• Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

Tigercrow

Membre
  • Compteur de contenus

    373
  • Points

    3 534 
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2
Mes musiques préférées

Tigercrow a gagné pour la dernière fois le 23 février

Tigercrow a eu le contenu le plus aimé !

6 abonnés

À propos de Tigercrow

Ancien du Staff
Validé
  • Rang
    Britannien d'honneur
  • Date de naissance 18/01/1995

Mes informations

  • Sexe
    Masculin
  • Prénom
    Tigercrow ;)
  • Localisation
    France

Informations de contact

  • Site web
    http://www.manga-sanctuary.com/collection.php?id=105373&page=liste&type_collec=ms

Visiteurs récents du profil

3 557 visualisations du profil
  1. Bienvenue à toi Comment ca tu n'aimes pas SNK ?! HERETIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIQUE, BRULONS LA !!!
  2. Kana l'avait vaguement annoncé sur ses réseaux sociaux sans cependant l'affirmer franchement. Après la pluie de Jun MAYUZUKI se terminera avec le tome 10 pas encore paru au japon. C'est le Big Comic Spirits, magaZine de prébublication dans lequel paraît la série, qui vient de confirmer la nouvelle. Bonne ou mauvaise, seul l'avenir nous le dira. Résumé: Akira est une adolescente de 18 ans qui travaille dans un Family Restaurant après les cours. Elle est secrètement amoureuse du gérant du restaurant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n’est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance. Akira était autrefois l’espoir du club d’athlétisme. Mais une blessure à la cheville lui a brisé ses rêves de gloire. C’est au moment où elle était encore dans le deuil de sa passion sportive qu’elle a rencontré Masami. Il a fait preuve de gentillesse à son égard. Il n’a évidemment pas mesuré à quel point son geste a été salvateur pour Akira. Ni à quel point cela a fait naître en elle le sentiment qu’elle porte aujourd’hui. Actuellement 4 tomes sont parus en France, le prochain est prévu pour le 20 Avril 2018. Source : manga sanctuary
  3. Les résultats annuels d’Activision sont désormais disponibles et deux lignes du rapport indiquent que d’autres jeux remasterisés seront disponibles cette année. Activision n’est pas le premier à avoir succombé à la mode des jeux remastered et ne compte pas non plus s’arrêter en si bon chemin. Après les versions remastérisées de Call of Duty : Modern Warfare etCrash Bandicoot N. Sane Trilogy, l’éditeur prévoit d’autres titres. En 2018, le rapport indique que World of Warcraft : Battle for Azeroth ainsi que le prochain Call of Duty sortiront sur la seconde moitié de l’année, ainsi que d’autres « versions remastérisées de jeux de notre bibliothèque de propriétés intellectuelles ». On ne sait rien de plus pour l’instant mais il se murmure fortement que l’un d’eux serait Spyro the Dragon Trilogy Remaster. Source : Xboxygen
  4. Il y a des jeux qui accrochent le regard dès les premières secondes, et The Last Night en fait partie. Dévoilé pendant la conférence Xbox de l’E3 2017, le titre a beaucoup fait parler de lui mais il est resté bien discret depuis. Nous avons donc souhaité en savoir plus et avons eu la chance de pouvoir poser nos questions à Tim Soret, fondateur et directeur créatif du studio Odd Tales. Nous remercions grandement Tim pour le temps qu’il nous a consacré pour cette interview très riche sur le développement et le background du jeu. Nous espérons que vous apprécierez autant que nous. The Last Night est prévu sur PC et Xbox One et sera compatible 4K et HDR. Sa date de sortie n’est pas encore fixée. Bonjour Tim. Quelle est l’équipe qui travaille sur The Last Night ? Combien êtes-vous au studio ? Tim Soret : Notre effectif oscille entre 5 et 9 personnes, la moitié à temps plein, le reste en freelance. Et nous comptons muscler sérieusement l’équipe en 2018. Comment vous est venue l’idée du jeu The Last Night et qu’avez-vous fait avant par exemple ? Tim Soret : Alors que la plupart de mes potes étaient captivé par Mario et Sonic, de mon coté à 4 ans, j’étais surtout obsédé par Flashback et Another World, deux jeux français d’ailleurs. Flashback - Amiga Flashback - Amiga C’est ce qu’on appelle des cinematic platformers, et dès gamin, j’aimais la physicalité de ces jeux où les animations étaient prioritaires sur les contrôles (on devait prendre son élan avant de sauter par exemple). Surtout, il s’agissait de jeux vraiment immersifs, avec la sensation de vivre une vraie aventure, dans des univers de science fiction de fous, assez proches de la BD fantastique à la Mœbius. Puis j’ai grandi, cultivant le même amour pour le jeu vidéo. À 19 ans, je me suis lancé en graphiste freelance et j’ai fait carrière dans le web, puis la pub, le motion design et les effets spéciaux pour des marques comme Samsung, Rayban, Nespresso, Cartier, Nike, Yves Saint Laurent, etc... J’ai alors compris d’où venaient Blade Runner, Ghost in the Shell, Akira, Flashback, Mœbius, tout ce que l’on voit dans la science fiction et le cyberpunk... JPEG - 69.9 ko Lorsque j’ai eu 24 ans, en 2012, un client et ami m’a appelé pour bosser un mois avec lui à Hong Kong. Il s’agissait d’habiller en vidéo un énorme évènement pour Cartier : c’était un beau challenge technique et créatif, c’était bien payé, c’’était à l’étranger, j’y suis donc allé. C’était la première fois que je sortais d’Europe, et en arrivant là-bas, cette ville verte, sinueuse, chaotique, verticale et chaleureuse m’a mis une gifle monumentale. J’avais pris un appareil photo pour capturer mes sensations sur place, et vous pouvez vous immerger dans cette ville juste en jetant un œil à cette galerie. Lorsque je suis revenu, j’étais transformé. J’ai alors compris d’où venaient Blade Runner, Ghost in the Shell, Akira, Flashback, Mœbius, tout ce que l’on voit dans la science fiction et le cyberpunk... Le chaos, la foule, la juxtaposition du moderne et du traditionnel, la richesse qui côtoie la pauvreté, la vie nocturne bouillonnante, l’échelle étourdissante de la ville autour... Deux ans plus tard, en 2014 avec mon petit frère Adrien, on essaye de fonder un studio et de se lancer dans le jeu vidéo. On avait vu le documentaire Indie Game : the Movie, et puis on avait aussi décidé de participer à la Cyberpunkjam, un concours de création de jeu vidéo en ligne qui durait 10 jours. On était en retard, donc on n’a passé que 6 jours sans dormir à essayer de sortir un petit hommage à Flashback, avec un look urbain, nocturne et pluvieux à la Blade Runner. On était content de notre petit machin gratos en Flash, on laisse le temps passer... et puis un matin on se réveille et on se rend compte qu’on a gagné le concours, parmi les 250 jeux postés. D’un coup, des dizaines de milliers de joueurs se ruent dessus, la presse titre sur nous, le web s’excite et on réalise qu’on tient peut-être quelque chose là. Le cyberpunk était un genre mort et oublié en 2014, c’était bien avant son coming back avec le remake de Ghost in the Shell ou Blade Runner 2049, donc on s’est lancé en se disant que si les gens avaient aimé ce qu’on a pu sortir en 6 jours, alors qu’est-ce que ce serait si on prenait le temps de faire les choses bien ? Trois ans plus tard, le temps que le projet mûrisse, qu’on découvre comment monter un studio, qu’on lève des fonds, qu’on assemble une équipe, qu’on bouge à l’étranger, qu’on imagine et dessine l’univers, qu’on apprenne à se servir d’un vrai moteur de jeu vidéo, qu’on explore ce qu’on était capables de faire, que certains partent et d’autres restent... Trois ans plus tard, avec mon équipe, je sors un trailer qu’on présente à l’E3, et là ce fut... complètement inouï. Le trailer montré à l’E3 faisait penser à Blade Runner dans son ambiance. Ce film fait-il partie de vos grosses influences ? Quelles sont-elles ? Tim Soret : Blade Runner, c’est l’étalon visuel cyberpunk. Bien qu’il ait été filmé en 1982, il est toujours impeccable 35 ans plus tard. Personne depuis n’a réussi à le surpasser, à dépeindre le futur de façon aussi riche, crédible et sensuelle. Forcément, c’est une influence majeure. Cela dit, je cherche à dépeindre un futur plus accueillant, plus vert, plus chaleureux. The Last Night n’est pas nécessairement une dystopie. A quoi ça ressemble, dans le futur, de prendre les transports en commun, de faire ses courses, de faire la fête, de faire l’amour ? Ce qui m’intéresse, ce n’est pas de suivre un détective, une flic ou un hacker, mais c’est l’histoire de ce couple dans la rue, de cette gamine qui va à l’école (s’il y en a encore une), de cette femme qui va au boulot (s’il y en a encore, là aussi). A quoi ça ressemble, dans le futur, de prendre les transports en commun, de faire ses courses, de faire la fête, de faire l’amour ? C’est ce qui manque à la science fiction et au cyberpunk. Seul Black Mirror le fait un peu, mais les scénaristes ne s’intéressent qu’à un détail de la société par épisode, c’est donc assez limité. Ce qui est intéressant, c’est de voir comment chaque changement de société s’interconnecte avec le reste. Comment tout s’organise, se transforme, comment les mœurs évoluent, quel est l’impact sur la vie d’un anonyme, c’est ça qui me fascine. Un peu comme