqu'elle souriait.

 

«Arèsi, calmes-toi ..., ça va ? dit, Hollow tout en sachant pourquoi la dénommée Arèsi était dans cet état.

 

-Tu ne m'as pas oublié!

 

-Non, je t'ai promis que tu pourrais me suivre après tes 17 ans, n'est-ce-pas?» Répondit Hollow d'une voix calme.

 

Alors qu'ils entraient dans la maison, une femme dit d'un ton amusé:

 

«Toujours autant de succès jeune homme!

 

-Arèsi, prépares-toi, je refais mon stock de flèche, je me change et alors tu pourras m'accompagner.

 

-Youpi! hurla Arèsia.»

 

Dans son dos Hollow ressentit un regard menaçant:

 

«S'il arrive quoi que ce soit à ma fille...!dit, alors son père.

 

-Es-tu sûr de pouvoir faire quoi que ce soit?»

 

...

 

Une fois Hollow habillait d'un nouveau costume sorti de sa sacoche, ils partirent tout deux dans la ville, Arèsi le suivait de très prêt.

 

«As-tu un client dans cette ville ? Demanda-t-elle.

 

-Oui, un noble voulant se débarrasser de obstacle à sa réputation.»

 

Notre petit couple arrivait devant la maison du-dit noble qui, chose exceptionnelle, possédait une maison tout à fait classique sans la pierre noire et blanche. l'instant d'après, Arèsi demanda :

 

«Quel âge as-tu maintenant, Hollow?

 

-Je ne sais pas Arèsi, je n'y prête plus attention.»

 

Un valet vint ouvrir le portail regardant Hollow avant de tourner son regard vers la jeune fille puis demanda :

 

«La demoiselle désire?

 

-La "demoiselle" vient avec moi.»

 

Hollow avança donc avec Arèsi dans la demeure. Après un instant ils se firent arrêter par le valet :

 

«Mon maître ne voit aucun inconvénient quel que soit le sort que vous "lui" réservez, du moment qu'il n'en entend plus parler.

 

-Très bien, Arèsi, un conseil, ne dégaines que sous mon ordre, peu importe ce qu'il se passe.»

 

Arèsi déglutit difficilement sous la voix lugubre que prit Hollow. Ce dernier toqua trois fois sur la porte et rentrait suivi de près par cette dernière.

Modifié par Delta-Prime

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yop public non-existant ! Bien qu'aucun retour est été fait sur le premier chapitre je rempile avec la suite qui n'est pas vraiment un chapitre mais juste l'introduction dans l'histoire du troisième personnage principale de quelque ligne =) si vous lisez merci de mettre un petit +1 pour que je sache que vous existez.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Notre héros s'apprête a accomplir une mission devenue son quotidien, accompagné de la jeune et belle Arèsi dans la maison du noble.

 

En entrant, Arèsi perd de vue Hollow, mais continue d'avancer dans cette pénombre, elle passe une porte et tombe nez-à-nez avec une créature sortie tout droit des cauchemars d'un démon, il est impossible pour Arèsi de la décrire, une envie irrésistible lui ordonne de dégainer sa machette, mais elle se rappelle les paroles de Hollow et la jette à terre pour être sûr de ne pas la sortir, les ténèbres se font peu à peu moins épais et Arèsi voit maintenant Hollow qui n'a plus son bras droit, elle ne s'affolle pas pour autant, ce n'est pas la première fois qu'elle le voit sans ce bras, il est artificiel.

 

"Je me nomme Hollow, je remplis diverses requête à travers le monde. Quelle est ton nom ?

 

-... Je ... n'en ...ai pas...

 

-Tu n'as donc pas de nom, connais-tu la raison de ma présence ?

 

-... Ma mort ...

 

-Du tout. "

 

Le monstre sans nom semble étonné derrière son visage en décomposition.

 

"Je ne t'ôterai pas la vie sauf si tu as tué une personne innocente, est-ce le cas ?

 

-... Nn-non ...

 

-Dans ce cas ..."

 

Hollow tend sa main gauche vers son bras droit et le remet en place avec un craquement à glacer le sang, ce qui fonctionne sur Arèsi. La fille a reculé d'un pas et les ténèbres commence à revenir, mais Hollow lui tend la main.

 

"Suis nous, je voyageais seul jusqu'à ce matin et je n'imagine pas la tête du père de cette fille si elle se retrouve seule avec moi, peu m'importe ta nature le monde est bien assez vaste pour des gens comme toi."

 

Après un court instant d'hésitation les ténèbres s'en vont pour la deuxième fois et une charmante jeune fille aux cheveux et aux yeux rouges sang et au regard timide se dévoile devant Hollow et tend sa main vers celle de ce dernier.

 

"Je ... peux ? ...

 

-Evidemment ! Puis-je t'appeler Aka ?

 

-... Pourquoi ? ...

 

-Je ne sais pas, ça sonne bien."

 

-... D'accord ..." disait-elle dans un murmure tout en rougissant.

 

-Hollow ? Peut-on sortir ? Je voudrais pouvoir voir cette Aka.

 

-C'est vrai tu ne vois pas dans le noir, Aka tu peux nous suivre dehors ?

 

-... Oui ..."

 

...

 

Le groupe sort de la maison sous le regard consterné du valet et se dirige vers la porte Sud. Aka semble fasciné par les passants qui ont leurs yeux rivés sur divers montre et horloge. Arèsi elle regarde toujours Aka comme pour reproduire son portrait sur une toile. Les cheveux d'Aka ne sont pas plus longs que les siens, mais sont bouclés et très aérés. Son visage semble être celle d'une fillette de 14 ans, mais on avait pu confirmer son âge qui était de 17 ans.

 

Après avoir habillé convenablement Aka avec un maillot en soie blanche surmonter d'une veste de cuir noire le tout avec une jupe bleue et d'avoir vendu le cheval au prix de 10 pièces d'or (soit 100 euros), ils partent continué leur chemin et sortent de la ville. Aka tire sur la manche de Arèsi.

 

"... Où on va ?...

 

-A Cataroc, Hollow veut savoir qui tu es et si on peut s'immuniser de tes ténèbres.

 

-...S'immuniser ?... Pourquoi ? ...

 

-Si jamais tu devais nous accompagner, on serait sans doutes amené a combattre ensemble. Donc il vaut mieux en savoir plus.

 

-... Ah ..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je parviens à faire abstraction des fautes de l'écriture (environ une trentaine à vue de nez), ton écrit souffre de deux défauts majeurs :

 

- les phrases sont trop longues lors des descriptions, ce qui fait qu'on en perd le fil et le sens et trop courtes pendant l'action. Si je devais faire une comparaison je me sens dans ces phases-là comme devant un os à rogner, cela manque de viande.

 

- le récit est rushé, j'ai l'impression que cela manque de liens logiques, comme si tout s'enchaînait mécaniquement un peu sans vie et dans la précipitation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant