Aller au contenu
  • Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

Un Rieur

V.I.P
  • Compteur de contenus

    957
  • Points

    102 
  • Inscription

  • Dernière visite

Activité de réputation

  1. J'aime
    Un Rieur a reçu une réaction de etilis dans Re   
    Pour ceux qui me connaisse, ben je suis re-là.
    Pour les autres, je suis un ancien du forum, ex rédac, passionné de jeux vidéo et étudiant en Master d'info spé IA et jeu vidéo à Montpellier. Pour le reste comme mon pseudo l'indique je suis fan de ghost in the shell, d'une manière général j'aime les seinens et les mangas assez serious business. Et pour les trois du fond qui voudrait en savoir plus, posez vos questions sans souci.
  2. Utile
    Un Rieur a réagi à Kimory dans Upgrade du Forum   
    En substance Hanabi a très bien dit tout ce que j'aurais pu avoir à dire donc je n'ajouterai pas grand chose.
    J'ai malheureusement l'impression de faire partie de ceux qui se voudraient apparemment " bien pensants continuellement et se focalisent sur les apparences en passant à côté de l'essentiel " et je n'ai plus vraiment de raison de rester ici jusqu'à nouvel ordre. Donc, clap clap pour le travail fourni et bonne continuation à vous tous sur OA. J'ai malgré tout passé de très bons moments sur ce forum et cela m'a permis de connaître et de me lier à des gens formidables. C'est ce que j'en retiendrai.
  3. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Yamishana dans OA jam   
    Pour dimensio et pour les prochains participants à l'OA jam, voici le compte rendu de la semaine de Jam pour mon équipe, mais vu de mon point de vue. Yamishana me corrigera si je me trompe sur certains points.
     
    Et histoire de mieux comprendre voici le contexte un peu particulier de mon équipe : Yamishana travaillait durant la semaine de la jam, il pouvait donc bosser sur le jeu que le soir. Pour ma part je préparais (et prépare toujours) un dossier d'entré pour l'université, du coup je n'ai pas pu bosser à temps plein sur le jeu, c'est pour celà que je n'ai bossé au final que le mercredi et le samedi en gros
     
    Avant la jam :
    L'équipe avec yami ayant été créée sur le pouce et à l'arrache, on s'est contacté d'abord via skype avant de se mettre d'accord pour utiliser discord pour communiquer. On a discuté de nos point fort et faible respectif, et on a décidé que je m'occuperais de la prog et du game design, alors qu'il s'occuperait de la musique et des graphisme. Le concept principal du jeu quand a lui serait décidé une fois le thème tombé afin qu'on bosse tout les deux sur un jeu qui nous plait.
     
    Dimanche soir : Annonce officiel du thème.
    Yami et moi on discute assez vite fais du thème mais on décide de se recontacter le lendemain ou le mardi afin de voir plus en profondeur quel jeu on peut faire. On décide aussi de réfléchir chacun de son coté au thème histoire d'avoir des idées le lendemain.
     
    Lundi soir :
    On discute et on explore les différentes facette du thème (parallèle). On pense à la définition pure du parallélisme, à son utilisation dans le langage courant, et aux concept qui y sont associé. Pour l'instant aucune idée de jeu n'émerge vraiment. On se donne rendez vous le lendemain. Pour ma part je réfléchis à quel genre de jeu sont réalisable rapidement, et efficacement pour la jam, avec les moyens dont je dispose (a savoir game maker car je maitrise pas trop mal le logiciel). J'écarte vite les jeux de plateforme car je ne veux pas avoir à coder de physique trop complexe. Je pense à faire un jeu de puzzle/énigme car ça se prête bien au thème. Un top down shooter ou un shoot'em up est aussi envisagé car pas trop dur à coder en urgence.
     
    Mardi soir :
    Même chose que la veille, mais une idée est proposée : exploiter parallèle littéralement en ayant un vrais parallélisme in game, et aussi exploiter l'expression "faire des chose en parallèle". Dans le cadre de notre jeu, ce serait diriger plusieurs personnages en même temps.
    Plus tard il me semble que l'on se décide à faire un shoot'em up basé sur le fait de contrôler deux vaisseau à la fois. Je demande donc à Yami de créer plusieurs sons pour le jeu : deux musiques d'ambiances, un son pour le tir, et un son d'explosion. En parallèle de la discutions je cherche des assets graphique histoire de nous faire gagner un temps précieux, car ni Yami ni moi ne somme très bon en dessin.
    Grâce au assets trouvé et au directives données à Yami, le jeu peut commencer à être créé.
     
    Mercredi soir:
    Yami me contacte pour me faire écouter les différent son qu'il a fait. On voit ensemble pour corriger un peu la musique d'ambiance mais globalement pas grand chose à signaler. Yami se met à créer la deuxième musique
     
    Jeudi aprem :
    Je commence le projet sur game maker, j'utilise les assets trouvés et je commence à modéliser mon gameplay. Au final je passe quelques chose comme 4h de travail effective sur le jeu.
    En début de soirée j'ai un premier jet de prototype. En terme de méthode de travail j'ai simplement utilisé la méthode itérative.
    C'est une méthode de projet qui consiste en créer une base viable de projet qui fonctionne toute seule puis de lui ajouter au fur et à mesure des modules qui fonctionne indépendament. En pratique j'ai d'abord créé mon vaisseau et l'ai fait bougé de manière à ce que ce soit satisfaisant. Ensuite j'ai fait les étoiles défilantes en fond. Puis je me suis occupé de créer les météorites et leurs comportements, et une fois qu'elles étaient fonctionnelles je les ais intégrés au jeu. A la fin de la journée j'avais un vaisseau qui pouvais tirer, un décors défilant et des météorites (le tout dans un seul couloir de jeu).
     
    Vendredi : RAS
     
    Samedi :
    J'ai passé les 4 ou 6 dernières heures de gros dev sur le jeu. J'ai intégré le vaisseau ennemis, son déplacement et son tir. Comme il me restait du temps de dev j'ai décidé de rajouter les obstacle tombants du haut de l'écran (rapide à développer, paramétrer et intégré). Ensuite je me suis attaqué au menu de game over. Une fois celui ci fait j'ai intégré le second vaisseau du joueur et tout ce qui concerne le second couloir de jeu.
    Avec le menu de game over j'ai décidé de rajouter du scoring, j'ai donc du designer quel score valait chaque challenge in game. Une fois ça fait j'ai concidéré le jeu comme fini. J'ai intégré la première musique de yami ainsi que le bruit de tir (au final pas besoin d'explosion).
     