si on pouvait montrer nos vies, nos réseaux sociaux, nos boulots, nos jeux vidéo, notre porno, à des gens qu’on aurait ramené de 1850. Imaginez la claque vertigineuse qu’ils se prendraient. Et bien je compte infliger la même. Pour nos lecteurs, pouvez-vous nous pitcher le jeu en quelques mots svp : quel est le but du jeu, en quoi consiste-t-il ? JPEG - 33.6 ko Tim Soret : The Last Night est un jeu d’action-aventure, un drame de science-fiction, drapé de spleen et de mélancolie. Vous vous réveillez chaque soir dans votre appartement. Vos voisins font du bruit, un chien aboie pendant qu’un bébé pleure, le métro fait vibrer le parquet, les dettes s’entassent, les amis ne vous appellent plus, et les petits jobs se font de plus en plus rares à cause de votre sale réputation online. Dans la ville, vous êtres libre de rejoindre qui vous voulez où vous voulez, de prendre le métro pour aller dans le quartier rouge, d’aller boire un verre avec un pote ou d’aller bosser... Seul, isolé, dégouté par ce monde qui ne vous attend pas pour avancer, vous sentez monter au fond de vous l’envie de tout foutre en l’air, de réveiller le monde de ce cauchemar absurde. Mais alors que tout le monde passe sa vie en réalité augmentée, à esquiver des hordes de zombies imaginaires, à streamer les soirées arrosées et à incarner des personnages comme dans un MMO grandeur nature, vous n’en faites pas partie. Vous êtes incompatible, suite à un accident grave qui vous a endommagé le cerveau lorsque vous étiez gamin. Seul, isolé, dégouté par ce monde qui ne vous attend pas pour avancer, vous sentez monter au fond de vous l’envie de tout foutre en l’air, de réveiller le monde de ce cauchemar absurde. Au fil des nuits, de rencontre en rencontre, votre vie va prendre un tournant qui vous bouleversera à jamais. Comment êtes-vous arrivé d’un ‘petit projet’ à une couverture à l’E3 ? Comment ça se passe quand on passe en prime time à la conférence d’un gros constructeur par exemple ? Est-ce que c’est Microsoft qui vous contacte dans ces cas-là ? JPEG - 30 ko Tim Soret : Les toutes premières personnes de l’industrie à nous avoir repérés et soutenus, ce sont les gens d’ID@Xbox, le programme de soutien des jeux indépendants chez Xbox. Ils savaient qu’on bossait sur quelque chose d’innovant visuellement. J’ai conçu The Last Night pour évoquer les jeux pixelisés de notre enfance, mais comme embellis par la mémoire plutôt que simplement rétro... D’où ce mix entre sprites à l’ancienne, mais lumières et effets next-gen, que je n’avais jamais vus dans aucun jeu jusqu’alors. Le trailer était suffisamment intéressant et différent pour que Microsoft décide de le mettre dans la conférence tel quel, à côté des trailers de géants réalisés à coups de millions de dollars. C’était surréaliste. 2 mois avant l’E3, Microsoft sont passés nous voir pour savoir si on pouvait préparer quelque chose digne de l’E3. On n’avait rien à leur montrer de vraiment convaincant, mais on leur a dit qu’on était confiant et qu’on pouvait y arriver. En vérité, on flippait de se vautrer, soyons honnêtes. J’ai appelé un ami parisien pour venir en renfort à Londres, et avec le reste de l’équipe on a donné tout ce qu’on pouvait. Le trailer était suffisamment intéressant et différent pour que Microsoft décide de le mettre dans la conférence tel quel, à côté des trailers de géants réalisés à coups de millions de dollars. C’était surréaliste. Avez-vous vu une différence avant/après E3 en termes d’exposition, et qu’est-ce que ça a changé (ou pas) pour vous et votre approche du jeu ? Tim Soret : Ca a dépassé toutes nos attentes. Même si au fond de moi j’espérais un tel succès, c’était impossible de le formuler à qui que ce soit pendant ces 3 ans, ça aurait paru prétentieux, c’était incompréhensible pour la plupart des gens. Donc voir les joueurs acclamer et désirer le jeu, c’était un pur moment jouissif. Quel putain de pied de voir que les gens ont connecté avec ce qu’on essayait de faire. J’étais pas sûr que ça intéresserait plus de monde que ça. C’était un drôle de pari, plein de gens ont questionné l’abandon de ma carrière pour me lancer dans un projet en pixel art. Avec le recul, c’est surtout parce que personne à part moi-même n’imaginait où je pouvais emmener ce style... D’où l’importance de se faire confiance, et de se lancer, parfois d’une façon un peu naïve et effrontée. La minute où le trailer est passé, The Last Night s’est retrouvé propulsé trop trend mondial sur Twitter, devant tout le reste. JPEG - 21.9 ko On est passé d’inconnus aux yeux du grand public à jeu indé très