Aller au contenu
  • Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

[news] Eternal Sonata


Messages recommandés

ETERNAL SONATA

トラスティベル 〜ショパンの夢〜

 

3031718736.jpg

 

* Titre : Eternal Sonata

* Titre original : Trusty Bell: Chopin no Yume

* Genre : RPG

* Date de parution française : 19 octobre 2007

* Développeur : Tri-Crescendo

* Éditeur : Namco Bandai

* Multijoueur : 2-3 joueurs (local)

* Support : Xbox 360 (également disponible sur PS3)

* Format : DVD

* Voix : Anglaises et Japonaises

* Sous-titres : Français

* Durée de vie moyenne : 25-30 heures

* PEGI : 12+

* Scénario : Hiroya Hatsushiba

* Direction artistique : Nozomi Shibahara

* Compositeur : Motoi Sakuraba

* Chara-designer : Kumiko Yoshioka

 

 

Histoire

 

L'histoire d'Eternal Sonata est avant tout une histoire rêvée par le célèbre pianiste polonais - Frédéric François Chopin - à ses dernières heures sur son lit de mort. Ses proches l'accompagnent à son chevet. Nous sommes dans le Paris du XIXème siècle, plus précisément le 17 octobre 1849 au 12, Place Vendôme. C'est à partir de là que Chopin va rêver d'un monde imaginaire qui va causer un profond impact émotionnel dans les dernières heures de sa vie.

 

3241924042.jpg2168952009030500013.jpg

 

Le fameux compositeur, atteint d'une maladie incurable, la tuberculose, sombre dans un profond sommeil qui va l'entraîner dans un rêve où il y sera captif mais au bout du compte, seul maître de sa destinée. Dans ce songe dépassant l'entendement, il existe un monde merveilleux tout droit tiré d'un conte de fées. Polka, une jeune fille de 14 ans, rentre chez-elle après sa tournée quotidienne dans la ville voisine pour vendre de la poudre florale. Mais on ne peut pas dire que les affaires soient florissantes pour elle car la poudre minérale (faisant office de fortifiant et de médicament) dont la production a été décrétée par le Comte Valse, se vend beaucoup mieux que la poudre florale. À l'instar de Chopin, Polka souffre elle aussi d'une maladie mortelle, une sorte de malédiction imposée à ceux qui utilisent la magie. En dépit de sa maladie, elle refuse de se résigner et décide d'entreprendre un voyage pour demander au Comte Valse de cesser d'augmenter les impôts au profit de la vente de poudre minérale, qui se vend très chère. Mais il y aurait également d'autres problèmes plus importants qui se cachent derrière les actions du Comte.

 

941667eternalsonata6.jpg695432eternalsonataps306102008sc003.jpg

 

Par un coucours de circonstances, Polka va rencontrer Frédéric François Chopin en personne, et une grande complicité va naître entre eux du fait qu'ils partagent beaucoup en commun (et en particulier des pouvoirs magiques et une maladie incurable). Ils décident alors de faire route ensemble. Frédéric reste cependant discret quant au but de sa quête. Ensemble, ils rencontreront d'autres personnages (comme Allegretto et Piccolo), qui semblent avoir plus ou moins les mêmes motivations que Polka, et bien d'autres personnages. Mais tous vont se retrouver impliqués malgré eux dans un conflit politique où ils vont devoir oeuvrer de concert pour sauver leur monde de la crise qui se profile à l'horizon...

 

 

Personnages

 

8393436223.png

Polka

Polka est une jeune fille de 14 ans, dotée de prodigieux pouvoirs magiques. Elle vit en compagnie de sa mère Solfège dans le village de Tenuto. Elle vend de la poudre florale pour gagner son pain et subvenir aux besoins d'elle et sa mère. Polka est une fille frêle et énigmatique et sait pertinemment qu'elle est condamnée à mourir un jour ou l'autre à cause de sa maladie. Cependant, elle décide d'entreprendre un pèlerinage et de parcourir le monde extérieur en rendant le plus de gens heureux avec sa magie et sa volonté de faire le bien avant que son heure arrive. Elle rencontrera tantôt Frédéric françois Chopin avec qui elle voyagera et tissera des liens communs.

 

9363217741.jpg

Frédéric François Chopin

Frédéric Chopin est un illustre pianiste et compositeur polonais de 39 ans. Avant que sonne le glas pour lui, il plonge dans un rêve qui le propulse dans un monde imaginaire. Au sein de cet univers fictif mais tangible dans son subconscient, résident des personnes affublées d'une maladie qui leur confère des pouvoirs magiques. Bien assez tôt, Chopin va faire la connaissance de Polka qui possède des pouvoirs magiques comme lui. Il va accompagner la jeune fille dans son voyage et l'appuyer dans son objectif de demander au Comte Valse de faire baisser les taxes pour que les gens pauvres puissent s'acheter la poudre minérale dont le coût est exhorbitant. Frédéric est un homme droit, serein et qui renferme une âme de poète.

 

5449422142.jpg

Allegretto

Un jeune homme de 16 ans qui se soulève contre les différentes injustices dans le monde. C'est un garçon au grand coeur et débrouillard par nature. Il connait la ville de Ritardando comme sa poche et vole du pain pour les enfants pauvres qui vivent dans les égouts. Il habite dans une planque avec son petit frère Piccolo qui le suit partout où il va. Allegretto a le chic pour se fourrer dans des galères pas possible mais toujours dans le but de résoudre les problèmes de ses compagnons. Il quittera Ritardando avec Piccolo afin de se rendre chez le comte Valse pour lui demander de réduire le prix de la poudre minérale.

 

5824456924.png

Piccolo (nom original : Beat)

Piccolo est le jeune frère d'Allegretto. À peine âgé de 8 ans, il est plus futé qu'il n'en a l'air même s'il paraît un peu godiche au premier abord. Il habite avec son grand frère dans leur repère où ils rassemblent toutes sortes de bibelots. Son plus grand trésor est un appareil photo que son père lui a légué et il ne s'en sépare jamais, il y tient comme à la prunelle de ses yeux. Personne allègre et curieuse, Piccolo a le don de remonter le moral des troupes quand tout semble allait de travers. Qui plus est, c'est un enfant attachant et adorable qui a un bon sens de l'humour.

 

9928835324.png

Harpe (nom original : Viola)

Harpe est une jeune femme de 26 ans qui habite en ermite dans une cabane située dans de jolis paturages. Elle élève ses chèvres seule mais vit avec un petit écureuil nommé Arco. C'est une femme qui fait preuve d'une grande maturité et sait garder son sang-froid en toute circonstance. Elle ne recule devant rien lorsqu'elle a une idée en tête. Harpe utilise un arc pour chasser et vise ses cibles avec une précision chirurgicale. Elle se joindra au groupe assez tôt dans l'aventure.

 

9644461138.jpg

Salsa

Une fillette de 8 ans qui vit en compagnie de sa soeur jumelle Marcia dans le village forestier d'Agogo. Elle et sa soeur sont les gardiennes de leur village et veillent à la tranquillité des lieux. Salsa est une gamine prétentieuse et parfois effrontée qui a beaucoup d'énergie à revendre. Il lui arrive de se chamailler avec Piccolo pour un oui ou pour un non ou pour des raisons puériles comme la différence de taille.