    Dimanche :
    Yami m'envoie la seconde musique qui déchire. Je lui demande quelque corrections au niveau de la boucle musicale puis une fois celles ci faites, je l'intègre. Après quelques test je décide de ne garder que la seconde musique in game. Je fais tester mon jeu à mon frère, et celui ci se plain de la trop grande difficulté du jeu ainsi que de la manière de se déplacer dans les menus. Du coup j'intègre un menu avant le début de la partie, je ralenti les obstacles, et change le comportement des météorites en speed. Enfin je rend les menus utilisables sans souris.
    Après ça je publie mon jeu sur itch.io et la jam est finie pour mon équipe. Vers 21h ou 22h le jeu est posté.
    Au final le temps de dev brut m'a surement pris une dizaine d'heure, et le temps de conception quelque chose comme 4 ou 5 heures répartie de manière ultra diffuse.
    Et un truc qu'il faut savoir dans une game jam : prendre des pauses. J'étais efficace quand je développais car mes session de dev étaient aéré et pas forcenée, étant donné que j'utilisais la création du jeu pour me libérer la tête du dossier que j'avais à faire, j'y allais tranquillement et j'abordais les problème tranquillement. J'avais donc pas mal de recul sur mon propre taf.
     
    Bref désolé pour le pavé, mais dedans il y a une semaine de création de jeu
  4. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Canataku dans OA jam   
    Alors le fait d'être méthodique j'imagine que tu parle de la méthode itérative. C'est un truc que j'ai appris en cours de gestion de projet en DUT. C'est vachement adapté aux projet informatique et aux jeux vidéo en particulier.
     
    L'idée comme j'ai dit dans mon compte rendu c'est de créer une base fonctionnelle dès le départ (dans mon cas un vaisseau qui bouge sur un écran fixe), puis lui rajouter au fur et a mesure des modules. Mais chaque module doit être testé seul, puis rajouté à la base. Normalement au rajout à la base tout doit être fonctionnel. Ça permet d'avoir toujours un prototype d'avancement fonctionnel et surtout de corriger facilement si un problème survient (logiquement s'il y a un problème c'est que le dernier module ajouté n'est pas bien fait). L'énorme avantage de cette méthode en game jam c'est que si on se rend compte qu'une fonctionnalité est trop compliquée à faire, alors on peut l'abandonner vite sans casser tout le reste du travail.
     
    Sinon pour le reste c'est juste de l'expérience de projet de jeu : je sais à peu près ce dont je suis capable et en combien de temps je peux le faire. Ça aide à être très efficace.
     
    Mais une jam est un excellent moyen de tester des trucs. Dans mon cas j'ai pour la première fois créé un chemin programmé pour un objet (le vaisseau ennemi suis un chemin précis avant de disparaitre). Et c'est un conseille que je donnerais en plus de celui de prendre des pause : expérimentez dans une jam, mais ne visez jamais trop gros. Si vous avez des connaissances préalable utilisez les au mieux, et si vous n'avez aucune expérience/connaissances, c'est pas grave, faites un truc simple et pas prétentieux.
     
    Typiquement ça a été l'erreur de Dim. Il a voulu utiliser une techno qu'il maitrisait mais qui n'était pas adapté, et donc qui demandais un investissement de temps trop conséquent, ou une connaissance beaucoup plus poussée. De même mon jeu aurait été beaucoup moins bon si plutôt que la prog de chemin, j'avais voulu me lancer dans la création d'assets à la main.
     
    Kent lui à largement exploité ses connaissance. Il a utilisé un logiciel qu'il connaissait, et qu'il maitrisait. Je ne sait pas si comme moi il a voulu faire un truc qu'il n'avait jamais tenté avant, mais on sent que son jeu est maitrisé.
     
    Et c'est aussi Cana pour ça que ton jeu est fini avec des bugs et que tu as perdu ta motivation en milieu de semaine. En plus de la gestion du temps, tu as voulu en profiter pour apprendre des choses nouvelles (ce qui est une bonne idée). Mais en voulant faire trop de choses nouvelles d'un coup, ou en voulant faire un truc trop gros, tu as perdu du temps et de la motivation sur différents problème (modélisation 3d notamment). A ta place je me serait concentré sur une idée de gameplay/programmation centrale qui aurait été "simple", mais qui se suffisait presque à elle même, et j'aurais étoffé de truc simple mais inédits pour mes compétences.
     
    ps : désolé si j'ai l'air condescendant, il est tard du coup je m'exprime à l'arrache.
  5. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Canataku dans OA jam   
    Pour dimensio et pour les prochains participants à l'OA jam, voici le compte rendu de la semaine de Jam pour mon équipe, mais vu de mon point de vue. Yamishana me corrigera si je me trompe sur certains points.
     
    Et histoire de mieux comprendre voici le contexte un peu particulier de mon équipe : Yamishana travaillait durant la semaine de la jam, il pouvait donc bosser sur le jeu que le soir. Pour ma part je préparais (et prépare toujours) un dossier d'entré pour l'université, du coup je n'ai pas pu bosser à temps plein sur le jeu, c'est pour celà que je n'ai bossé au final que le mercredi et le samedi en gros
     
    Avant la jam :
    L'équipe avec yami ayant été créée sur le pouce et à l'arrache, on s'est contacté d'abord via skype avant de se mettre d'accord pour utiliser discord pour communiquer. On a discuté de nos point fort et faible respectif, et on a décidé que je m'occuperais de la prog et du game design, alors qu'il s'occuperait de la musique et des graphisme. Le concept principal du jeu quand a lui serait décidé une fois le thème tombé afin qu'on bosse tout les deux sur un jeu qui nous plait.
     
    Dimanche soir : Annonce officiel du thème.
    Yami et moi on discute assez vite fais du thème mais on décide de se recontacter le lendemain ou le mardi afin de voir plus en profondeur quel jeu on peut faire. On décide aussi de réfléchir chacun de son coté au thème histoire d'avoir des idées le lendemain.
     
    Lundi soir :
    On discute et on explore les différentes facette du thème (parallèle). On pense à la définition pure du parallélisme, à son utilisation dans le langage courant, et aux concept qui y sont associé. Pour l'instant aucune idée de jeu n'émerge vraiment. On se donne rendez vous le lendemain. Pour ma part je réfléchis à quel genre de jeu sont réalisable rapidement, et efficacement pour la jam, avec les moyens dont je dispose (a savoir game maker car je maitrise pas trop mal le logiciel). J'écarte vite les jeux de plateforme car je ne veux pas avoir à coder de physique trop complexe. Je pense à faire un jeu de puzzle/énigme car ça se prête bien au thème. Un top down shooter ou un shoot'em up est aussi envisagé car pas trop dur à coder en urgence.
     