attendu, comme un Cuphead révélé en 2013, ou un Ori and the Blind Forest. C’était incroyable. Des dizaines de milliers de journalistes, de développeurs qu’on admire, de joueurs nous ont dit que c’était le jeu le plus intéressant de la conférence. Nos téléphones sont tous morts en moins de 15 minutes sous les notifications. Hallucinant. J’arrivais toujours pas trop à le croire, je me suis senti comme un imposteur : moi le petit développeur français qui fais un truc en pixel art avec même pas un centième du budget des jeux AAA. On est passé d’inconnus aux yeux du grand public à jeu indé très attendu, comme un Cuphead révélé en 2013, ou un Ori and the Blind Forest. C’était incroyable. Du coup, comme avant, on ne savait pas si ça allait toucher le grand public, on ne pouvait faire peut-être 30% de ce qu’on avait en tête. Cette validation du public à l’E3 nous a donc permis de recevoir des opportunités de fou dont je ne peux parler ici. Pas encore. En tout cas, sachez qu’on bosse à faire le jeu le plus riche et complet que l’on puisse, même si ça prendra plus de temps. Et d’ailleurs, où en est le jeu, son avancement ? Sort-il cette année ? Tim Soret : Il y a encore du sérieux taff. On a tous les outils en place, tous les workflows sont là, l’univers est posé, la quasi totalité des features sont programmées, maintenant j’ai pas encore l’équipe et le budget qu’il me faut pour faire aboutir le projet, on a la majorité des assets à sortir niveau animations et décors. On ne peut donc rien annoncer pour l’instant. On fait de notre mieux pour recruter et accélérer tout ça. Vous en saurez plus dans quelques mois. Mais je ne veux absolument pas sortir le jeu si on n’a pas un niveau de finition digne d’un grand jeu indé. Je m’en fous de 2018, les dates tout ça, c’est artificiel, il y a plein de jeux auxquels jouer en attendant. Ce qui compte c’est que l’œuvre soit complète, fascinante, son potentiel exploité à fond et qu’on ait sorti tout ce qu’on pouvait plutôt que faire 3 DLCs et deux suites fades. JPEG - 138.4 ko Petite question technique : est-ce difficile de travailler le pixel art ? Pourquoi avoir choisi ce rendu ? Hommage à Flashback ? Tim Soret : Le pixel art, contrairement à ce qu’il en a l’air, est très difficile à maîtriser à ce niveau. On galère vraiment à trouver des artistes capables de sortir de tels décors, on doit passer beaucoup de temps à former les nouveaux talents au style 3D spécial de The Last Night. Évidemment c’est en parti un hommage à Flashback, mais pas que. C’est surtout les décors des vieux jeux de combats 2D style Garou Mark of the Wolves. Je les ai toujours trouvés sublime, et je me suis toujours demandé pourquoi on avait pas de tels décors dans des jeux plus action / aventure. Et comme personne ne le faisait, je me suis dit qu’il fallait le faire moi-même. Assez vite, cela dit, on s’est rendu compte du temps que ça prendrait et des limitations niveau éclairage et parallaxe. Je voulais des ombres, des reflets, de la physique... Et le seul moyen que j’ai trouvé de concilier tout ça, c’est le rendu que vous avez aujourd’hui. Si vous voulez avoir plus de détails sur la genèse de The Last Night en vidéo, filez voir le making of du trailer que j’ai fait. Enfin, avez-vous de nouvelles images à nous proposer à l’occasion de cette interview ? Nous sommes assez fans de la D.A. chez Xboxygen ! Tim Soret : Non, pas de nouvelles images, je ne compte pas trop spoiler le jeu, je compte distiller les révélations au goutte à goutte pour les trailers. Merci Xboxygen. See you soon ! Source : Xboxygen
  5. Microsoft vient d’annoncer les nouveaux jeux Xbox Game Pass du mois de mars et on peut dire qu’il y a du lourd qui arrive pour un abonnement qui coûte 9,99€ par mois. Xbox Game Pass : liste des jeux de mars 2018 Sea of Thieves Rise of the Tomb Raider Super Lucky’s Tale Resident Evil Revelation 2 Oxenfree Sonic CD The Final Station Euro Fishing Comme prévu, la sortie de Sea of Thieves est prévue pour le 20 mars et le jeu arrivera dès sa sortie dans le Game Pass. Ce mois de mars sera aussi l’occasion de tester le mignon jeu de plateforme Super Lucky’s Talesorti il y a seulement 4 mois, mais aussi le sympathique jeu d’aventure/réflexion Oxenfree, un peu d’horreur avec Resident Evil Revelations 2, de la pêche avec Euro Fishing et bien sûr les aventures de Lara avec Rise of the Tomb Raider. Alors, vous pensez quoi des jeux Xbox Game Pass du mois de mars ? Source : Xboxygen