 

6955025022.png

Marcia (nom original : March)

Marcia est l'exacte opposée de sa soeur jumelle. Plus posée, plus réfléchie et beaucoup moins excitée que Salsa. Elle a le même rôle que sa jumelle qui est celui de veiller à la sécurité des Agogo, de minuscules créatures flottantes en forme de lucioles, dans la forêt Agogo. Pour retrouver sa soeur jumelle disparue, elle se joindra à Allegretto et sa clique.

 

1191992039.jpg

Claves

Une charmante demoiselle de 24 ans. Officiellement, elle est la fiancée de Jazz qui est le leader de l'organisation rebelle d'Andantino dont elle est membre. Tendre, pensive et attentionnée, elle se soucie beaucoup de Jazz qu'elle aime beaucoup. Avec son fiancé et Mazurka, ils accomplissent souvent des missions secrètes en vue de surveiller les faits et gestes du Comte Valse. Cependant, Claves semble être en mauvais termes avec Mazurka qui se méfie d'elle pour une étrange raison.

 

77877073.png

Jazz

Âgé de 27 ans, Jazz entretient de bons liens d'amitiés avec le prince Crescendo du royaume de Baroque. C'est un brave homme, sérieux et calme, doué d'une force colossale et qui manie remarquablement une lourde épée à deux mains. Jazz est le chef d'Andantino et effectue ses missions avec Claves et Mazurka. Cela dit, un triangle amoureux semble s'être installé entre eux.

 

5063393421.png

Mazurka (nom original : Falsetto)

Du haut de ses 22 ans, Mazurka est une jeune femme avec du tempérament et qui ne mâche pas ses mots. Elle est à la fois le bras droit de Jazz et son amie d'enfance, ce qui fait que tous deux sont très proches mais la relation qui les lient peut être considérée comme frère et soeur. C'est une experte en arts martiaux et ses poings et ses pieds sont meurtriers.

 

 

Trailer

 

 

 

Critique

 

Gameplay

Eternal Sonata reprend les ingrédients classiques du RPG, à savoir, des villages à explorer avec des PNJs, des boutiques, des donjons avec des combats au tour par tour, le tout ponctué par de nombreuses cinématiques. L'exploration se fait de la plus simple manière qui soit, vous progressez dans différentes zones avec une caméra éloignée qui suit la progression du personnage que vous dirigez mais sous différents angles, sans moyen de déplacer la caméra ou de zoomer mais c'est suffisant pour apprécier ce type d'exploration certes classique, mais non dénuée de charme. Il n'y a pas de carte du monde à proprement parler, vous passez simplement d'un lieu à l'autre en changeant radicalement d'environnement. Votre progression s'effectue de façon très linéaire sans que vous puissiez retourner dans la plupart des villes et donjons que vous aviez visités auparavant. Bien sûr, vous croiserez en cours de route des coffres au trésor parfois logés au bout d'une petite impasse. Mais la quasi-majorité des zones à visiter ne sont pas immenses et les bifurcations et couloirs sont souvent exïgues. Très rapidement, le joueur va avancer au pas de course mais n'y prêtera pas vraiment attention pour peu qu'il se plonge dans l'ambiance enchanteresse du jeu.

 

389688eternalsonata91.png

 

Le joueur sera entraîné par les nombreux évènements qui surviennent de fil en aiguille et restera attentif aux nouveaux personnages qui rejoindront le groupe. S'il y a bien un gros défaut dans Eternal Sonata, c'est sa linéarité affligeante. Sur votre chemin, vous croiserez de nombreux ennemis que vous combattrez en les touchant mais vous pouvez simplement les éviter en slalomant.

 

Nous en venons donc aux rudiments des combats qui se déroulent en deux temps (déplacements + actions)...

Vous contrôlez jusqu'à 3 personnages dans les batailles (accessoirement, deux autres joueurs en local peuvent vous donner un coup de main en dirigeant vos alliés). L'ordre des tours d'action est tributaire de l'agilité (vitesse d'action) des protagonistes sur le champ de bataille. Rien d'exceptionnel jusque-là. Si le système de combat peut sembler trivial de prime abord, celui-ci évolue sensiblement en ajoutant de nouvelles règles stratégiques lorsque le joueur avance dans l'histoire afin qu'il ait le loisir de se familiariser progressivement avec les commandes de combat. À chaque fois que vous gagnerez un Niveau de Groupe (qui n'a rien à voir avec le niveau d'expérience de vos personnages), de nouvelles mécaniques vous donneront moins de temps pour agir. En contrepartie, elles vous rendront plus efficace en combat à condition de bien les exploiter.

 

En règle générale, pour frapper votre cible, vous devez vous en approcher. C'est là que la jauge d'action (une barre verticale de couleur bleue située à l'extrême gauche de l'écran avec un compte à rebours au dessus) entre en ligne de compte. Elle diminue lors de vos déplacements et actions. Durant ce laps de temps, vous pourrez exécuter autant d'actions que possible. Par défaut, chacune de vos actions est attribuée à un bouton spécifique du pad (le A sert à attaquer et à enchaîner des combos, le X à utiliser un objet que vous sélectionnez dans sa liste avec LB/RB, le Y pour faire un coup spécial, et le B à vous défendre quand c'est au tour de l'ennemi de vous attaquer). Un didacticiel vous expliquera les bases du combat, vous serez donc guidé tout le long du périple, d'autant plus que la prise en main est très intuitive.

 

Pour ce faire, vous bénéficiez au début du jeu d'un temps infini pour décider de vos actions tant que vous restez immobile. Passé un certain Niveau de Groupe, ce temps qui est appelé "Temps Tactique" (TT), s'écoule à l'image d'un chronomètre pour vous laisser un bref répit afin de planifier vos prochaines actions (en l'occurrence, avant de vous déplacer et d'attaquer). Ensuite, vous devez être rapide dans vos manoeuvres avant que votre tour se termine car la jauge d'action fond comme neige au soleil une fois votre tour engagé.

 

En définitive, vous aurez de moins en moins de temps pour agir (via la jauge d'action) à chaque passage de Niveau de Groupe. À terme, vous n'aurez plus de TT mais vous pourrez gagner plus d'emplacements pour vos attaques spéciales et objets. Et surtout, le plus important, il vous sera possible de renforcer vos attaques avec les Échos. Les Échos sont des étoiles jaunes qui s'accumulent au fur et à mesure que vous frappez votre cible avec des attaques normales et qui sont instantanément consommées en utilisant un coup spécial dans le but d'infliger des dégâts importants.

 

340101ET.jpg713100sonata1.jpg

 

Vous pouvez rouer de coups votre adversaire pour collecter des Échos, puis enchaîner avec une attaque spéciale qui les absorbera pour accroître les dégâts infligés. Ces bonus d'attaque sont le fruit de tous les coups normaux portés par vos persos sur les ennemis. Une idée en somme, très méritoire. Les rixes n'en deviennent que plus dynamiques. Et cerise sur le gâteau, une fois que vous aurez atteint un stade avancé du jeu, les Chaînes d'Harmonie feront des miracles pour vous. En quoi consistent-elles ? Et bien c'est très simple. Elles seront disponibles à partir du moment où vous atteignez 32 hits (coups) et décupleront la puissance de vos attaques conjuguées allant même jusqu'à infliger des dommages massifs vers la fin du jeu ! Ce paramètre fort utile est particulièrement efficace contre les boss.

 

239439eternalsonatapic2.jpg682131screen130.jpg

 

Vous pourrez plus tard anticiper les assauts de vos assaillants en contre-attaquant au bon moment.

