• Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

Taicha

Membre
  • Compteur de contenus

    679
  • Donations

    0,00 € 
  • Points

  • Inscription

  • Dernière visite

Mes musiques préférées

À propos de Taicha

  • Other groups Validé
  • Rang
    Seigneur des pirates
  • Date de naissance 06/07/1984

Mes informations

  • Sexe
    Masculin
  1. Taicha

    Ronde de Noël 2015

    =^^= pour ma part, malheureusement, je n'ai toujours rien à montrer. En tout cas content que ça t'ai fait plaisir chacha.
  2. Taicha

    Ronde de Noël 2015

    *lève la main* Je m'inscris aussi tiens.
  3. Taicha

    Ronde de noël 2014

    J'ai reçut un colis ce matin mais le GIGN a faillit le faire pété parce que la forme et le nom du destinataire leur paraissait suspect. Et hop sous le sapin. (Au fait j'ai vérifié pour mes rondés les paquets sont arrivé hier à destination donc sauf si les facteurs se foirent, ça arrivera ce matin.)
  4. Taicha

    Ronde de noël 2014

    Nyaw o/ Je viens participer, j'ai déjà des idées de kdo comme de la lave en fusion du mont fuji (sauf si je trouve comment la conserver), des pierres luisantes de fukushima etc.
  5. Taicha

    Ronde de noël 2013

    Ce dimanche s'annonçait vraiment tristounet puisque retour au bercail loin de mon panda... Mais heureusement que m'attendait mon cadeau de noël ! Alors merci Meka !!! P.S.: La prochaine fois utilise un père noël qui finit pas dans un bistrot.
  6. Taicha

    Ronde de noël 2013

    C'est pas tout à fait ça. Autrement dit c'est basé sur le coût de la marchandise + l'assurance du fret + le transport. En l'occurence c'était du chronopost et c'est une boite privé qui me l'a apporté (pas un gars de laposte). Ca rendait le truc d'autant plus louche.
  7. Taicha

    Ronde de noël 2013

    Alors j'ai "reçut" le colis ce matin mais j'ai dû le refuser à cause de la taxe de douane de 30 euro. Désolé pour mon rondé mais ça faisait quand même assez chers (surtout s'il s'en est tenu à la valeur approximative de 15 euro). Merci quand même et bonnes fêtes.
  8. Taicha