  6. Voilà déjà 4 ans que Satya Nadella est à la tête de Microsoft, en remplacement de Steve Ballmer. Le PDG n’a pas abandonné la branche jeu vidéo de la société comme certains auraient voulu nous le faire croire, mais a au contraire misé davantage sur cette force. C’est lors d’une conférence hier à San Francisco que Satya Nadella a réitéré sa vision du jeu vidéo pour Microsoft. Microsoft est dans le business du jeu vidéo depuis très longtemps, et certains l’oublient parfois. Avec le PC, Microsoft a acquis une culture du jeu vidéo très forte depuis des années et il faut parfois rappeler que le jeu sur PC et la Xbox sont issus de la même société. Une des choses que la plupart des gens ont du mal à admettre, c’est que nous sommes les propriétaires de ces deux-là. Satya Nadella explique que Microsoft construit un service de jeu vidéo dans lequel la console jouera un rôle important puisque c’est là que la majorité des joueurs se trouvent. Et dans le même temps, le PC en tant que machine de jeu continue de se démocratiser. Entre ces deux mondes, il y a le Xbox Live, le service de jeu en ligne de Microsoft, avec abonnement (payant sur Xbox), qui est une « énorme opportunité » pour la société. Nadella s’est dit très content de l’offre jeu vidéo que propose Microsoft aujourd’hui. Ce capital a été construit sur la marque Xbox appréciée, ainsi que sur le jeu PC, et le PDG de Microsoft rappelle que le service Xbox Game Pass n’est que le début d’une transition où le PC et la console seront « très importants ». Au final, il s’agit de personnes et de leur capacité à pouvoir jouer n’importe où. C’est ce vers quoi nous nous dirigeons. Que ce soit via nos abonnements avec le Game Pass, ou avec Mixer qui grossit rapidement en termes de streaming, de nos franchises eSport first party.... Je pense donc que nous avons beaucoup, beaucoup de forces. Mais fondamentalement, tout ça provient de cet héritage d’avoir été dans l’industrie du jeu pendant de nombreuses décennies et d’avoir développé cette aptitude dans un monde où nous avons maintenant la capacité de prendre tout ça et le mettre au service d’un marché beaucoup plus vaste que jamais. Source : Xboxygen
  7. Dans la revue de presse du lundi 26 février, nous allons aborder : une loi sur les manuels scolaires numériques, un traitement contre la grippe en une seule dose, des seniors qui abandonnent leur permis de conduire et le très attendu marathon de Tôkyô. Vers des manuels scolaires numériques Le gouvernement a adopté vendredi un texte de loi qui ouvre la voie aux manuels scolaires numériques, qui pourraient être utilisés par les enfants dès l’école primaire. Le cabinet de Shinzô Abe a en même temps validé un texte qui permettrait de contourner la loi sur les droits d’auteurs afin de faciliter la distribution de matériel pédagogique en ligne pour les écoles. Les étudiants handicapés pourront ainsi utiliser ces nouveaux outils via des tablettes ou des ordinateurs. Le ministère de l’Éducation envisage de développer l’introduction des versions digitales des manuels en vigueur à l’horizon 2020. Soigner la grippe en une seule dose Le ministère de la Santé a approuvé un nouveau médicament contre la grippe, qui ne nécessite qu’une seule prise, et ce quel que soit l’âge du patient. Le médicament, mis au point par le laboratoire Shionogi & Co., constitue une avancée considérable par rapport aux équivalents prescrits jusqu’à présent, comme le Tamiflu, qui doivent être administrés deux fois par jour pendant cinq jours consécutifs. Le médicament, nommé Xofluza, agit en inhibant l’enzyme utilisé par le virus de la grippe pour se reproduire. Les seniors rendent leur permis de conduire Un nombre record de seniors ont volontairement abandonné leur permis de conduire en 2017, selon l’agence de police nationale. Ils ont été 252 677 à le remettre aux autorités, soit une fois et demi de plus qu’en 2016. Un record depuis l’institution par le gouvernement de ce système d’abandon volontaire, en 1998. Le gouvernement impose en effet des tests cognitifs aux conducteurs âgés de 75 ans et plus pour renouveler leur permis tous les trois ans ou après certaines infractions. On leur remet alors un certificat de compétences pour la conduite. L’augmentation de la difficulté du test en mars dernier serait à l’origine de ces chiffres. Marathon de Tôkyô Le douzième marathon annuel de Tôkyô a eu lieu ce dimanche 25 février. C’est le Kenyan Dickson Chumba qui a le premier franchi la ligne d’arrivée, en 2h05:30 soit une moyenne de 20,17 km/h. 41 secondes derrière lui, le Japonais Yuta Shitara se classe deuxième. Pour le site Dozo Domo, l’intérêt de l’événement repose pourtant avant tout sur la présence des amateurs qui courent vêtus de déguisements improbables. Costumes de pikachu, de tournesol ou de choppe de bière, une galerie photo qu’on appréciera pour affronter le froid de ce lundi matin. Source : https://www.japoninfos.com/manuels-scolaires-numeriques-medicaments-contre-la-grippe-les-seniors-et-la-conduite.html
