Aller au contenu
  • Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

Delta-Prime

Membre
  • Compteur de contenus

    108
  • Points

    10 
  • Inscription

  • Dernière visite

Activité de réputation

  1. Utile
    Delta-Prime a reçu une réaction de Edji dans Hollow   
    Chaque histoire possède, deux points en commun : chacune a un début et inévitablement, une fin.
    Il en va de même pour les hommes. Cependant, qu'importe le lieu de naissance ou la mort d'un homme.
    Le plus important est sa définition d'une vie accomplie.
    C'est ce que notre jeune héros veut savoir.
    Mais plutôt que de philosopher son histoire, je vais vous la conter....
     
     
     
    Devant ses yeux s'étends une vaste plaine empli d'herbes vertes, coupée en son sein par un sentier.
    Un calme règne. Aussi, sur ce paysage commun un homme brise ce silence avec son cheval.
     
    Aucun berger ne brouille son champ de vision. Les alentours sont connus pour son taux d'agression alarmant par les brigands de la ville voisine. Ces brigands en question... croupissaient dans une mare de sang à une dizaine de mètre de notre héros. leurs sangs tachaient ses vêtements.
     
    « Heureusement que ma tenue n'est pas tachée», se répète-t-il en tenant de sa main gauche, orné d'un bracelet métallique d'une étrange origine, un ensemble ressemblant à nos smoking actuel, noirs à rayure rouge et de la main droite, les rennes de son cheval.
     
    S'il n'est pas assis sur ce vêtement, c'est qu'il compte le revendre à la garde de Marak, le village ou il se rend. Les soldats assignés manquent désespérément de destriers pour les croisades a venir.
     
    Notre homme voit enfin, par delà la plaine, les murailles de Marak. Mais cette pensée ne le soulagea pas a outre-mesure. Sa vue perçante lui permet de voir sur plus de trois kilomètres de distance et il estima encore a un kilomètre la distance le séparant de la ville. Il en profita donc pour détailler la ville qui se dessinait devant lui depuis un petit moment.
     
    Marak n'a pas volé son titre de ville-horloge, grande tour bâtie d'une pierre noire, ce qui est exceptionnelle par les temps qui courent, surmontée d'une grande horloge et de son carillon produisant le son unique, connu et reconnu encore aujourd'hui. Les autres bâtiments aussi sont dépeints de noir contrastant avec leur toits blanc , il en va de même pour les encolures de fenêtres qui contrastent à merveille avec la pierre si particulière que la ville exploite et revend en masse.
     
    Devant la porte principale, notre héros se fait accoler:
     
    «Hollow, est-ce toi?»
     
    Notre homme se retourne en direction de cette voix qui avait prononcé son nom.
     
    «C'est bien toi ! Quel vent t'amènes?»
     
    La voix en question venait d'un chevalier à quelques pas de lui, il portait une armure en plaque masquant la quasi-totalité de son visage, mais on pouvait y déceler une barbe brune et un regard semblant aimable. À vrai dire Hollow n'avait jamais vraiment comprit les différentes émotions que pouvait traduire un regard, il se contenta donc de répondre:
     
    «Le vent du nord. Je viens vendre un cheval pour me payer une semaine hors des sentiers de la prochaine ville.
     
    -As-tu une destination en particulier ? Non, ne réponds pas tout de suite, allons plutôt chez moi.»
     
    Hollow suivit donc le garde dont il n'arrivait pas à se rappeler le nom.(à défaut de sa fille qui lui fournira par la suite, toutes sortes d'indices).
     
    Alors qu'ils arrivaient devant sa maison, une explosion retentit, suivi, d'un grand nuage de fumée qui s'exfiltrait de la fenêtre. Une fille en sortit brusquement et sauta lourdement sur Hollow en hurlant:
     
    «Hollow ! Hollow ! Hollow !»
     
    la jeune fille avait des cheveux longs, noirs et soyeux. Un signe qu'elle en prenait soin et caractérisant la relative aisance de sa famille. Elle possédait en ses yeux, une lueur malicieuse qui était souligné par des sourcils parfaitement dessinés, ses lèvres fines et une dent semblable à un croc se distinguait lorsqu'elle souriait.
     
    «Arèsi, calmes-toi ..., ça va ? dit, Hollow tout en sachant pourquoi la dénommée Arèsi était dans cet état.
     
    -Tu ne m'as pas oublié!
     
    -Non, je t'ai promis que tu pourrais me suivre après tes 17 ans, n'est-ce-pas?» Répondit Hollow d'une voix calme.
     