    Ronde de noël 2013

    J'en suis cette année.
  9. « Attendez ! Son souf… » Tenta de prévenir Elsa à la tête brûlé qu’était Funka, mais ce dernier était déjà partit tête baissée. Elle ne pouvait pas quitter Bran qui reprenait peu à peu connaissance, d’ailleurs surpris par ce fait tandis qu’un autre élève serait resté inconscient encore des heures. Mais l’heure n’était pas aux réflexions, son collègue, armé de sa magie, faisait face à présent à une terrible créature. Elle se concentra afin de préparer ses sorts de couvertures dont la clef de voutes de sa stratégie défensive, elle avait un mauvais pressentiment nourris par le fait que Funka ignorait le danger que représentait le dragon. Funka ne pouvait voir qu’au fur et à mesure qu’il progressait, les entailles qu’il laissait se refermé aussitôt. Il ne pouvait voir que le dragon s’amusait avec lui, le laissant progresser vers son but puis d’une simple attaque faisait reculer le mage afin d’être hors de danger. Le professeur Celestia en était témoin, le directeur Ludwig et son assistante qui venait de faire leur apparition au sommet de l’école aussi, une entrée tardive car Funka touchait enfin au but. Dans un puissant élan, il se mit à bondir en direction du cristal, il allait enfin mener le combat à son terme, mais à l’instant fatidique un frisson d’effroi lui glaça le sang. Le vent, il n’y avait plus aucun vent autour de lui ! C’est alors que le dragon montra le fossé qui existait entre sa puissance et lui. D’un battement d’aile il repoussa l’assaut de Funka qui se retrouva propulsé dans les airs tandis qu’il assistait impuissant à la dissipation de ses sorts, les esprits qui devaient protéger tout le monde disparaissant en un clin d’œil. Seul l’esprit tortue qui l’accompagnait avait su résister. Cependant le dragon n’en avait pas encore finit, son poitrail se gonfla d’air et dans un souffle il expulsa sa magie délétère en direction de Funka. Un nuage de flammes verdâtre se déploya, le professeur Aerosis n’avait jamais rien vue de tel. L’esprit tenta bien de s’interposer en protégeant le professeur de sa carapace mais cela n’arrêta pas la substance qui l’enveloppa en poursuivant sa course jusqu’au professeur. Seul un mot parvint aux oreilles de Funka « Désolé… » Puis l’esprit disparut. Le souffle arriva à sa main droite qu’il avait dressé par reflexe, la brûlure n’avait rien de commun avec ce qu’il avait déjà connu. Un souffle de dragon normal aurait brûlé instantanément les terminaisons nerveuses mais là, c’était comme si la flamme acide épargné ses nerfs afin qu’il puisse ressentir toute la douleur. Le simple contact avec ce poison était si horrible qu’il crut tourner de l’œil tandis qu’il serra sa mâchoire pour ne pas hurler, mais cela voulait dire que c’était aussi la fin pour lui… « Pluvialis ! » La voix du professeur Celestia raisonna tandis qu’elle hurlait son sortilège en siphonnant ses dernières ressources. Une pluie diluvienne s’abattit alors un court instant, dissipant instantanément le souffle vitriolique. Après cet instant d’éclat ce fut au tour de la professeur de perdre connaissance, rattrapé in extrémis par Bran qui retomba au sol. Funka termina au sol, il n’arrivait plus à bouger sa main, rongé jusqu’à la chair et couverte de cloques par endroit et la douleur était encore présente mais l’eau magique avait pu atténuer cela. Jamais il n’avait entendu parler d’une chiméria capable de reproduire une telle puissance. Il avait sous-estimé son adversaire, une erreur qui avait failli lui couter la vie. L’intendante Wednesfield poussa un soupir de soulagement en voyant le dénouement. Le dragon n’avait pas encore réagit, surprit par la pluie et l’étrange sensation qu’il ressentait depuis la venue du directeur sur le toit. La créature leva sa gueule vers les hauteurs tandis que le directeur venait de finir son incantation mentalement, il leva simplement la main et de lourdes chaînes apparurent pour tenter de maîtriser le dragon qui se mit à se débattre. Le sort n’avait pas pour but d’immobiliser la créature mais simplement gagner du temps. « Mais je croyais que les chimérias ne pouvaient être aussi dangereuse…même maître Aerosis n’arrive pas à l’affronter. » Pensa-t-elle à haute voix pour entendre le directeur lui répondre par la suite : « Les chimérias ne font que prendre la forme de créatures, elles ont leurs muscles, leurs esprits, leurs instincts mais sont incapable d’utiliser des sortilèges. C’est pourquoi elles sont jugés peu dangereuse…Cependant lorsqu’elles arrivent à prendre la forme d’une créature magique suffisamment puissante, elles peuvent acquérir plusieurs de leurs traits uniques. Le souffle du dragon capable de faire fondre n’importe quoi et le vol magique du dragon, capable de soulever son imposant corps et enfin la régénération draconique capable de soigner n’importe qu’elle blessure en un instant. » L’intendante regarda effaré le directeur, puis redressant nerveusement sa paire de lunette sur son nez elle demanda. « Que…que pouvons-nous faire ? - La situation est bien pire que ce que vous pouvez imaginer. J’ai déjà affronté ce dragon, son nom est Rerkir Marfedelom, la mort rampante. Seuls les sorts du huitième cercle sont réellement efficaces contre lui…mais de tels sortilèges entraineraient irrémédiablement de nombreux dommages collatéraux. Nous devons nous assurer d’abord de la protection de nos élèves. Mademoiselle Wednesfield, permettez de propager ma voix je vous prie. » Ecatarina acquiesça et commença à incanter en se concentrant sur la personne du directeur, au pied du vieil homme apparut un cercle de lumière gravé de symboles ésotériques. Le vieillard adressa un regard bienveillant de remerciement à son alliée puis commença à s’exprimer. Sa voix se mit alors à résonner dans tout l’établissement. « Ici votre directeur qui vous parle. Je demande à tous les élèves de sortir des bâtiments afin de se rendre devant l’entrée principale. Les professeurs et le personnel sont attendus dans les jardins afin de participer à un exercice de défense stratégique.» Il sortit ensuite du cercle pour s’adresser à l’intendante qui soupira : « Contactez maître Aerosis je vous prie et expliquez lui la stratégie, les mages d’eau vont devoir maintenir une pluie diluvienne afin d’empêcher tout nouveau souffle, les mages de feu devront faire diversion en attaquant le dragon en se disposant autour de lui, les mages de terres devront entraver ses mouvements et les mages d’air devront se tenir prêt pour l’assaut final. Nous superviserons d’ici. »
  10. Taicha