  8. Dans la revue de presse du vendredi 23 février, nous allons aborder les sujets suivants : record de saisie d’or de contrebande, le toit du réacteur n°3 de Fukushima terminé, un 1er anniversaire mitigé pour le Premium Friday et un projet pour mettre en avant les brasseuses de saké. Record pour l’or de contrebande 2017 a marqué un record pour la saisie d’or de contrebande puisque ce n’est pas moins de 6 236 Kg qui ont été saisis par les douanes japonaises au cours de l’année. Au prix de l’or cette année-là, cela représente plus de 210 millions d’euros qui sont entrés dans l’Archipel sans être taxés. Les cas ont explosé depuis 2014 et l’augmentation de la taxe à la consommation de 5% à 8%. Seulement 12 cas ont été recensés en 2013, 119 en 2104 mais 1 347 en 2017. La grande partie de l’or importé illégalement l’est par la voie des airs en provenance de Corée du Sud, Hong Kong et Taiwan. Un toit pour le réacteur n°3 de la centrale de Fukushima L’installation d’un toit sur le réacteur n°3 de la centrale de Fukushima s’achevée le 21 février. L’ouvrage en demi-cercle de 57 m de long pour 23 de large et pesant 55 tonnes avait été commencé en juillet 2017. Il remplace le toit original lourdement endommagé par une explosion d’hydrogène après l’accident de mars 2011. Grâce à ce toit, TEPCO devrait pouvoir commencer à retirer le combustible encore présent dans le bâtiment. L’opération pourrait commencer dès l’automne. Un 1er anniversaire difficile pour le Premium Friday Le Premium Friday fête sa première année malgré un succès mitigé. L’initiative devait permettre aux employés de terminer plus tôt le dernier vendredi du mois et ainsi soutenir la consommation. Mais selon une enquête menée par le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, seulement 11% des 2 000 personnes interrogées ont affirmé pouvoir finir plus tôt alors qu’ils sont 90% à connaitre le programme. De nombreux efforts restent donc à faire comme l’indique l’économiste Takayuki Miyajima : « il est essentiel de promouvoir des reformes sur la façon de travailler comme en créant un environnement permettant aux salariés de sortir plus tôt du travail ». Un projet pour aider les brasseuses de saké La fabrication du saké est un monde dominé par les hommes et moins de 50 brasseries à travers le pays sont dirigées par des femmes. Afin de mettre en lumière la travail de 12 d’entre elles, un projet de financement participatif a été lancé et a déjà largement dépassé son objectif alors qu’il reste encore plus d’un mois pour la campagne. Chaque saké produit, simplement nommé de n°1 à n°12, a pour thème « le type d’homme que l’on aimerait voir boire ce saké » alors qu’il est illustré et décrit sur l’étiquette de la bouteille. Source : https://www.japoninfos.com/or-de-contrebande-un-toit-pour-le-reacteur-n3-un-an-pour-le-premium-friday.html
  9. Bienvenue à toi, Encore une L, ca fait plaisir, yep 91 days c'est une vraie pépite, même si j'ai trouvé la fin foirée
  10. Au menu de la revue de presse d’aujourd’hui, jeudi 22 février 2018 : un pétrolier iranien à l’origine d’une marée noire, un plan anti-tabac, une nouvelle médaille d’or pour les Japonais et de nouveaux projets pour un athlète olympique. Un pétrolier iranien à l’origine d’une marée noire Souvenez-vous, le mois dernier, le pétrolier iranien « Sanchi« , et ses 136 000 tonnes d’hydrocarbures, avait percuté un navire de fret chinois au large de Shanghai, sombrant après 8 jours à la dérive. C’est la pire catastrophe du genre depuis 1991. Les gardes-côtes japonais ont retrouvé des boulettes de pétrole sur les plages de l’île d’Amami-Ôshima, dans l’archipel des Ryûkyû, pouvant être ramenées par le courant suite au naufrage du pétrolier. Même si cela reste à confirmer, le ministère de l’Environnement japonais, qui déclarait alors en janvier que le risque de pollution domestique était faible, s’inquiète désormais des conséquences de cet événement. Le Japon de nouveau en or aux J.O de Pyeongchang Nouvelle médaille d’or pour la délégation japonaise ! L’équipe féminine de la poursuite par équipe a remporté la plus précieuse des médailles cette nuit, battant au passage les Néerlandaises, tenantes du titre. C’est en établissant un nouveau record olympique de 2 minutes et 53.89 secondes que les deux soeurs