La plus grande particularité du système de combat repose dans le principe des attaques spéciales influencées par la lumière et l'ombre. À la base, tous les personnages possèdent une attaque spéciale de lumière et une attaque spéciale d'ombre. Mais ils acquerront d'autres de ces coups spéciaux en gagnant des niveaux d'expérience. L'utilisation de ces attaques dépend du type de surface de l'arène sur laquelle vous vous trouvez. Si vous êtes sur une zone éclairée et que vous employez une attaque spéciale, elle sera à base de "Lumière" (efficace contre l'élément opposé qui est "Ombre"). En revanche, si vous vous situez dans une zone obscure, votre assaut sera de nature "Ombre" (efficace contre l'élément opposé qui est "Lumière").

 

Enfin, soulignons qu'attaquer un ennemi avec le même élément qu'il utilise amoindrira les dégâts occasionnés et inversément. Votre position qui délimite la frontière entre la lumière et l'ombre est donc à prendre en compte pour exploiter ce système à votre avantage. Les coups spéciaux sont généralement des enchaînements dévastateurs, des sorts offensifs ou des sorts de soin suivant le sol élémentaire que vous foulez. Cet aspect ajoute un soupçon de stratégie qui vient partiellement effacer la constante répétitivité des combats. En effet, une certaine lassitude se fait sentir au bout d'un certain temps. La faute à un nombre retreint d'éléments (seulement deux) dont on en fait rapidement le tour avec les différentes tactiques de combat à adopter contre les ennemis qui ne sont d'ailleurs pas très nombreux ni variés. Tôt ou tard, les batailles finissent par se ressembler et le joueur enchaînera souvent les mêmes attaques par manque de ressources stratégiques et de variétés d'ennemis. Toutefois, certains boss vous obligeront à puiser dans vos réserves d'objets de type offensif ou de soin, et à utiliser vos déplacements et actions à bon escient, ce qui brise un peu cette monotonie.

 

280200EternalSonata00.jpg

 

L'écran de menu est bien agencé et permet de naviguer intuitivement en se fiant aux symboles des onglets.

Nous passerons le plus clair de notre temps à marteler les touches d'attaque et de coup spécial en réitérant souvent les mêmes manoeuvres. Et pour enfoncer le clou, la difficulté du jeu est risible à souhait. Il n'est pas vraiment indispensable de faire du level-up pour progresser, les ennemis sont pour la plupart une simple formalité et les boss ne représentent pas vraiment une grande menace si on est bien équipé en items.

 

Au final, le système de combat d'Eternal Sonata peine à révéler la pleine mesure de son potentiel et c'est un peu dommage car les idées sont bien pensées mais guère exploitées comme elles le mériteraient. La linéarité, la répétitivité des combats, le bestiaire limité et la facilité déconcertante du soft se ressentent beaucoup trop pour ne pas y faire attention.

 

Le jeu se compose de 8 chapitres (7 qui durent entre 2 et 4 heures et le dernier, plutôt court, commence vers la fin du jeu). Il vous faudra compter environ 25 à 30 heures de jeu pour en voir le bout, et une bonne dizaine d'heures de plus pour explorer les méandres du seul donjon caché du jeu où il y a un minimum de challenge à relever.

 

825613eternalsonata11.png

 

C'est dans le donjon caché que vous affonterez les ennemis les plus puissants du jeu sur pas moins de 13 dédales.

En dehors de la progression naturelle de l'histoire, vous pourrez par exemple collecter des partitions disséminées aux quatre coins du monde d'Eternal Sonata pour les interpréter devant certains PNJs qui vous offriront des récompenses selon la partition jouée bien que vous ne pourrez pas toutes les obtenir lors de votre première partie. Mais dans la seconde oui, car ce n'est qu'une fois que vous aurez terminé le jeu une première fois que vous pourrez réellement le compléter dans sa totalité même si vous avez ratissé tous les endroits du jeu lors de votre première partie.

 

Dans l'absolu, il est possible d'atteindre le 100% en faisant deux parties (une nouvelle partie puis le New Game +), à condition bien sûr de ne rien oublier en chemin. Fort heureusement, le retour en arrière est possible dans le New Game+ pour tout explorer grâce à des téléporteurs qui apparaissent à certains endroits. La difficulté passe aussi en mode Hard, et reste à ce titre, équilibrée. Il faudra donc attendre le New Game+ pour exploiter la réelle difficulté du jeu qui correspond techniquement à la difficulté par défaut dans la version PS3 d'Eternal Sonata.

 

D'ailleurs, durant votre voyage, il est amusant de photographier vos adversaires en combat avec l'appareil photo de Piccolo pour ensuite les revendre afin de renflouer votre porte-monnaie.

 

986744photos.jpg

 

Les photos prises dans les combats mettent quelques secondes à se développer. La qualité de vos clichés dépend essentiellement du cadrage et de la distance de votre objectif.

Il y aura également quelques quêtes secondaires présentes dans une partie extra. Tout cela réhausse un peu la durée de vie du jeu plutôt faible, une vingtaine d'heures, c'est assez court. Ajoutez un peu plus du double pour refaire Eternal Sonata en New Game+ à 100%.

 

 

Graphismes

Du point de vue graphique, Eternal Sonata est une franche réussite. Les décors prennent de plus en plus vie au gré de l'avancée des personnages. Si d'ordinaire, nous nous baladons la plupart du temps dans toutes sortes de paysages (forêts luxuriantes, prairies, falaises, vallée de champignons, etc...) en passant par des villages paisibles, nous traverserons également des donjons qui varient dans leur architecture (cavernes, cimetière, temple...). Le cell-shading apporte beaucoup de crédibilité à l'atmosphère magique qui ressort du titre. Les environnements sont fabuleux, arborant de magnifiques panoramas avec un juste niveau de détail qui suffit amplement pour contraster avec le design cell-shading des personnages, des animaux et des monstres.

 

7137215fa9d5591d1a22eec763e33f06c87574.jpg

841670trstx3261.jpg647743GW00050790.jpg

 

On s'y perdrait en plongeant nos yeux sur les zones que nous traverserons au cours de notre odyssée. Les couleurs inspirent beaucoup de gaieté tout en s'adaptant à la situation et au lieu actuel. Certaines textures présentent cependant de gros pixels, c'est d'autant plus notable au milieu de jolies nuances colorées. Concernant les personnages, leurs modélisations leur donnent un petit air manga et mignon, bien que peut-être un peu enfantin, mais cela convient très bien à l'ensemble du jeu.

 

Par ailleurs, les animations des êtres vivants sont fluides, surtout dans les combats, et il n'y a pas le moindre souci à ce niveau là. Si la variété est au rendez-vous pour les divers endroits à arpenter, il en va autrement pour les ennemis du jeu. On ne compte qu'un peu moins d'une trentaine de monstres (en faisant abstraction des variantes, généralement de trois types pour les ennemis, et deux types pour certains boss). Sur ce point, le bestiaire n'est pas très étoffé.

 

 

Bande-son

Impossible de parler d'Eternal Sonata sans évoquer sa fantastique bande sonore composée par l'illustre Motoi Sakuraba. Les musiques sont en osmose avec leurs situations et zones respectives. Quelque soit le moment, elles donnent une grande signification à l'ambiance et l'univers du jeu, allant du piano au violon, en passant par la harpe, on reste captivé et on ne se lasse point un seul instant de les écouter, voire même de les réécouter à volonté dans le menu Sound Test. Même les compositions de Chopin retiennent grandement notre attention lors des transitions de chapitres, et sont généralement de nature triste.