    Mardi soir :
    Même chose que la veille, mais une idée est proposée : exploiter parallèle littéralement en ayant un vrais parallélisme in game, et aussi exploiter l'expression "faire des chose en parallèle". Dans le cadre de notre jeu, ce serait diriger plusieurs personnages en même temps.
    Plus tard il me semble que l'on se décide à faire un shoot'em up basé sur le fait de contrôler deux vaisseau à la fois. Je demande donc à Yami de créer plusieurs sons pour le jeu : deux musiques d'ambiances, un son pour le tir, et un son d'explosion. En parallèle de la discutions je cherche des assets graphique histoire de nous faire gagner un temps précieux, car ni Yami ni moi ne somme très bon en dessin.
    Grâce au assets trouvé et au directives données à Yami, le jeu peut commencer à être créé.
     
    Mercredi soir:
    Yami me contacte pour me faire écouter les différent son qu'il a fait. On voit ensemble pour corriger un peu la musique d'ambiance mais globalement pas grand chose à signaler. Yami se met à créer la deuxième musique
     
    Jeudi aprem :
    Je commence le projet sur game maker, j'utilise les assets trouvés et je commence à modéliser mon gameplay. Au final je passe quelques chose comme 4h de travail effective sur le jeu.
    En début de soirée j'ai un premier jet de prototype. En terme de méthode de travail j'ai simplement utilisé la méthode itérative.
    C'est une méthode de projet qui consiste en créer une base viable de projet qui fonctionne toute seule puis de lui ajouter au fur et à mesure des modules qui fonctionne indépendament. En pratique j'ai d'abord créé mon vaisseau et l'ai fait bougé de manière à ce que ce soit satisfaisant. Ensuite j'ai fait les étoiles défilantes en fond. Puis je me suis occupé de créer les météorites et leurs comportements, et une fois qu'elles étaient fonctionnelles je les ais intégrés au jeu. A la fin de la journée j'avais un vaisseau qui pouvais tirer, un décors défilant et des météorites (le tout dans un seul couloir de jeu).
     
    Vendredi : RAS
     
    Samedi :
    J'ai passé les 4 ou 6 dernières heures de gros dev sur le jeu. J'ai intégré le vaisseau ennemis, son déplacement et son tir. Comme il me restait du temps de dev j'ai décidé de rajouter les obstacle tombants du haut de l'écran (rapide à développer, paramétrer et intégré). Ensuite je me suis attaqué au menu de game over. Une fois celui ci fait j'ai intégré le second vaisseau du joueur et tout ce qui concerne le second couloir de jeu.
    Avec le menu de game over j'ai décidé de rajouter du scoring, j'ai donc du designer quel score valait chaque challenge in game. Une fois ça fait j'ai concidéré le jeu comme fini. J'ai intégré la première musique de yami ainsi que le bruit de tir (au final pas besoin d'explosion).
     
    Dimanche :
    Yami m'envoie la seconde musique qui déchire. Je lui demande quelque corrections au niveau de la boucle musicale puis une fois celles ci faites, je l'intègre. Après quelques test je décide de ne garder que la seconde musique in game. Je fais tester mon jeu à mon frère, et celui ci se plain de la trop grande difficulté du jeu ainsi que de la manière de se déplacer dans les menus. Du coup j'intègre un menu avant le début de la partie, je ralenti les obstacles, et change le comportement des météorites en speed. Enfin je rend les menus utilisables sans souris.
    Après ça je publie mon jeu sur itch.io et la jam est finie pour mon équipe. Vers 21h ou 22h le jeu est posté.
    Au final le temps de dev brut m'a surement pris une dizaine d'heure, et le temps de conception quelque chose comme 4 ou 5 heures répartie de manière ultra diffuse.
    Et un truc qu'il faut savoir dans une game jam : prendre des pauses. J'étais efficace quand je développais car mes session de dev étaient aéré et pas forcenée, étant donné que j'utilisais la création du jeu pour me libérer la tête du dossier que j'avais à faire, j'y allais tranquillement et j'abordais les problème tranquillement. J'avais donc pas mal de recul sur mon propre taf.
     
    Bref désolé pour le pavé, mais dedans il y a une semaine de création de jeu
  6. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Kent dans Mother Russia Bleeds   
    Mother Russia Bleeds
    date de sortie : 2016
    support : PlayStation 4, Microsoft Windows, Linux, Mac OS
    Développé par : Le Cartel (studio français)
    Edité par : Devolver Digital
    Genre : Beat them all 2D ultra brutal
    PEGI 18+ (et c'est pas volé)
    Temps : 3-4h pour le finir seul, après le jeu a une grosse rejouabilité.
    Multijoueur : Jusqu'a 4 joueur en local
     
    Avant de commencer à vous présenter le jeu, sachez que toute les images seront sous balise spoiler car pouvant être très violentes. Vous voilà prévenu
     
     
     
     
     
    Vous savez pourquoi j'aime le jeux vidéo ? Parce que l'on peut vivre n'importe quel type d'histoire et être n'importe qui. Même un manouche russe ultra violent qui veut se venger de.... Ben on sait pas trop en fait.
     
    Ouaip c'est ça le pitch de Mother Russia Bleeds, vous êtes un manouche en Russie qui s'est fait enlevé, se réveille dans un labo secret et dont le seul désir est la vengeance. Un bon prétexte à l'ultra violence bien décomplexée du jeu
     
    Bon c'est bien beau de connaitre l'histoire, mais c'est quoi le gameplay ? Hé bien le gameplay est on ne peux plus simple : tu vas de gauche à droite, un bouton pour faire un coup faible, un autre pour les coup fort, un bouton de chope, et un pour sauter, et c'est partie pour défoncer des boites crâniennes par paquets de 25.
     