Miho et Nana Takagi ainsi que Ayano Satô, déjà détentrices du record du monde, ont remporté l’or olympique. Le Japon a donc remporté pour l’instant 11 médailles olympiques (3 en or, 5 en argent et 3 en bronze) lors de cette édition, dépassant le record de Nagano 1998 où les Nippons étaient repartis avec 10 médailles. Un plan anti-tabac en marche ? Le Parti Libéral Démocrate a donné son aval pour un plan anti-tabac affaibli, ouvrant la voie à la poursuite du tabagisme dans les restaurants notamment, mais l’interdisant dans les écoles, les hôpitaux et les bureaux gouvernementaux. Les bars et restaurants, quant à eux, pourraient installer des fumoirs où aucune nourriture ni boisson ne serait servie. Le problème majeur reste que le lobby du tabac est extrêmement puissant au Japon : la lutte anti-tabac au Japon est très en retard, derrière des pays comme le Yémen, l’Afghanistan ou le Pakistan. Cependant l’opportunité à venir pour ce combat réside dans l’organisation prochaine des J.O de 2022, pour lesquels des mesures publiques peuvent être prises. Du patinage au gaming ? Médaillé d’argent en patinage artistique lors des J.O d’hiver de Pyeongchang, Shôma Uno, 20 ans est aujourd’hui perçu comme l’un des grands talents de la discipline grâce à son agilité et sa grâce. Le jeune prodige a pourtant un projet bien particulier. Lors d’une interview il a déclaré n’être que très peu stressé lors de sa prestation « peut-être parce que les J.O ne représentent pas mon but ultime » a-t-il déclaré. Il a également expliqué qu’il n’avait pas le temps pour l’amour étant « pleinement occupé par les jeux vidéo et le patinage aujourd’hui (…). Mon intérêt pour les jeux vidéo est de plus en plus grand, j’aimerais intégrer une compétition« . Une reconversion à suivre ? Source : https://www.japoninfos.com/du-petrole-sur-les-cotes-le-japon-en-or-aux-j-o-plan-anti-tabac.html
  11. Dans la revue de presse du mercredi 21 février, nous allons aborder les sujets suivants : une aide pour prévenir les violences sexuelles, le Japon achète des chasseurs américains, interdiction de pêcher dans le lac Ogawara à cause d’une pollution et des râmen contre les allergies aux pollens. Un test pour prévenir les violences sexuelles L’ONG Shiawase Namida (larme de joie) et l’association pour l’étude de la naissance et de la vie ont mis au point un test en ligne pour aider à informer les adolescentes sur la problématique des violences sexuelles. Le but est de donner aux jeunes filles, de manière simple et ludique, les bases pour entretenir des relations saines en allant de la discussion en ligne avec un inconnu au fait d’être forcée de montrer son téléphone à son petit copain. Le test va donc bien plus loin que ce que faisait généralement la prévention qui se focalisait sur les avances et les grossesses non désirées. Le Japon investit pour ses forces aériennes Le Japon prévoit de renforcer sa flotte de chasseurs avec l’achat de 20 F-35A de la firme américaine Lockheed Martin. Alors que pour une précédente commande, 42 appareils sont assemblés dans une usine de Mistubishi sur le sol japonais, ces 20 avions devraient être commandés directement aux États-Unis. Cela devrait permettre de les acquérir pour environ 80 millions d’euros pièce et ainsi faire une économie de près de 25 millions d’euros par appareil. Interdiction de pêche dans un lac du département de Aomori Nous restons dans l’aviation puisqu’il est ici question d’un F-16. En effet, un appareil de la base de l’US Air force de Misawa, département de Aomori, a été contraint de largué son réservoir de carburant externe après un problème moteur. Pour des raisons de sécurité, cela a été fait au-dessus du lac Ogawara. Cependant, l’initiative n’a pas du tout plu aux pêcheurs locaux qui ont dû interdire toute pratique tant que la pollution engendrée ne sera pas nettoyée. Le maire d’une localité proche du lac a contacté les autorités américaine afin qu’un tel incident ne se reproduise pas. Des râmen contre les allergies aux pollens L’Université pharmaceutique du Japon s’est associée avec la chaine de râmen Menya Musashi pour proposer un plat lutant contre les effets de l’allergie aux pollens. Concoctés avec des ingrédients issus de la médecine traditionnelle chinoise, ces râmen seront en vente entre le 9 et le 21 mars au Menya Musashi de Roppongi. Cette période n’a pas été choisie au hasard puisqu’il s’agit de la période avec une grande concentration de pollen de cèdre. Source : https://www.japoninfos.com/violences-sexuelles-des-f-35a-pour-le-japon-pollution-du-lac-ogawara.html
  12. Tigercrow