 

 

Jugez-en par vous-même et laissez-vous bercer par le son de ces quelques extraits musicaux.

Les musiques d'ambiance sont régulièrement en adéquation avec la nature. Dans les cinématiques, elles se démarquent en jouant sur l'émotion mais savent également se montrer énigmatiques et intrigantes suivant l'instant présent. Les musiques de combat s'avèrent particulièrement épiques avec beaucoup de panache. Tout est orchestré avec vigueur, inspirant toutes sortes d'émotions, et très bien rythmé sans une fausse note. Un véritable tour de force de la part de Sakuraba et probablement l'un des grands atouts de ce jeu.

 

Niveau doublage, on est servi comme sur un plateau d'argent. Si les voix des protagonistes s'avèrent déjà être de bonne qualité dans la langue de Shakespeare, les voix japonaises, pour leur part, sont encore plus convaincantes ! Les mouvements labiaux de nos héros sont suffisamment synchrones pour qu'on reste attentif à leurs propos. Je vous recommande d'ailleurs de jouer avec les voix en japonais, c'est d'autant plus crédible. Les effets sonores ne sont pas en reste. S'ils ne sont pas parfaits (certaines exclamations et réactions d'ennemis sont agaçantes au possible), ils dynamisent suffisamment le jeu pour que l'on s'y habitue sans peine. En outre, vous prêterez même l'oreille lors de vos pérégrinations en milieu naturel au chant des oiseaux ou au ruissellement d'une rivière.

 

 

Scénario

La trame d'Eternal Sonata bien qu'elle réserve son lot de surprises, peine à se développer dès les premières minutes et bien assez tôt, nous faisons la connaissance des personnages principaux comme Polka, Allegretto ou Piccolo (pour ne citer qu'eux). Des personnages issus de cet univers de conte de fées qui n'est autre que le produit de l'imagination de Frédéric François Chopin. Mais ces mêmes personnages n'ont strictement rien à voir avec le pianiste. Scénaristiquement parlant, il n'y a pas vraiment de lien direct ou cohérent entre la propre réalité de Chopin et son rêve. Hormis le fait qu'à certains stades du jeu (c'est-à-dire, à la fin et au début de chaque chapitre), nous avons droit à un diaporama affichant de jolies photographies des périodes et des lieux et paysages qui ont marqué la vie du virtuose. Les compositions de l'artiste sont présentes dans ces moments précis et la musique joue un air souvent mélancolique comme s'il s'en dégageait une part de réflexion sur sa vie.

 

2398659052892.jpg

 

Entre chaque chapitre, nous aurons droit à une sorte d'intermezzo retraçant le vécu et les plus grandes oeuvres de Chopin au cours de sa carrière. En ce sens, il y a parfois un petit rapprochement entre les évènements du jeu et les expériences et le vécu (clichés, situations quelque peu semblables...) de Chopin. Mais on a la plupart du temps l'impression de se retrouver dans du hors sujet par rapport à la progression actuelle du jeu car cela brise un peu le rythme de l'aventure. D'autre part, l'histoire réelle de Chopin passe au second plan même si son personnage est présent dans cet univers. En effet, l'intrigue s'attarde pas mal sur les différents problèmes qui sévissent dans ce monde et sur le mystère enveloppant la présence de Chopin qui ne fait que subir les évènements (en partie, tout du moins), ce qui accentue le sentiment d'incohérence dans son véritable rôle à jouer. Heureusement, la fin vient dissiper quelque peu ce constat avec un dénouement digne de ce nom. Cela étant, les coups de théatre s'enchaînent de plus en plus rapidement à mesure que l'intrigue approche de son terme (et les personnages laissent de coté leur niaiserie en devenant plus matures mais tardivement), si bien qu'au final, le joueur aura à peine eu le temps de s'attacher aux nombreux personnages alors que l'histoire prend fin. En apothéose certes, mais tout en nous laissant un léger goût amer de bâclage. On peut contrôler jusqu'à 10 personnages, mais nous n'avons pas beaucoup de temps pour les connaître plus en détail (du moins pour la plupart).

 

S'il y a des personnages peu mémorables comme par exemple les jumelles Salsa et Marcia ou encore Harpe, on retiendra surtout des personnages plus importants comme les premiers : Polka, Frédéric, Allegretto et Piccolo. Mis à part cela, si l'histoire ne démarre pas au quart de tour, faute à une mise en scène un peu lente, la suite se suit agréablement et devient plus prenante en avançant.

 

349781eternalsonatax3042large.jpg

 

Beaucoup d'aspects composant l'univers d'Eternal Sonata sont en rapport avec des instruments de musique. Cela se remarque aisément dans les décors mais également dans les noms des protagonistes. On plonge facilement dans l'ambiance poétique et l'univers onirique d'Eternal Sonata. Il y a une multitude de belles cinématiques illustrant parfaitement le contexte dans lequel nous nous trouvons, à savoir, un monde rêvé. Il en émane un parfum exquis de cette épopée qui nous ferait presque oublier tout le reste et en ce sens, ce n'est pas plus mal, car c'est ce qui fait que le joueur se sente à l'aise et passe un moment plaisant.

 

 

Bilan

 

Vous l'aurez compris, Eternal Sonata est un bon petit RPG, bien sympathique, qui respire une brise de fraîcheur et ensorcelle avec sa bande-son magistrale à vous émouvoir et ses somptueux graphismes égayant son univers de fantaisie orchestré par des personnages attachants mais pas inoubliables pour autant (à l'exception, entre autres, de Polka et Frédéric qui ont beaucoup en commun et qui renforcent l'attrait de cette fable). Le récit de ce RPG reste un peu classique malgré l'abondance de cinématiques.

 

D'un autre coté, l'ambiance de conte de fées camoufle les nombreux petits défauts du gameplay qui passent difficilement inaperçus (système de combat récurrent à la longue, monstres peu développés, progression trop dirigiste). Dommage aussi que le jeu ne dure pas si longtemps. Pourtant, au milieu de toutes ces lacunes, il y a de très bonnes intentions (Ombre et Lumière, Échos et Chaînes d'harmonie) mais dont le système de jeu ne tirera pas profit à 100%.

 

Au final, Eternal Sonata est un de ces RPG qui se laisse jouer le temps d'une partie avec le doux parfum qu'il dégage, mais il ne marquera pas les esprits. On y goûte une première fois, puis on réitère l'opération et on en ressort avec une impression plus satisfaisante mais on n'y retournera pas de si tôt.

En somme, un bon petit RPG imprégné à la fois de ses charmes envoûtants et de ses défauts évidents où l'on passe un moment agréable mais sans plus de ferveur.

Modifié par Byakko

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trés bon article sur un Jeux qui ma laissé un trés bon souvenir aussi,les décors et l'ambiance général du jeux totalement féerique + les musiques de Motoi Sakuraba! d'accord avec le bilan. :bien:

 

Petite chose a ajouté sur la version PS3 ( a préciser dans support qu'il est dispo sur cette console )

 

2 nouveaux personnages jouables ont été ajouté sur cette version, Crescendo et Serenade ,personnage importants de la version 360 mais qui n'y étaient pas jouables. il ont rajouté quelque donjons et costume bonus aussi.