    Le jeux est en 2D mais a plusieurs niveau de profondeur, un peu comme les vieux Doubles Dragon ou Street Of Rage auxquels Mother russia veux rendre hommage. D'ailleurs en parlant d'hommage,le jeu est fait en un pixel art sublimement crade. Le coté artistique du soft est très bien maitrisé et le coté sale des environnement et de l'ambiance est superbement bien retransmit par ces petits tas de pixel. De plus un travail énorme a été faits sur la bande son, et je vous recommande tout de suite d'écouter
     
     
     
     
     
     
    Et a part de la violence, des jolis pixel et de la musique grave cool, il propose quoi le jeu ?
    Hé ben il propose un mode histoire bien dur à jouer jusqu'a 4 copains en local, ou bien un mode arène qui lui aussi peut se jouer jusqu'à 4 joueurs. Sachant que chaque personne peut jouer un perso spécifique (chaque perso ayant des statistique propre), et que le mode histoire propose deux fins différentes, on comprend vite que le jeu promet pas mal d'heure sympas. Le tout pour 15€, c'est franchement un bon plan.
     
    Bon je vous laisse avec le trailer de lancement et le trailer du gameplay du jeu. Dites moi ce que vous pensez du jeu si vous y avez joué ou au contraire s'il vous attire pas.
     
    Attention trailer violent en perspective
     
     


     
     
     
     


     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

  7. Utile
    Un Rieur a réagi à Canataku dans OA jam   
    Le premier jour, dev analysa le thème, pensa au gameplay et au design.
    Le deuxième jour, il commença la création des paysages et des PJ
    Le troisième jour, il s'aperçut qu'il avait codé avec le Q, et refit tous les tutos.
    Le quatrième jour, il recommença tout son travail , puis finit son monde à deux minutes de la deadline en laissant de gros bugs.
     
    Dieu a créé le monde en 7 jours, Dev en 4. :hero:
  8. Utile
    Un Rieur a réagi à Kirito67100 dans [Dessin] Kirito67115 prods   
    Bon, au final j'ai tout recommencé en décalquant mon propre dessin mais en refaisant l'encrage au G-pen (plume de mangaka hyper casse couille a gérer) #MesYeuxOntFiniEnPlsParcequeTropDeConcentration xD
    Puis colo complète.
    J'ai par contre fail avec l'encrage (gauche de la jupe et sous la main droite) car (étant assez fatigué vu l'heure a laquelle je m'y suis mis) j'ai malencontreusement frotté avec ma main sur un trait lorsqu'il était encore frais, j'ai tenté de rattraper comme j'ai pu mais ca a foiré.
     
    Bref Je vous laisse juger...
     

  9. Utile
    Un Rieur a réagi à Kirito67100 dans [Dessin] Kirito67115 prods   
    Un nouveau dessin qui est en cours (en apprentissage de l'encrage et la colo xD)
    *ne sais pas pourquoi les photos sont couchées...
     
    La version tout juste encrée:
     

     
    Le début de la colo (*dois acheter d'autres couleurs xD)... je sais ca a un peu bavé...:
     

  10. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Kasugano Sora dans [Dessins] Dessin de kasu   
    Superbe dessin pour your name.
    Tu gère vraiment sora, j'attends le jour ou on pourra acheter ou te commander des dessins, histoire que j'en ai un chez moi.
     
    Bon pour donner un point négatif, je trouve le bras droit trop droit justement. Il a l'air rigide, je trouve pas ça super naturel... Mais sinon tout le reste est vraiment très beau
  11. Utile
    Un Rieur a réagi à Kasugano Sora dans [Dessins] Dessin de kasu   
    Après une vague de yuri!! on ice du Your name ! :P
     
    (la photo est quand même mieux sur twitter :hum: )
     
     
     

     
     

     
     
     

     
  12. Utile
    Un Rieur a réagi à Kasugano Sora dans [Dessins] Dessin de kasu   
    Yep j'essaierais la colo sur l'ordi une fois que j'aurais maitriser sur le papier :P
     
    Sinon Merci
     
    Et chose promise chose du , YOI , c'est mon premier essai en couleurs , du coup je pense pouvoir faire mieux ! Surtout que j'ai pas encore reçu mes feutres spécial ''peau''. Je met l'image original comme me l'avait demander rrominet sous le spoiler :
     
     
     
     

     
    (D'ailleurs les yeux sont bien marrons , mais ça se voir pas sur la photos.)
     
    Je rajoute certains dessins que j'avais zappé de poster ^^
     

     
     
     

     
     

     
     

     
     
     
    Voilou , voilou j'en ai encore pas mal en construction o/
  13. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Matata dans Ronde de Noël 2016   
    Brace yourself matata, Chèvre and Naruto are coming...
  14. Utile
    Un Rieur a réagi à Lasulf dans Ronde de Noël 2016   
  15. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Yamishana dans Ronde de Noël 2016   
    J'ai eu la surprise de trouver un colis suspect en arrivant à la maison ce soir. Le colis venait du 95. Alors toi mon mystérieux rondu, merci d'avance. Et promis j'ouvre pas avant le 25 (sauf si je tiens pas).
  16. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Niya dans Les projets d'un Rieur   
    Salut tout le monde,
     
    Comme vous le savez peut être, je suis étudiant en informatique spé dans le jeux vidéo. Et j'aimerais sur ce topic vous partager les différents projets sur lesquels je bosse ou j'ai bossé. Je vous donnerais pas toujours le lien pour jouer au jeux car il se peut que je ne l'ai pas, ou que le jeu soit pas fini.
     
    Et pour inaugurer tout ça je vous présente le trailer du jeu qui m'a fait obtenir mon diplôme : The Shepherd.
     
    Pour la petite histoire, avec l'équipe on continue de bosser dessus histoire de le peaufiner un peu, et d'être entièrement satisfait du rendu. Quand il sera plus abouti, il se peut que je vous partage un executable pour que vous puissiez le tester :
     


  17. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Lexie dans Cauchemar en convention   
    Tu écris fort bien mon amie. J'admire ton calme le long du récit, à ta place je pense que je m'en serais pris physiquement ou verbalement à une des personne de l'orga... Bref ça ne m'étonne pas tant que ça que certaine convention se déroule aussi mal au niveau de l'orga, mais ce que tu décris est franchement effrayant.
     