    SebiTheNil

    Bienvenue à toi, N'hésite pas à venir sur le discord
  13. Dans cette revue de presse du mardi 20 février 2018, nous traiterons les sujets suivants : le déficit commercial japonais en hausse, un écran à LED pour suivre son état de santé , une minorité de population « japonisée » à Taiwan luttant pour son héritage et un super volcan sous-marin découvert au large du Japon. Le déficit commercial au Japon se creuse C’est une première en huit mois : le Japon a enregistré un déficit commercial de 13,6 % de plus par rapport à janvier 2017, majoritairement à cause de la hausse des importations d’énergie et de matières premières. Ce déficit se chiffrerait, selon le ministère des Finances à 943,4 milliards de yens (soit environ 7,1 millards d’euros). Cette tendance reste néanmoins inférieure aux attentes des analystes, contre 1091,8 millards un an auparavant. Un écran à LED comme seconde peau Oui vous avez bien lu. Un chercheur japonais, Takao Someya, professeur à l’Université de Tôkyô, a mis au point un écran à LED pouvant se coller à la peau : équipé de capteurs, il pourrait permettre, aux médecin par exemple, de suivre l’état de santé de son utilisateur. Un millimètre d’épaisseur, 384 micro-LEDs, un capteur ultra léger et un système de communication sans fil, voilà ce qui compose le dispositif. Une commercialisation serait envisageable d’ici 3 ans. Une minorité « japonisée » de la population de Taïwan lutte pour faire revenir leur propre langage Il existe à Taïwan une population qui ne parle ni mandarin, ni taïwanais mais bien japonais, ou du moins un de ses dérivés, les Atayals du canton de Nanao. Cette langue, appelé japonais créole yilan, trouve ses origines dans la langue atayale originale et dans la colonisation japonaise entre 1895 et 1945. Cependant cette langue est menacée de disparition par la normalisation de Taïwan qui passe notamment par l’éducation. Ce n’est d’ailleurs pas le seul problème pour ce peuple qui subit, comme de nombreuses populations indigènes de par le monde, des révolutions sociales et sociétales. Un super volcan sous-marin découvert au large des côtes japonaises Des géologues de l’Université de Kôbe ont en effet découvert un dôme de lave géant à l’intérieur d’un super volcan, situé à Kyûshû, sur la bordure nord de la Caldeira de Kikai. C’est en étudiant le cratère ayant provoqué une catastrophique éruption il y a 7 300 ans que les chercheurs sont tombés sur cette coupole entrain de pousser. Les chercheurs ont néanmoins précisé que le risque d’éruption prochaine n’est que de 1% et que « les catastrophes géologiques massives avaient une période de récurrence qui s’étalait sur des centaines de milliers d’années, voire des millions d’années. » Source : https://www.japoninfos.com/deficit-commercial-japonais-un-ecran-led-comme-seconde-peau-une-minorite-japonisee-a-taiwan-un-super-volcan-sous-marin-decouvert-au-large-du-japon.html