 

la voix japonaise de Polka, de Aya Hirano ~ autrement dit Haruhi ou Konata de Lucky star pour les fans.

 

et pour finir Harpe et le perso qui crack complétement le jeu, plus tu et loin plus tu fait mal avec les Fléches, çà m'est arrivé de tué un boss en 2 ou 3 tour juste avec une rafale de fléche bien placé de Harpe...

 

Mais sa reste un jeux a faire pour les Fan de RPG japonais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite chose a ajouté sur la version PS3 ( a préciser dans support qu'il est dispo sur cette console )

C'est fait (voir la fiche tout en haut) et je te remercie pour ton commentaire.

Modifié par Byakko

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...
  • 1 month later...

 

 

 

Check faitETERNAL SONATA

トラスティベル 〜ショパンの夢〜

 

3031718736.jpg

 

* Titre : Eternal Sonata

* Titre original : Trusty Bell: Chopin no Yume

* Genre : RPG

* Date de parution française : 19 octobre 2007

* Développeur : Tri-Crescendo

* Éditeur : Namco Bandai

* Multijoueur : 2-3 joueurs (local)

* Support : Xbox 360 (également disponible sur PS3)

* Format : DVD

* Voix : Anglaises et Japonaises

* Sous-titres : Français

* Durée de vie moyenne : 25-30 heures

* PEGI : 12+

* Scénario : Hiroya Hatsushiba

* Direction artistique : Nozomi Shibahara

* Compositeur : Motoi Sakuraba

* Chara-designer : Kumiko Yoshioka

 

 

Histoire

 

L'histoire d'Eternal Sonata est avant tout une histoire rêvée par le célèbre pianiste polonais Frédéric François Chopin à ses dernières heures sur son lit de mort. Ses proches l'accompagnent à son chevet. Nous sommes dans le Paris du XIXème siècle, plus précisément le 17 octobre 1849 au 12, Place Vendôme. C'est de là que Chopin va rêver d'un monde imaginaire qui causera un profond impact émotionnel dans les dernières heures de sa vie.

 

3241924042.jpg2168952009030500013.jpg

 

Le fameux compositeur, atteint d'une maladie incurable, la tuberculose, sombre dans un profond sommeil qui va l'entraîner dans un rêve où il sera captif, mais au bout du compte seul maître de sa destinée. Dans ce songe dépassant l'entendement, il existe un monde merveilleux tout droit tiré d'un conte de fées. Polka, une jeune fille de 14 ans, rentre chez elle après sa tournée quotidienne dans la ville voisine pour vendre de la poudre florale. Mais on ne peut pas dire que les affaires soient florissantes pour elle car la poudre minérale (faisant office de fortifiant et de médicament) dont la production a été lancée par le Comte Valse, se vend beaucoup mieux que la poudre florale. À l'instar de Chopin, Polka souffre elle aussi d'une maladie mortelle, une sorte de malédiction imposée à ceux qui utilisent la magie. En dépit de sa maladie, elle refuse de se résigner et décide d'entreprendre un voyage pour demander au Comte Valse de cesser d'augmenter les impôts au profit de la vente de poudre minérale, qui se vend très chère. Mais il y aurait également d'autres problèmes plus importants qui se cachent derrière les actions du Comte.

 

941667eternalsonata6.jpg695432eternalsonataps306102008sc003.jpg

 

Par un concours de circonstances, Polka va rencontrer Frédéric François Chopin en personne, et une grande complicité va naître entre eux du fait qu'ils partagent beaucoup en commun (en particulier des pouvoirs magiques et une maladie incurable). Ils décident alors de faire route ensemble. Frédéric reste cependant discret quant au but de sa quête. Ensemble, ils rencontreront d'autres personnages (comme Allegretto et Piccolo), qui semblent avoir plus ou moins les mêmes motivations que Polka, et bien d'autres personnages. Mais tous vont se retrouver impliqués malgré eux dans un conflit politique où ils vont devoir œuvrer de concert pour sauver leur monde de la crise qui se profile à l'horizon...

 

 

Personnages

 

8393436223.png

Polka

Polka est une jeune fille de 14 ans, dotée de prodigieux pouvoirs magiques. Elle vit en compagnie de sa mère Solfège dans le village de Tenuto. Elle vend de la poudre florale pour gagner son pain et subvenir aux besoins d'elle et sa mère. Polka est une fille frêle et énigmatique et sait pertinemment qu'elle est condamnée à mourir un jour ou l'autre à cause de sa maladie. Cependant, elle décide d'entreprendre un pèlerinage et de parcourir le monde extérieur en rendant un maximum de gens heureux avec sa magie et sa volonté de faire le bien avant que son heure arrive. Elle rencontrera tantôt Frédéric François Chopin avec qui elle voyagera et tissera des liens communs.

 

9363217741.jpg

Frédéric François Chopin

Frédéric Chopin est un illustre pianiste et compositeur polonais de 39 ans. Avant que sonne le glas pour lui, il plonge dans un rêve qui le propulse dans un monde imaginaire. Au sein de cet univers fictif mais tangible dans son subconscient, résident des personnes affublées d'une maladie qui leur confère des pouvoirs magiques. Bien assez tôt, Chopin va faire la connaissance de Polka qui possède des pouvoirs magiques comme lui. Il va accompagner la jeune fille dans son voyage et l'appuyer dans son objectif de demander au Comte Valse de faire baisser les taxes pour que les gens pauvres puissent s'acheter la poudre minérale dont le coût est exorbitant. Frédéric est un homme droit, serein, et renferme une âme de poète.

 

5449422142.jpg

Allegretto

Un jeune homme de 16 ans qui se soulève contre les différentes injustices dans le monde. C'est un garçon au grand cœur et débrouillard par nature. Il connait la ville de Ritardando comme sa poche et vole du pain pour les enfants pauvres qui vivent dans les égouts. Il habite dans une planque avec son petit frère Piccolo qui le suit partout où il va. Allegretto a le chic pour se fourrer dans des galères pas possibles mais toujours dans le but de résoudre les problèmes de ses compagnons. Il quittera Ritardando avec Piccolo afin de se rendre chez le comte Valse pour lui demander de réduire le prix de la poudre minérale.

 

5824456924.png

Piccolo (nom original : Beat)

Piccolo est le jeune frère d'Allegretto. À peine âgé de 8 ans, il est plus futé qu'il n'en a l'air même s'il paraît un peu godiche au premier abord. Il habite avec son grand frère dans leur repère où ils rassemblent toutes sortes de bibelots. Son plus grand trésor est un appareil photo que son père lui a légué et il ne s'en sépare jamais, il y tient comme à la prunelle de ses yeux. Personne allègre et curieuse, Piccolo a le don de remonter le moral des troupes quand tout semble allait de travers. Qui plus est, c'est un enfant attachant et adorable qui a un bon sens de l'humour.

 

9928835324.png

Harpe (nom original : Viola)

Harpe est une jeune femme de 26 ans qui habite en ermite dans une cabane située dans de jolis pâturages. Elle élève ses chèvres seule mais vit avec un petit écureuil nommé Arco. C'est une femme qui fait preuve d'une grande maturité et sait garder son sang-froid en toute circonstance. Elle ne recule devant rien lorsqu'elle a une idée en tête. Harpe utilise un arc pour chasser et vise ses cibles avec une précision chirurgicale. Elle se joindra au groupe assez tôt dans l'aventure.