    Les anniversaires

    Bon anniversaire à la bourre Rrominet et joyeux anniversaire à toi Syel. :o
  11. Le maigrichon poussa un long soupir avachis contre le mur qui faisait face à la cage d’escalier. Vincente, de son vrai nom, avait finalement réussit à fuir le combat grâce à un sort de vitesse bien placé, l’une de ses spécialités en matière d’évasion. Il préférait le mot évasion plutôt que fuite qu’il jugeait trop dénigrante, l’évasion était un art, usé de son esprit pour s’en sortir en toute circonstance et en évitant les combats. C’est d’ailleurs pour ses capacités poussés qu’il était d’abord devenu un messager puis un assassin au service de Lord Tenzer. D’ailleurs il était temps pour lui de le rejoindre. Il gravit donc les escaliers, s’arrêtant un moment au quatrième étage afin de laisser passer un groupe de professeurs alertés. Cela faisait bien cinq minutes que le combat avait commencées, la créature leur donnerait du fil à retordre, certes, à moins qu’ils comprennent sa véritable nature. Bref il était attendu et devait faire vite. Il rejoignit donc rapidement le cinquième étage et, au détour d’un couloir, il s’arrêta à une porte d’un air songeur. C’était la chambre du professeur Aerosis, l’endroit idéal pour une petite halte. Il vérifia tout d’abord qu’il n’y avait personne dedans, crocheta la serrure, ouvrir la porte, balança l’écrin contenant la perle et referma aussi sec. Au moins les pistes étaient complètement brouillés et avec de la chance cette affaire retombera sur les épaules du pauvre Funka. Il reprit rapidement son chemin en se dissimulant le plus possible jusqu’à arriver au centre de l’étage, là où se trouvait Lord Tenzer attendant devant une fresque richement décorée. Le maigrichon reprit sa respiration en ralentissant le rythme jusqu’à arriver à portée de chuchotement avec son maître. « Que faisais tu bon sang ? » Lui demanda aussi sec Ulrich Tenzer, les bras croisés et le regardant de haut comme un enfant qui aurait fait une bêtise. « C’est que, ça ne s’est pas vraiment passé comme je le prévoyais. » Le maigrichon se racla la gorge puis détourna son regard vers la fresque pour l’étudier avec minutie. Il s’agissait d’une reproduction des jardins du palais impérial avec en son centre le portail d’entrée. Les fleurs étaient plus somptueuses les unes que les autres, des digitales violettes étaient présentes en abondance. A mieux y regarder le portail était un trompe l’œil, il s’agissait d’une véritable porte qui pouvait passer inaperçu au premier regard mais dont l’illusion ne pouvait échapper après une étude minutieuse de la fresque. Il n’y avait rien de magique, c’était presque comme une invitation. « C’est bien ici… - Pourquoi n’est-ce pas mieux protégés Lord Tenzer ? - Parce que les protections sont à l’intérieur et puis, je suppose que cela évite de devoir retirer puis remettre les protections à chaque fois. - Pourquoi dîtes-vous cela ? - Les digitales violettes signifient « Puisse mon amour préserver ton image des affres du temps ». Par ailleurs il n’y en a pas autant dans le jardin impérial. » Sur ces paroles Ulrich poussa doucement l’un des battants de la double porte pour ouvrir le passage. Il entra ensuite dans la pièce et s’arrêta net devant le spectacle qui s’offrit à ses yeux, Vincente l’imitant peu après. Les lumières magiques s’allumèrent une à une pour éclairer un lit à baldaquin couvert de tenture de soie blanche, dissimulant à peine la princesse endormie. La chambre était grande, richement meublé de bois rares et précieux. Des vases en grand nombre fleurissaient la chambre avec la fleur fétiche affichée à l’entrée, la digitale violette. Sur le sol de marbre en face du lit se trouvait l’emblème impérial. Les murs eux-mêmes étaient décoré de fresques et de bas-reliefs, le plafond était une voute enchantée qui représenté le ciel à la perfection. « M’sieur…heu…je veux dire…lord ? On est où là ? - Je vois...elle mérite parfaitement son surnom.