    Alors qu'ils entraient dans la maison, une femme dit d'un ton amusé:
     
    «Toujours autant de succès jeune homme!
     
    -Arèsi, prépares-toi, je refais mon stock de flèche, je me change et alors tu pourras m'accompagner.
     
    -Youpi! hurla Arèsia.»
     
    Dans son dos Hollow ressentit un regard menaçant:
     
    «S'il arrive quoi que ce soit à ma fille...!dit, alors son père.
     
    -Es-tu sûr de pouvoir faire quoi que ce soit?»
     
    ...
     
    Une fois Hollow habillait d'un nouveau costume sorti de sa sacoche, ils partirent tout deux dans la ville, Arèsi le suivait de très prêt.
     
    «As-tu un client dans cette ville ? Demanda-t-elle.
     
    -Oui, un noble voulant se débarrasser de obstacle à sa réputation.»
     
    Notre petit couple arrivait devant la maison du-dit noble qui, chose exceptionnelle, possédait une maison tout à fait classique sans la pierre noire et blanche. l'instant d'après, Arèsi demanda :
     
    «Quel âge as-tu maintenant, Hollow?
     
    -Je ne sais pas Arèsi, je n'y prête plus attention.»
     
    Un valet vint ouvrir le portail regardant Hollow avant de tourner son regard vers la jeune fille puis demanda :
     
    «La demoiselle désire?
     
    -La "demoiselle" vient avec moi.»
     
    Hollow avança donc avec Arèsi dans la demeure. Après un instant ils se firent arrêter par le valet :
     
    «Mon maître ne voit aucun inconvénient quel que soit le sort que vous "lui" réservez, du moment qu'il n'en entend plus parler.
     
    -Très bien, Arèsi, un conseil, ne dégaines que sous mon ordre, peu importe ce qu'il se passe.»
     
    Arèsi déglutit difficilement sous la voix lugubre que prit Hollow. Ce dernier toqua trois fois sur la porte et rentrait suivi de près par cette dernière.
  2. Utile
    Delta-Prime a réagi à Naali dans [Poèmes] ouais c'est un poème   
    c'est un poème que j'avais écrit pour une fille quand j'avais 13 ans mais elle l'a jamais lu, je le met ici pour qu'il ne tombe pas dans l'oubli
     
    pour écrire,je prend cette plume qui est tombé de ces ailes
    j'ai vu au milieu de la brume une image qui n'est pas réel
    devant moi comme un but,impossible a atteindre
    plus belle que je l'aurais cru,dois je l'aimer ou la craindre
    je ne pense pas pouvoir la rattraper,autant arrêter de courir
    j'ai envie de pleurer mais je le cache derrière des fous rire
    plus beau était le rêve,plus douloureux est le réveil
    et le matin quand je me lève,que des souvenirs de mon angel
     
     
    c'est tout...
  3. Utile
    Delta-Prime a reçu une réaction de vinland dans Tronche de Cake II   
    vu que le nouveau si met pourquoi pas =)

  4. Utile
    Delta-Prime a reçu une réaction de vinland dans Spartoi   
    chapitre 1 :
     
    Je suis où? Ah, c'est vrai je suis dans mon lit, il n'y a qu'ici où je peut me sentir aussi bien. Pourquoi je suis en train de trembler? Non je tremble pas, on me secoue, si je me lève je n'arriverai plus à dormir...
     
    Aaaaah !!
     
    J'ai froid ! Je-Je suis trempée? Je croise le regard d'un homme en tenue de pirate qui semble dire que ma présence est requise à la salle centrale. Je m'active donc pour m'y rendre mais une main se posant sur mon épaule me fait remarquer que je ne suis qu'en petite tenue, je me sens rougir et en tournant la tête à la recherche de vêtements, je ne peut m'empêcher de détailler la salle où je me situe, salle remplie de lits et comportant une poubelle et une commode pour chaque lit.
     
    Un homme me tandis un ensemble bleu marine, je lis sur ses lèvres qu'il me dit de me dépêcher. Je lui fais comprendre que je lui suis reconnaissante et je m'en vais en direction d'une salle de bain. Une fois mon corps propre et ma tenue enfilée je me regarde dans la glace, ma peau est d'une marron ébène
    et mes yeux d'un noir profond de même que mes cheveux coiffés de façon totalement anarchique ,mes traits de visage si banals m'exaspèrent mais me facilitent mon travail. Je m'assure d'avoir ma ceinture bien bouclée et mes chéris bien accroché a cette dernière puis repars.
     