    Enfin bref, tu as géré sur le coup, et le compte rendu est vraiment très bien écris, bien joué lexie, et courage pour t'en remettre
  18. Utile
    Un Rieur a réagi à Lexie dans Cauchemar en convention   
    (Histoire vraie, j'ai pris soin de changer certains noms, mais pas trop, sinon c'est pas drôle. Par moment, mes sentiments ont pris le dessus, se manifestant par une légère vulgarité que j'ai tenté d'effacer autant que possible)
     
    Peuple OAtien, bonne lecture.
    Nantes, début septembre, la première convention de l'année scolaire arrivait. Lolie, croyant pouvoir passer du bon temps en y travaillant, accepta de faire partie du Stand crêpe, stand ou se bousculaient de jolies maids pour vous servir dans la convention W. Etant déjà maid pour la convention J, Lolie pensait tout connaitre du métier et de la face cachée des conventions. Les conditions dans lesquelles elle avait travaillé étaient impeccables. Il y eut des rush certes, mais toujours dans la bonne humeur. Les Staffs étaient gentils comme tout, et le créateur du Maid café ne cachait pas son amour pour les Maids tout en restant respectueux. L'ambiance était fortement agréable et Lolie pensait s'être embarquée dans une aventure semblable… Elle était loin d'imaginer ce qui allait lui arriver.
     
    Convention W.
     
    La chef du pôle cuisine, que l'on appellera C, a réussi à le devenir après 4 ans de forcing. Connaissant son manque de sang froid, de respect et de savoir vivre, personne n'a voulu revenir en cuisine quand elle en a pris la tête. Elle a vu que dans notre stand crêpes nous étions 8, ce qui nous permettait de prendre des pauses, de tourner et de ne pas transformer cette convention en rush infernal. Du coup elle a demandé, à 5 jours de la convention, à ce qu'on bouge en cuisine. Sauf que non. Parce qu'on venait pour faire des crêpes en tenue de maid et pas pour préparer des sandwichs avec une charlotte sur la tête. Le plaisir n'était pas vraiment comparable. Elle n'avait donc aucun droit de nous ordonner de bouger car c'est du bénévolat et on n'entre en cuisine qu'en postulant.
    Elle a demandé au "chef" de notre pôle crêpe de nous poser un ultimatum. Les conditions étaient les suivantes : ou deux d'entre nous partent en staff cuisine ou elles paient leur entrée. Mais entre nous, qui paie pour bosser?
    Deux d'entre nous sont parties. Nous n'étions plus que six. Suite à quoi, trois d'entre nous eurent des empêchements. Il était clair qu'elles étaient juste dégoutées devant les directives de l'orga. Le rush infernal était désormais inévitable.
     
    Ça prouvait que C avait foiré niveau budget. Pas étonnant quand on sait qu'elle a acheté des assiettes à 30 balles pour une trentaine d'invités en pensant qu'elle était chef étoilé. Elle n'avait pas compris qu'en convention, les gens se foutent de la présentation, tant que c'est bon. J'en ris parce que l'année dernière ils ont réussi à foirer toutes leur pâtes, ils s'étaient trompés dans les commandes et avaient pris des tagliatelles à la place de nouilles à ramen qu'ils ont en suite servit dans un bouillon trop salé. Il y avait dans les VIP un youtubeur qui avait dit plusieurs fois détester le McDo, le pauvre homme fut contraint de s'y rendre pour se nourrir .Bref.
    Il manquait du monde, une réelle organisation et des sous. Elle a cru que l'on était à sa disposition pour réparer ses erreurs, mais non.
     
    D'après elle le stand était "DEGUEULASSE" (je le mets en majuscule parce qu'elle ne savait pas parler doucement) l'année dernière. Elle nous a dit "Le stand crêpes c'était dégueulasse, vraiment sale, c'était le BORDEL" dans une réunion pré-convention avec un ton insultant au possible. Le respect était inexistant et j'ai trouvé ça drôle parce qu'en même temps elle parlait de respecter les gens en cuisine, d'être poli, d'apprendre à dire les choses de façon posée. Ça m'est resté en travers de la gorge mais je n'ai rien dit. Elle a ensuite sorti que si on avait un problème avec les gens du staff, il fallait en parler tranquillement avec elle.
     
    Vendredi, on devait venir pour préparer des crêpes à l'avance. On était en train de nettoyer le plan de travail en fin de journée quand elle a sorti (encore une fois) "VOUS ME NETTOYEZ CA TOUT DE SUITE C'EST DEGUEULASSE" et elle s'est barrée. En fait, nous étions en plein nettoyage, ce genre de chose ça prend du temps et encore plus si on souhaite bien le faire. Puis un « svp » ça n'écorche pas la bouche et ça fait plaisir. La convention n'avait pas encore commencé que je sentais déjà grandir en moi l'envie de m'entretenir avec cette jeune femme pour parler de quelques règles de vie en société.
     
    Donc le lendemain matin, je suis allée la voir dès que j'ai pu.
    Quand je l'ai trouvé j'ai dit:" Bonjour C, j'aimerai te parler de choses qui ne m'ont pas vraiment plu" avec le sourire. "J'men fous j'ai pas le temps." fut ma réponse, après quoi elle s'est barrée en courant. Une personne avec un minimum de politesse aurait répondu quelque chose comme "On peut en parler plus tard" ou tout simplement répondre un bonjour et lâcher un "désolé je n'ai pas le temps" .La haine grandissant, j'ai décidé de la prendre à part le midi pour lui parler.
     
    Midi. J'attendais naïvement une certaine qualité dans le repas. J'étais fatiguée, j'avais faim mais je n'avais pour me sustenter qu'un rouleau de printemps. Ou plutôt des feuilles de menthe au rouleau de printemps farcis au persil et une barquette de riz avec des légumes sans goût. C'était mauvais, fade. J'étais contente parce que ça prouvait que C était complètement incompétente mais aussi frustrée en sachant que je devais me nourrir de crêpes au rhum. C'est à cet instant que je me suis entretenu avec C. Je suis allée la voir à midi dans une petite salle ou elle préparait les assiettes des VIP. J'ai frappé et ai dit "Bonjour, est-ce qu'on pourrait parler s'il te plait?"
    "DEGAGE ! TU RENTRES PAS ICI, SORS DE LA, TU DEGAGES !" répond-elle. Vous remarquerez que comme elle l'avait demandé, elle parlait de façon posée et polie. Du coup je l'ai pris au mot. J'ai fait un pas en arrière et me suis retrouvée sur le pas de la porte. J'étais sortie de cette petite salle et fin prête à lui faire part de cette indignation qui naissait en moi. Je lui ai dit, selon mes amis, « de la façon la plus diplomatique qui soit », que je n'étais pas à son service et que la politesse n'était pas une option. En prenant pour exemple ses nombreux écarts, je lui ai dit qu'il y avait une façon de dire les choses et que ce n'était pas me criant dessus que je serai plus disposée à l'écouter. Ne sachant que dire ou que faire. Elle a commencé à pousser des vociférations à peine compréhensibles et dénuées de sens telles que :" C'EST VOUS QUI MANQUEZ DE RESPECT, VOUS ETES PAS OBÉISSANTES"
    J'ai demandé en quoi je lui avais manqué de respect sans trop m'attarder sur la notion d'obéissance qui n'avait clairement pas sa place ici.
    "JE VOUS AI AMENÉ DES CREPES ET VOUS N'AVEZ PAS DIT OUI". Incompréhension. "ET PUIS VOUS FAITES VOS PETITES PRINCESSES EN ETANT CONDESCENDANTES". J'ai dit que rien de ce qu'elle disait n'était concret, toujours avec mon sourire poli et ma voie douce. "ARRETE DE CRIER" aboya-t-elle. "Mais je ne crie pas, je parle posément en écoutant tes arguments, qui sont d'ailleurs infondés". Rageant, elle se mit à crier, à m'ordonner de sortir (j'étais déjà dehors), constatant son propre échec et son manque de bon sens. Un staff qui passait par là, est venu l'arrêter (parce que voilà, fallait les finir les plats des invités). Et ce même staff m'a dit "laisse là, c'est dur pour elle" avec l'un des sourires les plus hypocrites que je n'avais jamais vu.
     