 

9644461138.jpg

Salsa

Une fillette de 8 ans qui vit en compagnie de sa sœur jumelle Marcia dans le village forestier d'Agogo. Elle et sa sœur sont les gardiennes de leur village et veillent à la tranquillité des lieux. Salsa est une gamine prétentieuse et parfois effrontée qui a beaucoup d'énergie à revendre. Il lui arrive de se chamailler avec Piccolo pour un oui ou pour un non ou pour des raisons puériles comme la différence de taille.

 

6955025022.png

Marcia (nom original : March)

Marcia est l'exacte opposée de sa sœur jumelle : plus posée, plus réfléchie et beaucoup moins excitée que Salsa. Elle a le même rôle que sa jumelle, qui est de veiller à la sécurité des Agogo, de minuscules créatures flottantes en forme de lucioles, dans la forêt Agogo. Pour retrouver sa sœur jumelle disparue, elle se joindra à Allegretto et sa clique.

 

1191992039.jpg

Claves

Une charmante demoiselle de 24 ans. Officiellement, elle est la fiancée de Jazz qui est le leader de l'organisation rebelle d'Andantino dont elle est membre. Tendre, pensive et attentionnée, elle se soucie beaucoup de Jazz qu'elle aime beaucoup. Avec son fiancé et Mazurka, ils accomplissent souvent des missions secrètes en vue de surveiller les faits et gestes du Comte Valse. Cependant, Claves semble être en mauvais termes avec Mazurka qui se méfie d'elle pour une étrange raison.

 

77877073.png

Jazz

Âgé de 27 ans, Jazz entretient de bons liens d'amitiés avec le prince Crescendo du royaume de Baroque. C'est un brave homme, sérieux et calme, doué d'une force colossale et qui manie remarquablement une lourde épée à deux mains. Jazz est le chef d'Andantino et effectue ses missions avec Claves et Mazurka. Cela dit, un triangle amoureux semble s'être installé entre eux.

 

5063393421.png

Mazurka (nom original : Falsetto)

Du haut de ses 22 ans, Mazurka est une jeune femme avec du tempérament et qui ne mâche pas ses mots. Elle est à la fois le bras droit de Jazz et son amie d'enfance, ce qui fait que tous deux sont très proches mais la relation qui les lient peut être considérée comme celle d’un frère et d’une sœur. C'est une experte en arts martiaux et ses poings et pieds sont meurtriers.

 

 

Trailer

 

 

 

Critique

 

Gameplay

Eternal Sonata reprend les ingrédients classiques du RPG, à savoir, des villages à explorer avec des PNJs, des boutiques, des donjons avec des combats au tour par tour, le tout ponctué par de nombreuses cinématiques. L'exploration se fait de la plus simple manière qui soit, vous progressez dans différentes zones avec une caméra éloignée qui suit la progression du personnage que vous dirigez mais sous différents angles, sans moyen de déplacer la caméra ou de zoomer mais c'est suffisant pour apprécier ce type d'exploration certes classique, mais non dénuée de charme. Il n'y a pas de carte du monde à proprement parler, vous passez simplement d'un lieu à l'autre en changeant radicalement d'environnement. Votre progression s'effectue de façon très linéaire sans que vous puissiez retourner dans la plupart des villes et donjons que vous aviez visités auparavant. Bien sûr, vous croiserez en cours de route des coffres au trésor parfois logés au bout d'une petite impasse. Mais la quasi-majorité des zones à visiter ne sont pas immenses et les bifurcations et couloirs sont souvent exigües. Très rapidement, le joueur va avancer au pas de course mais n'y prêtera pas vraiment attention pour peu qu'il se plonge dans l'ambiance enchanteresse du jeu.

 

389688eternalsonata91.png

 

Le joueur sera entraîné par les nombreux évènements qui surviennent de fil en aiguille et restera attentif aux nouveaux personnages qui rejoindront le groupe. S'il y a bien un gros défaut dans Eternal Sonata, c'est sa linéarité affligeante. Sur votre chemin, vous croiserez de nombreux ennemis que vous combattrez en les touchant mais vous pouvez simplement les éviter en slalomant.

 

Nous en venons donc aux rudiments des combats qui se déroulent en deux temps (déplacements + actions)...

Vous contrôlez jusqu'à 3 personnages dans les batailles (accessoirement, deux autres joueurs en local peuvent vous donner un coup de main en dirigeant vos alliés). L'ordre des tours d'action est tributaire de l'agilité (vitesse d'action) des protagonistes sur le champ de bataille. Rien d'exceptionnel jusque-là. Si le système de combat peut sembler trivial de prime abord, celui-ci évolue sensiblement en ajoutant de nouvelles règles stratégiques lorsque le joueur avance dans l'histoire afin qu'il ait le loisir de se familiariser progressivement avec les commandes de combat. À chaque fois que vous gagnerez un Niveau de Groupe (qui n'a rien à voir avec le niveau d'expérience de vos personnages), de nouvelles mécaniques vous donneront moins de temps pour agir. En contrepartie, elles vous rendront plus efficace en combat à condition de bien les exploiter.

 

En règle générale, pour frapper votre cible, vous devez vous en approcher. C'est là que la jauge d'action (une barre verticale de couleur bleue située à l'extrême gauche de l'écran avec un compte à rebours au dessus) entre en ligne de compte. Elle diminue lors de vos déplacements et actions. Durant ce laps de temps, vous pourrez exécuter autant d'actions que possible. Par défaut, chacune de vos actions est attribuée à un bouton spécifique du pad (le A sert à attaquer et à enchaîner des combos, le X à utiliser un objet que vous sélectionnez dans sa liste avec LB/RB, le Y pour faire un coup spécial, et le B à vous défendre quand c'est au tour de l'ennemi de vous attaquer). Un didacticiel vous expliquera les bases du combat, vous serez donc guidé tout le long du périple, d'autant plus que la prise en main est très intuitive.

 

Pour ce faire, vous bénéficiez au début du jeu d'un temps infini pour décider de vos actions tant que vous restez immobile. Passé un certain Niveau de Groupe, ce temps qui est appelé "Temps Tactique", s'écoule à l'image d'un chronomètre pour vous laisser un bref répit afin de planifier vos prochaines actions (en l'occurrence, avant de vous déplacer et d'attaquer). Ensuite, vous devez être rapide dans vos manœuvres avant que votre tour se termine car la jauge d'action fond comme neige au soleil une fois votre tour engagé.

 

En définitive, vous aurez de moins en moins de temps pour agir (via la jauge d'action) à chaque passage de Niveau de Groupe. À terme, vous n'aurez plus de Temps Tactique mais vous pourrez gagner plus d'emplacements pour vos attaques spéciales et objets. Et surtout, le plus important, il vous sera possible de renforcer vos attaques avec les Échos. Les Échos sont des étoiles jaunes qui s'accumulent au fur et à mesure que vous frappez votre cible avec des attaques normales et qui sont instantanément consommées en utilisant un coup spécial dans le but d'infliger des dégâts importants.