    Je ne prends pas la peine de regarder le chemin menant à la salle centrale, car je ne m'y dirige pas en réalité. Je me dirige vers le quai et sors ma fidèle Prométhée (milobelus) qui comprend immédiatement la situation. Je fais de même pour mon cher Uhelem (scorvol) qui comprend aussi le pourquoi du
    comment. Puis nous nous équipons tous trois d'un dispositif de communication avancé trop complexe pour nous.
     
    "Uhelem, le point faible de ce modèle de sous marin se trouve à l'arrière". Une voix familière me demande "Et à quoi cela me servira Delaria ?" qui se fait répondre par une voix d'une grâce évidente mais assurée "Stinger ! montre toi plus respectueux envers notre dresseuse !" .
     
    Cette discussion dérive vite en dispute et cela me mets profondément en colère "Prométhée ! je déteste que mes pokemons se prennent pour des êtres inférieur nous avons déjà eu cette discussion !Quant à toi Uhelem ne soit pas si teigneux !Tu sais très bien que ton attaque lame de roc est au cœur de cet assaut !". S'en suit un moment de préparation nécessaire à la précision de l'attaque ,les sous-marin utilisés étant basé sur le modèle du capitaine pourpre avec un renforcement en fer d'Heatran résistant aux chocs et étant enduit d'un répulsif à pokemon de type eau empêchant ma Prométhée d'approcher. Je remarque aussi la fâcheuse manie de mes ennemis de mettre du bleu partout et l'attitude enfantine de leur patron, qui au passage est d'une musculature irréprochable mais risible en comparaison contrairement au corp, certes moi virile, mais terriblement plus sexy du professeur Euphorbe.
     
    Heureusement pour nous la grotte servant de Q.G à cette organisation est extrêmement résistante, assez pour détruire le renforcement des sous-marins si l'attaque se focalise sur la plus fine épaisseur. Tout se passe comme prévu, Uhelem s'apprête à lancer son attaque ... mais une alarme retentit et des grognements de démolosses nous glace le sens.
     
    Il y a des moments dans la vie où ne l'on peut s'empêcher de rire, pendant une pièce de théâtre, en lisant un livre comique où en risquant de se faire déchiqueter par des démolosses à causes d'un mauvais réveil. Comme quoi peut de plan on la chance de se dérouler sans accroc, peu importe le temps de préparation.
     
    La situation étant ce qu'elle est je vois dans le regard de mes pokemons qu'ils attendent des directives, je ne suis pas douée pour donner des ordres mais la situtation m'y oblige, mon esprit carbure uniquement lorsque je suis en danger, c'est en parti pour sa que je suis lunatique en dehors des missions. J'entends qui résonne dans ma tête une voix que je ne reconnu pas tout de suite :"Que faisons-nous Delaria ?". il s'agit de la voix de Uhelem déformé par la peur, amusant. "Uhelem concentre toi sur les sous-marin! Je vais de ce pas leur montrer que ce n'ai pas deux ou trois clébard qui vont contrarier mes plans !". Personne ne répondit, le sourire que j'arbore dissuade mes pokemons de répondre. Sourire dont je n'arrive pas à me défaire et qui effraie beaucoup trop de monde à mon goût.
     
    Je m'élance vers les démolosses, j'esquive de justesse un lance-flammes et demanda à Prométhée de me couvrir à l'aide d'ébullition, je vit que devant la caisse me servant d'abri se trouve un extincteur, Uhelem me signale que la destruction des sous-marin est bientôt fini, après la salve d'attaques de type feu je m'élance vers l'extincteur et profite du manque de jugeote des agents ennemis pour fracasser ce dernier sur leurs boites crâniennes "si il n'ont pas de migraine demain c'est que leurs extincteur sont en toques", "Delaria ... on peut s'en passer de tes remarques..." me dit Uhelem, "Désolé...".
     
    Une explosion nous fît rappeler la présence de Uhelem , je rappelle donc ce dernier et m'enfui sous l'eau à l'aide de Prométhée et grâce à mon aisance sous l'eau, les alentours de la grotte ne sont, à mon grand étonnement, pas gardés, si je rentre vivante, je demanderai à mon supérieur des explications... ou un stock pour un mois d'esquimau..."Tu fais tout sa pour de la glace ?!", "Bah oui, pour quoi d'autre je ferais sa ?".
×
×
  • Créer...