    J'avais dit ce que je pensais. Mes amies avaient assisté au spectacle. Elles m'ont sorti "Pour la France, merci!". J'avais vidé mon sac, me sentais presque plus légère mais... Non. J'ai réalisé C n'avait sûrement rien compris, malgré mes efforts pour me mettre à son niveau. Elle n'avait pas compris ce que voulait dire « respect ».
    Je croyais que les problèmes étaient derrière moi, mais j'avais oublié que presque tout le monde était de son espèce dans l'organisation.
     
    Midi passé, je sentais l'atmosphère devenir de plus en plus insupportable quand j'entrais en cuisine. Nul besoin d'écouter les conversations pour savoir que tout le monde ne parlait que de mon altercation avec l'horrible personne à la tête du pôle cuisine. Les simples regards faussement discrets et les basses conversations transformées en hauts chuchotements suffisaient. Malgré ça, j'ai gardé mon sourire enfantin qui faisait grincer des dents le personnage acariâtre et irrespectueux.
    Le staff qui avait réussi à mettre un terme à l'agonie de C m'a dit de faire part à Marie-Ange de tous les petits problèmes que je pouvais rencontrer. M-A, c'est celle qui fait des crêpes, comme nous (sans rester sur le stand à servir 3 crêpes à la minutes bien évidemment) mais qui est payée parce que son fils est le trésorier de la conv'. Ce même fils est celui qui "s'occupe" du pôle crêpe de la convention. Enfin... Officiellement. Parce qu'officieusement, il n'en fait rien. Il se contente de nous parler sans gêne, avec un humour qui n'en a que le nom et une hypocrisie digne des organisateurs. J'en ai donc parlé à Marie Ange, consciente du fait qu'elle se soit entretenu avec C. Mais elle a seulement été capable de dire :"Tu sais, C elle est brutale, ou non, brusque ! C'est pas contre toi, c'est sa nature." Blague. Quand on n'est pas poli comme ça on tente de changer. Surtout quand on est dans un cadre semi-pro. Je n'ai pas pu accepter que ce soit sa « nature ». L'excuse de M-A accompagnée de son sourire hypocrite me donna envie de lui briser les jambes.
     
    De retour sur le stand, quelques instants après l'ouverture, un vieil homme est venu et a dit avec un doux sourire :"Bonjour! Le repas était dégueulasse, il me faut une crêpe !". Joie indéfinissable. Savoir que même les visiteurs trouvaient ça immonde était pour moi une sorte de justice enfin rendue. Dans l'après-midi la personne responsable de l'hygiène qui était de la même race que les organisateurs nous a dit que la table était bordélique et a confondu une crêpe avec une peau de banane. J'ai répondu par un sourire. On ne pouvait pas se permettre d'arrêter de servir les gens pour satisfaire ses besoins. Ça montrait bien que dans cette conv' seule l'image compte. Chez eux, on se fout d'atteindre un travail de qualité, de la satisfaction des clients. On manquait d'effectif et de temps pour tout mettre en ordre.
    Un staff gentil (oui, il y en avait !) qui gardait ses lunettes de soleil à l'intérieur nous a dit "Mais ça n'a rien de dégueulasse! Puis, au pire, c'est à vous de gérer votre stand. Elle n'a rien à dire. Et c'est dommage qu'ils vous crachent dessus. On est là pour passer du bon temps." Staff et clients compatissants se succédèrent à la caisse. Tous d'accord pour dire que l'orga' était nulle et que notre emplacement relevait du « foutage de gueule » sans parler du comportement des membres de l'organisation. Tout ça illustrait bien l'amour qu'elle nous portait.
     
    Le soir venu, j'étais bien décidée à tout faire briller, à laver mon honneur et prouver que toute leur crasse ne m'atteindrait pas. J'ai laissé notre stand plus propre que tous les autres. J'étais la dernière en cuisine, à faire la vaisselle, récurant les ustensiles graisseux. Ce n'était pas spécialement à moi de le faire mais j'ai trouvé ça reposant alors même que je me retrouvais dans cette cuisine qui me paraissait poisseuse et anxiogène. J'ai réalisé qu'il n'en était rien, la cuisine était agréable contrairement aux gens qui y grouillaient en journée. Ce sont eux qui lui donnent cet aspect poisseux. Une fois ma besogne achevée, je suis rentrée. J'étais presque fière de moi, je me trouvais irréprochable sur tous les plans. J'avais déjà en tête que le lendemain serait une belle journée, que tout les problèmes avaient été surmontés, affrontés. Ah..! L'espoir.
     
    Le lendemain, sur le trajet, ma copine m'a dit qu'elle avait un mauvais pressentiment, qu'on se ferait déchirer en arrivant. Ça m'a mis le doute mais je n'avais pas envie d'y croire. J'avais mis en œuvre pour être irréprochable. Ça aurait été injuste qu'on nous passe un savon ! Mais j'avais oublié que "injustice" était le maitre mot en ces lieux. Nous fûmes déchirées. Difficile d'y croire, et pourtant! Marie Ange, qui n'a jamais rien eu d'angélique, s'en chargea avec un ton on ne peut plus dramatique. "Apparemment votre stand était dégueulasse, vous avez été mal aimable et on a eu des plaintes sur votre comportement".
    "On peut savoir qui a dit ça?" Lançais-je.
    "Oh je sais pas vraiment, c'est ce que j'ai entendu". (Sourire hypocrite).
     