 

340101ET.jpg713100sonata1.jpg

 

Vous pouvez rouer de coups votre adversaire pour collecter des Échos, puis enchaîner avec une attaque spéciale qui les absorbera pour accroître les dégâts infligés. Ces bonus d'attaque sont le fruit de tous les coups normaux portés par vos personnages sur les ennemis. Une idée en somme, très méritoire. Les rixes n'en deviennent que plus dynamiques. Et cerise sur le gâteau, une fois que vous aurez atteint un stade avancé du jeu, les Chaînes d'Harmonie feront des miracles pour vous. En quoi consistent-elles ? Et bien c'est très simple. Elles seront disponibles à partir du moment où vous atteignez 32 hits (coups) et décupleront la puissance de vos attaques conjuguées allant même jusqu'à infliger des dommages massifs vers la fin du jeu ! Ce paramètre fort utile est particulièrement efficace contre les boss.

 

239439eternalsonatapic2.jpg682131screen130.jpg

 

Vous pourrez plus tard anticiper les assauts de vos assaillants en contre-attaquant au bon moment.

La plus grande particularité du système de combat repose dans le principe des attaques spéciales influencées par la lumière et l'ombre. À la base, tous les personnages possèdent une attaque spéciale de lumière et une attaque spéciale d'ombre. Mais ils acquerront d'autres de ces coups spéciaux en gagnant des niveaux d'expérience. L'utilisation de ces attaques dépend du type de surface de l'arène sur laquelle vous vous trouvez. Si vous êtes sur une zone éclairée et que vous employez une attaque spéciale, elle sera à base de "Lumière" (efficace contre l'élément opposé qui est "Ombre"). En revanche, si vous vous situez dans une zone obscure, votre assaut sera de nature "Ombre" (efficace contre l'élément opposé qui est "Lumière").

 

Enfin, soulignons qu'attaquer un ennemi avec le même élément qu'il utilise amoindrira les dégâts occasionnés et inversement. Votre position qui délimite la frontière entre la lumière et l'ombre est donc à prendre en compte pour exploiter ce système à votre avantage. Les coups spéciaux sont généralement des enchaînements dévastateurs, des sorts offensifs ou des sorts de soin suivant le sol élémentaire que vous foulez. Cet aspect ajoute un soupçon de stratégie qui vient partiellement effacer la constante répétitivité des combats. En effet, un peu de lassitude se fait sentir au bout d'un certain temps. La faute à un nombre restreint d'éléments (seulement deux) dont on en fait rapidement le tour avec les différentes tactiques de combat à adopter contre les ennemis qui ne sont d'ailleurs ni très nombreux, ni variés. Tôt ou tard, les batailles finissent par se ressembler et le joueur enchaînera souvent les mêmes attaques par manque de ressources stratégiques et de variétés d'ennemis. Toutefois, certains boss vous obligeront à puiser dans vos réserves d'objets de type offensif ou de soin, et à utiliser vos déplacements et actions à bon escient, ce qui brise un peu cette monotonie.

 

280200EternalSonata00.jpg

 

L'écran de menu est bien agencé et permet de naviguer intuitivement en se fiant aux symboles des onglets.

Nous passerons le plus clair de notre temps à marteler les touches d'attaque et de coup spécial en réitérant souvent les mêmes manœuvres. Et pour enfoncer le clou, la difficulté du jeu est risible à souhait. Il n'est pas vraiment indispensable de faire du level-up pour progresser, les ennemis sont pour la plupart une simple formalité et les boss ne représentent pas vraiment une grande menace si on est bien équipé en items.

 

Au final, le système de combat d'Eternal Sonata peine à révéler la pleine mesure de son potentiel et c'est un peu dommage car les idées sont bien pensées mais guère exploitées comme elles le mériteraient. La linéarité, la répétitivité des combats, le bestiaire limité et la facilité déconcertante du soft se ressentent beaucoup trop pour ne pas y faire attention.

 

Le jeu se compose de 8 chapitres (7 qui durent entre 2 et 4 heures et le dernier, plutôt court, commence vers la fin du jeu). Il vous faudra compter environ 25 à 30 heures de jeu pour en voir le bout, et une bonne dizaine d'heures de plus pour explorer les méandres du seul donjon caché du jeu où il y a un minimum de challenge à relever.

 

825613eternalsonata11.png

 

C'est dans le donjon caché que vous affronterez les ennemis les plus puissants du jeu sur pas moins de 13 dédales.

En dehors de la progression naturelle de l'histoire, vous pourrez par exemple collecter des partitions disséminées aux quatre coins du monde d'Eternal Sonata pour les interpréter devant certains PNJs qui vous offriront des récompenses selon la partition jouée bien que vous ne pourrez pas toutes les obtenir lors de votre première partie. Mais dans la seconde oui, car ce n'est qu'une fois que vous aurez terminé le jeu une première fois que vous pourrez réellement le compléter dans sa totalité même si vous avez ratissé tous les endroits du jeu lors de votre première partie.

 

Dans l'absolu, il est possible d'atteindre le 100% en faisant deux parties (une nouvelle partie puis le New Game +), à condition bien sûr de ne rien oublier en chemin. Fort heureusement, le retour en arrière est possible dans le New Game+ pour tout explorer grâce à des téléporteurs qui apparaissent à certains endroits. La difficulté passe aussi en mode Hard, et reste à ce titre, équilibrée. Il faudra donc attendre le New Game+ pour exploiter la réelle difficulté du jeu qui correspond techniquement à la difficulté par défaut dans la version PS3 d'Eternal Sonata.

 

D'ailleurs, durant votre voyage, il est amusant de photographier vos adversaires en combat avec l'appareil photo de Piccolo pour ensuite les revendre afin de renflouer votre porte-monnaie.

 

986744photos.jpg

 

Les photos prises dans les combats mettent quelques secondes à se développer. La qualité de vos clichés dépend essentiellement du cadrage et de la distance de votre objectif.

Il y aura également quelques quêtes secondaires présentes dans une partie extra. Tout cela réhausse un peu la durée de vie du jeu plutôt faible, une vingtaine d'heures, c'est assez court. Ajoutez un peu plus du double pour refaire Eternal Sonata en New Game+ à 100%.

 

 

Graphismes

Du point de vue graphique, Eternal Sonata est une franche réussite. Les décors prennent de plus en plus vie au gré de l'avancée des personnages. Si d'ordinaire, nous nous baladons la plupart du temps dans toutes sortes de paysages (forêts luxuriantes, prairies, falaises, vallée de champignons, etc...) en passant par des villages paisibles, nous traverserons également des donjons qui varient dans leur architecture (cavernes, cimetière, temple...). Le cell-shading apporte beaucoup de crédibilité à l'atmosphère magique qui ressort du titre. Les environnements sont fabuleux, arborants de magnifiques panoramas avec un juste niveau de détail qui suffit amplement pour contraster avec le design cell-shading des personnages, des animaux et des monstres.

 

7137215fa9d5591d1a22eec763e33f06c87574.jpg

841670trstx3261.jpg647743GW00050790.jpg

 

On s'y perdrait en plongeant nos yeux sur les zones que nous traverserons au cours de notre odyssée. Les couleurs inspirent beaucoup de gaieté tout en s'adaptant à la situation et au lieu actuel. Certaines textures présentent cependant de gros pixels, c'est d'autant plus notable au milieu de jolies nuances colorées. Concernant les personnages, leurs modélisations leur donnent un petit air manga et mignon, bien que peut-être un peu enfantin, mais cela convient très bien à l'ensemble du jeu.

 

Par ailleurs, les animations des êtres vivants sont fluides, surtout dans les combats, et il n'y a pas le moindre souci à ce niveau là. Si la variété est au rendez-vous pour les divers endroits à arpenter, il en va autrement pour les ennemis du jeu. On ne compte qu'un peu moins d'une trentaine de monstres (en faisant abstraction des variantes, généralement de trois types pour les ennemis, et deux types pour certains boss). Le bestiaire n'est donc pas très étoffé.