    Plus le temps passait, plus ces gens, tout comme leurs plats, me donnaient envie de vomir.
     
    Je savais pertinemment qu'il s'agissait de C qui, frustrée de n'avoir pu m'atteindre, tentait de nouvelles approches. Après avoir imaginé le mal dans lequel elle se trouvait pour user de telles méthodes, j'étais soulagée. Bêtement, j'ai cru que le déferlement de reproche était fini quand une nouvelle vague vint s'abattre sur nous. C'était une femme, la cinquantaine, aigrie et responsable de la salle qui cette fois, en voulait à notre emplacement. Elle était accompagnée de deux pompiers, les deux qui étaient présents la veille et qui veillaient à ce qu'on ne crame rien. Sans bonjour ni sourire, elle commença à énoncer une liste de "choses inacceptables". Incompréhension. Elle nous chargea, tel un taureau, sans nous laisser le temps de rétorquer ou de nous échapper. Prenons par exemple l'emplacement de la caisse, elle était posée sur une petite table dans notre couloir, entre une des sorties de la salle et une sortie de secours. Étant dans un renfoncement nous avions d'autre choix que de la poster entre les deux sorties, mais de façon à ne gêner personne pour gagner en visibilité. La petite table s'envolerait au moindre coup de vent, elle ne pouvait gêner au cas où les sorties de secours devraient être utilisées. Ça avait bien marché ! Mais peut être trop bien pour les organisateurs qui voulaient décidément nous enfoncer plus bas que terre.
     
    "Vous ne devez pas dépasser les lignes noires, on a du vous le dire 4 ou 5 fois, vous n'écoutez vraiment rien". Elle avait bel et bien ne voix de personne aigrie. Les lignes noires reliaient la sotie de la salle à la sortie de secours en formant un épais couloir et nous les avions pénétrées de 50 centimètres. Les découvrant juste, j'en fis part à cette vielle dame. "Nous n'en savions rien, on cherchait simplement à gagner en visibilité, personne ne nous en a parlé."
    "C'était vraiment comme ça hier ? Vous avez vraiment laissé ça dépasser hier ?" Beugla la vieille aux deux pompiers. Je me sentais presque coupable de ne pas y avoir prêté attention, mais j'ai pensé aux pompiers qui l'accompagnaient, qui avaient tout vu, qui pouvaient témoigner ! J'ai lancé un regard mendiant à la femme en uniforme rouge un peu de compassion.
     
    "Non non, ce n'était pas comme ça hier". Dit-elle.
     
    Comment diable est-il possible de mentir avec autant d'aisance? J'ai compris qu'elle avait peur en regardant son visage, ses yeux. Elle n'osait plus me regarder dans les yeux et baissait la tête quand la responsable parlait. J'avais bien peur que l'altruisme n'ait disparu en ce monde, du moins, en cette convention.
    Ne pouvant en entendre d'avantage, j'ai reculé la table. Il fallait me rendre à l'évidence, ils ne nous portaient pas dans leur cœur. J'ai fait semblant de l'écouter, armée de mon intarissable sourire, tout en me retenant de ne pas lui cracher au visage. Elle est partie, sans rien dire. J'ai crié un merci, un au revoir qui demeura sans réponse. Nous étions fin prêtes à leur clouer le bec, à défaut de leur apprendre la politesse. On peut dire que la journée promettait…
     
    Le jour s'annonçait pénible. Mais contre toute attente, une fois le train des mauvaises nouvelles passé, la tension diminua, et l'atmosphère s'apaisa.
    À force de baigner dans cette hypocrisie constante, j'avais réussi à la banaliser, à ne plus y penser et j'ai enfin pu, depuis le début de la convention, me relaxer. J'avais trouvé des gens avec lesquels parler de la convention, auxquels je dépeignais l'envers du décor et que je voyais en suite insulter l'organisation pour diverses raisons. Satisfaction. On répondait aux "comment ça va?" Par d'énormes sourires avant de tout déballer et faire naitre chez ces clients altruistes, de l'empathie, de la compassion et du dégoût pour les gens qui organisaient. Une Poison Ivy m'a dit que les repas étaient un peu fades et que le choix manquait. Quand mon amie lui a dit: "On peut se le dire, c'est dégueulasse " la jolie femme verte lança un "Oh merci! Je n'osais le dire!" Suite à quoi elle prit racine à mes côtés. On nous parlait de plus en plus, encouragements, anecdotes sur la convention et ses cas et même des clins d'œil, ce qui me rappelait momentanément que j'étais bien un être humain. On a pu encore plus constater l'incompétence du staff cuisine grâce à, entre autre, un exposant de JV. Il n'avait pas eu de repas à midi, il avait été oublié. On lui avait d'abord apporté un sac repas avant qu'il ne remarque que ce n'était pas son nom qui était écrit. Ils s'étaient trompés de stand et personne ne revint. Comme il était seul et trop occupé à faire jouer les visiteurs, il ne pouvait pas quitter son stand pour aller quémander un repas normalement livré. Il était condamné à passer la journée sans manger après avoir tenu un repas, bien qu'immonde, entre ses mains. Quand il m'a raconté ça, il devait être plus de 17 heures, je me suis empressée de lui donner une crêpe. Oui, cette crêpe que je haïssais tant, venait de grimper dans mon estime. J'étais presque heureuse d'avoir passé 3 jours à me brûler les doigts et à m'empêcher de vomir à la vue d'une simple crêpe, presque heureuse de me dire que j'avais tenté de faire abstraction de cette mauvaise foi qui planait au dessus des membres de l'orga, presque heureuse de ne pas avoir brisé les jambes de C, presque heureuse de ne pas tout avoir laissé tomber. Juste pour ce garçon en mal de nourriture et d'attention. Grandement surpris par notre geste généreux, il se rua vers son stand pour nous offrir des lots, certes ridicules, il en était conscient et s'en était excusé mais le geste était magnifique. On a pu obtenir, grâce à lui des informations sur le prochain événement Pokémon (Non, pas GO) à Nantes, une bonne personne. Le second cadeau qui nous à été fait était un poster avec de gentils messages. Il venait d'exposants, des artistes. Les messages étaient les suivants : "Quand aller chercher des crêpes devient une excuse ;)", "entre vos robes et vos crêpes, mon cœur balance! J'ai de la chance, on pouvait avoir les deux!" Et "Aux plus jolies vendeuses de crêpes de France". L'un d'eux nous lança un « à l'année prochaine !»… Ces mots ne me laissaient pas de marbre. De chaudes larmes de joie virent perler à mes yeux. On avait eu la plus belle marque de reconnaissance possible. Malgré le fait que notre visibilité ait été inexistante, malgré le fait que toute l'organisation nous crachait dessus, malgré le fait qu'on soit "DÉGUEULASSES", malgré le fait qu'on soit des princesses condescendantes... il y avait 3 petits cœurs capables d'en faire abstraction et de nous apprécier pour ce que l'on faisait. La tension se relâcha, la pression aussi et la frustration fut effacée.
     