 

 

Bande-son

Impossible de parler d'Eternal Sonata sans évoquer sa fantastique bande sonore composée par l'illustre Motoi Sakuraba. Les musiques sont en osmose avec leurs situations et zones respectives. Quelque soit le moment, elles donnent une grande signification à l'ambiance et l'univers du jeu, allant du piano au violon, en passant par la harpe, on reste captivé et on ne se lasse point un seul instant de les écouter, voire même de les réécouter à volonté dans le menu Sound Test. Même les compositions de Chopin retiennent grandement notre attention lors des transitions de chapitres, et sont généralement de nature triste.

 

 

Jugez-en par vous-même et laissez-vous bercer par le son de ces quelques extraits musicaux.

Les musiques d'ambiance sont régulièrement en adéquation avec la nature. Dans les cinématiques, elles se démarquent en jouant sur l'émotion mais savent également se montrer énigmatiques et intrigantes suivant l'instant présent. Les musiques de combat s'avèrent particulièrement épiques avec beaucoup de panache. Tout est orchestré avec vigueur, inspirant toutes sortes d'émotions, et très bien rythmé sans une fausse note. Un véritable tour de force de la part de Sakuraba et probablement l'un des grands atouts de ce jeu.

 

Niveau doublage, on est servi comme sur un plateau d'argent. Si les voix des protagonistes s'avèrent déjà être de bonne qualité dans la langue de Shakespeare, les voix japonaises, pour leur part, sont encore plus convaincantes ! Les mouvements labiaux de nos héros sont suffisamment synchrones pour qu'on reste attentif à leurs propos. Je vous recommande d'ailleurs de jouer avec les voix en japonais, c'est d'autant plus crédible. Les effets sonores ne sont pas en reste. S'ils ne sont pas parfaits (certaines exclamations et réactions d'ennemis sont agaçantes au possible), ils dynamisent suffisamment le jeu pour que l'on s'y habitue sans peine. En outre, vous prêterez même l'oreille lors de vos pérégrinations en milieu naturel au chant des oiseaux ou au ruissellement d'une rivière.

 

 

Scénario

La trame d'Eternal Sonata bien qu'elle réserve son lot de surprises, peine à se développer dès les premières minutes et bien assez tôt, nous faisons la connaissance des personnages principaux comme Polka, Allegretto ou Piccolo (pour ne citer qu'eux). Des personnages issus de cet univers de conte de fées qui n'est autre que le produit de l'imagination de Frédéric François Chopin. Mais ces mêmes personnages n'ont strictement rien à voir avec le pianiste. Scénaristiquement parlant, il n'y a pas vraiment de lien direct ou cohérent entre la propre réalité de Chopin et son rêve. Hormis le fait qu'à certains stades du jeu (c'est-à-dire, à la fin et au début de chaque chapitre), nous avons droit à un diaporama affichant de jolies photographies des périodes et des lieux et paysages qui ont marqué la vie du virtuose. Les compositions de l'artiste sont présentes dans ces moments précis et la musique joue un air souvent mélancolique comme s'il s'en dégageait une part de réflexion sur sa vie.

 

2398659052892.jpg

 

Entre chaque chapitre, nous aurons droit à une sorte d'intermezzo retraçant le vécu et les plus grandes œuvres de Chopin au cours de sa carrière. En ce sens, il y a parfois un petit rapprochement entre les évènements du jeu et le vécu (clichés, situations quelque peu semblables...) de Chopin. Mais on a la plupart du temps l'impression de se retrouver dans du hors sujet par rapport à la progression actuelle du jeu car cela brise un peu le rythme de l'aventure. D'autre part, l'histoire réelle de Chopin passe au second plan même si son personnage est présent dans cet univers. En effet, l'intrigue s'attarde pas mal sur les différents problèmes qui sévissent dans ce monde et sur le mystère enveloppant la présence de Chopin qui ne fait que subir les évènements (en partie, tout du moins), ce qui accentue le sentiment d'incohérence dans son véritable rôle à jouer. Heureusement, la fin vient dissiper quelque peu ce constat avec un dénouement digne de ce nom. Cela étant, les coups de théâtre s'enchaînent de plus en plus rapidement à mesure que l'intrigue approche de son terme (et les personnages laissent de côté leur niaiserie en devenant plus matures, mais tardivement), si bien qu'au final, le joueur aura à peine eu le temps de s'attacher aux nombreux personnages alors que l'histoire prend fin. En apothéose certes, mais tout en nous laissant un léger goût amer de bâclage. On peut contrôler jusqu'à 10 personnages, mais nous n'avons pas beaucoup de temps pour les connaître plus en détail (du moins pour la plupart).

 

S'il y a des personnages peu mémorables comme par exemple les jumelles Salsa et Marcia ou encore Harpe, on retiendra surtout des personnages plus importants comme les premiers : Polka, Frédéric, Allegretto et Piccolo. Mis à part cela, si l'histoire ne démarre pas au quart de tour, la faute à une mise en scène un peu lente, la suite se suit agréablement et devient plus prenante en avançant.

 

349781eternalsonatax3042large.jpg

 

Beaucoup d'aspects composant l'univers d'Eternal Sonata sont en rapport avec des instruments de musique. Cela se remarque aisément dans les décors mais également dans les noms des protagonistes. On plonge facilement dans l'ambiance poétique et l'univers onirique d'Eternal Sonata. Il y a une multitude de belles cinématiques illustrant parfaitement le contexte dans lequel nous nous trouvons, à savoir, un monde rêvé. Il en émane un parfum exquis de cette épopée qui nous ferait presque oublier tout le reste et en ce sens, ce n'est pas plus mal, car c'est ce qui fait que le joueur se sent à l'aise et passe un moment plaisant.

 

 

Bilan

 

Vous l'aurez compris, Eternal Sonata est un bon petit RPG, bien sympathique. Il respire une brise de fraîcheur et ensorcelle avec sa bande-son magistrale à vous émouvoir et ses somptueux graphismes égayant son univers de fantaisie orchestré par des personnages attachants mais pas inoubliables pour autant (à l'exception, entre autres, de Polka et Frédéric qui ont beaucoup en commun et qui renforcent l'attrait de cette fable). Le récit de ce RPG reste un peu classique malgré l'abondance de cinématiques.

 

D'un autre coté, l'ambiance de conte de fées camoufle les nombreux petits défauts du gameplay qui passent difficilement inaperçus (système de combat récurrent à la longue, monstres peu développés, progression trop dirigiste). Dommage aussi que le jeu ne dure pas très longtemps. Pourtant, au milieu de toutes ces lacunes, il y a de très bonnes intentions (Ombre et Lumière, Échos et Chaînes d'harmonie) mais dont le système de jeu ne tirera pas profit à 100%.

 

Au final, Eternal Sonata est un de ces RPG qui se laisse jouer le temps d'une partie avec le doux parfum qu'il dégage, mais il ne marquera pas les esprits. On y goûte une première fois, puis on réitère l'opération et on en ressort avec une impression plus satisfaisante mais on n'y retournera pas de si tôt.

En somme, un bon petit RPG imprégné à la fois de ses charmes envoûtants et de ses défauts évidents où l'on passe un moment agréable mais sans plus de ferveur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 years later...

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...