    Apres la fermeture, une fois le rangement terminé, nous sommes allées parler à notre chef de pôle (oui oui, je l'appelle comme ça malgré son inutilité) en lui disant que plus jamais, nous ne reviendrons en lui expliquant pourquoi et il a fui, oui c'est un lâche. Faire de bonnes actions pour sauver les victimes de la convention, c'était cool mais je ne suis pas masochiste au point de volontairement venir me faire cracher dessus. Certains prennent ça pour de la fuite, peut être. On aurait pu rester pour rendre la convention plus agréable mais dieu sait où ils nous auraient placé l'année prochaine. En y repensant, après être restées dans le renfoncement d'un couloir près d'une baie vitrée avec un soleil de plomb et entre 2 sorties de secours, je ne voyais qu'un seul endroit moins agréable, les toilettes. Quoique, on aurait gagné en visibilité, pas sûre que ça plaise à l'orga. J'ai fait un dernier tour dans cette convention cauchemardesque en saluant les quelques personnes qui faisaient tâche dans ce décor.
     
    THE END.
  19. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Kanon dans Musique du moment 3   
    Je suis retombé sur cette musique, et je pense que ça vous plaira
     
     


  20. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Kanon dans O.S.T du moment   
    Voici l'OST que je propose aujourd'hui : l'OST d'Okami
    Pourquoi ce choix ? Parce que la musique de ce jeu (et celle d'un autre jeu que je posterais plus tard), m'a appris qu'une bonne ambiance pouvait rendre un bon jeu légendaire. Okami est très bon en termes de gameplay et de tout ce qui concerne les mécanique de jeu et de narration, mais là ou il excelle c'est dans la direction artistique avec son visuel inspiré des estampes japonaise et avec sa musique japonaise magnifique. Je vous link ici le CD1 de l'OST et je vous laisse découvrir le reste par vous même.
    Bon Voyage
     


  21. Utile
    Un Rieur a réagi à Kasugano Sora dans [Dessins] Dessin de kasu   
    Je met une petite mise à jour =)
     
    Avec pas mal de soucis de proportions je trouve ^^












  22. Utile
    Un Rieur a réagi à Kirito67100 dans parcequ'il était un temps que les moins de 16 ans ne peuvent pas connaitre :)   
    Alors voila, Notre monde a beaucoup évolué depuis la fin des années 80 surtout grâce a la démocratisation d'internet, et il est des choses que certains d'entre nous nés a partir de la fin des années 90 et étant presque nés avec une carte réseau voir une carte wifi dans la bouche n'on pas voir peu connus.
    C'est pourquoi je vous propose vous qui êtes un pur produit des années 90 de nous parler de choses que certains n'ont pas pu vraiment connaitre, que ce soit certains bruits (le démarrage d'un modem 56k par exemple) ou certains objets, voir médias...
     
    Donc je vais commencer par Le bruit de démarrage du modem 56k ^^
     
    Entre le milieu et la fin des années 90 certains d'entre nous ont pus voir internet qui commençait a bien se démocratiser arriver dans leur foyer et donc découvrir le modem 56k voir 39k pour les plus vieux (genre Shaft :P).
    Il faut savoir qu'a cette époque on pouvais limite lancer la recherche d'une page internet puis aller boire un café le temps que ca s'affiche ^^
    Et oui avant pour aller sur le net fallait être patient et lire une vidéo sur internet vous pouviez oublier, de toute façon youtube n'existait pas a cette époque là.
     
    Mais au début d'internet nous autres anciens avions tous connus ce bruit atypique et harmonieux que nous chantait notre modem 56k au démarrage, chanson qui nous indiquait que peu de temps après (plusieurs longues minutes) nous pourrions surfer sur internet.
    Et oui pas d'adsl a cette époque et quand a la fibre c'était même pas en projet encore ^^"
     
    Du coup je vous laisse vous autres nostalgiques comme moi ou jeunes gens a la soif de connaissance, découvrir ce bruit si atypique du modem 56k:
     


     
    Aussi je vais vous proposer un autre son un peu plus connu qu'es celui du démarrage de la première Playstation qui nous a tant excités au démarrage de notre console préférée ^^
     


  23. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Ach' dans Musique du moment 3   
    Morceau découvert à l'instant, bien cool :
     
     


  24. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Raiton dans Les projets d'un Rieur   
    BluePrint par souci de rapidité.
    Je ne sais pas comment fonctionnent les musiciens.
     
    Et les artistes avaient chacun leur rôles effectivement, mais j'ai plus les tâches exactes en tête.
     
     
    Petit bonus qui fait plaisir, voici un Artwork qui peut faire fond d'écran, et qui viens de notre jeu :
     
     
     
  25. Utile
    Un Rieur a reçu une réaction de Raiton dans Les projets d'un Rieur   
    Alors c'est un jeu de plateforme énigme un peu comme the cave ou Trine.
    Le but c'est d'utiliser les moutons et de les libérer. Il y a plusieurs types de moutons (dans le trailers on en voit qu'un).
     
    Pour la composition du staffs, alors on est tous étudiants : les gens du NAD (tu vous le logo dans les crédits à la fin du trailer) sont les artistes graphistes du jeu,
    les gens de l'UQAC sont les programmeurs, et les gens de l'UDEM sont les musiciens.
     
    Après pour ce qui est du concept et du gameplay ainsi que le level design on s'est réparti le travail et tout le monde a pu suggérer ses idées.
     
    Le moteur utilisé c'est l'Unreal Engine 4.9.
     
    Après pour le temps de tafs, on a mis de Janvier à Avril, et un prototype avait été fait par une équipe réduite de septembre à décembre.
×
×
  • Créer...