- Après ces mots Ulrich s’avança jusqu’à l’emblème et posa genoux à terre. - Lord Tenzer ? - Silence maigrichon…- Il prit une profonde respiration puis commença à dire solennellement- Moi Ulrich Androw Tenzer, de la maison Tenzer, me présente devant vous afin de mettre à l’épreuve la pureté de mon sang. Ma dame, entendez ma voix et éveillez-vous, je jure solennellement de vous servir et vous protéger. » Le duo attendit, Ulrich la tête baissé cérémonieusement, vincente gobant les mouches en regardant un peu autour de lui, mais rien de plus ne se passait. Ulrich serra ses poings devant cette humiliation, lui, l’un des êtres supérieurs de ce monde, n’arrivait pas à se faire entendre par celle qui réclamait le plus de noblesse. « Elle aurait dû se réveiller…- murmura-t-il en serrant les dents. - On dirait un râteau – pensa le maigrichon tout haut. » Cette pensée fut immédiatement récompensée par un coup de poing de son maître qui tourna le dos au lit en pressant le pas pour sortir de cette chambre maudite. Vincente se mit à le suivre en se tenant la mâchoire tout en proposant pour se faire pardonner : « Pourquoi ne pas essayer de l’embrasser, sa marche bien dans les contes de fée. - On est pas dans un conte de fée triple buse ! » Tandis que le duo s’éloignait en faisant route vers les escaliers, une ombre silencieuse s’échappa d’un croisement pour se diriger vers la fresque et regarder dans la pièce. Une pensée éclaira l’esprit de celui qui se révéla être nul autre que le directeur : *Tu as toujours su ce que tu voulais Elamshina, il semblerait que cela n’ait toujours pas changé…repose toi bien.* Il referma doucement le battant que Vincente n’avait pas pris soin de fermer derrière lui tandis que derrière lui arrivait l’intendante Wednesfield. « Monsieur, le bouclier est levé, la créature ne pourras plus s’échapper. - Parfait…n’est-il pas temps de remettre un diable dans sa boite mademoiselle Wednesfield ? » Un sourire naquit sur les lèvres de la femme en guise de réponse. *** Elsa rassembla rapidement tout ce qu’elle savait sur les dragons. Ces créatures de légende étaient plutôt rares et terriblement dangereuses, leur intelligence était supérieure à celle des êtres humains pourtant celui qu’elle avait en face agissait plus comme un animal déchainé. Un dragon noir, son souffle avait quelque chose de particulier, un souffle acide. Elle posa son regard sur le lieu du premier souffle, un trou béant s’était formé au niveau du sol. Cette saloperie était en train de ronger l’école. Elle évita de juste un coup de griffes qui auraient pu la transformer aisément en tranche. Elle devait se ressaisir, se concentrer, il lui était impossible de le terrasser seule mais elle pouvait gagner du temps. Afin d’économiser ses forces à chaque fois qu’un coup allait pour la toucher elle usait d’un mur d’eau à haute pression, suffisamment puissant pour arrêter la force du dragon. Mais elle s’épuisait vite. « C’est quoi ce délire ! » Elsa tourna son regard vers la voix de l’élève qui venait d’apparaitre presque nue par un trou creusé dans le mur du dortoir. « Idiot ! » Avait-elle juste eu le temps de dire tandis que la queue du dragon vint frapper de plein fouet Bran le propulsant en arrière. Le professeur leva alors ses deux mains afin de concentrer les quelques forces restantes tout en criant : « Geyser ! ». Une colonne d’eau perça le mur du fond du dortoir afin d’intercepter l’élève le plus doucement possible, amortissant ainsi sa chute. Elsa accourut pour voir dans quel état il était et manqua de tomber lorsque le dragon tenta de l’attraper à l’aide de ses puissantes mâchoires. Terminant sa course dans un roulé-boulé, elle arriva enfin à proximité de bran qui, encore secoué par l’attaque, reprenait doucement ses esprits. Son torse nu était à présent barré d’une belle marque rouge et chacune de ses respirations le faisait souffrir. Elsa pouvait soigner cela sans problème mais le dragon ne lui en laissa pas le temps. Chargeant le couple dans une rage aveugle, ce dernier essaya de les attraper de nouveau afin de les transformer en met de choix. Réagissant par instinct, Bran enveloppa Elsa dans ses bras et se propulsa en arrière. Un mouvement qu’il regretta aussitôt puisqu’il lui arracha un cri de douleur mêlé au sang qui venait d’envahir sa bouche. L’élan du dragon noir ne lui permit pas de s’arrêter au fond du dortoir, il avait manqué sa cible certes, mais son corps tout entier emporta le couple avec lui lorsque ce dernier défonça le mur pour chuter à l’extérieur de l’enceinte de pierre. Elsa, protégée par son élève, se releva la première et aperçu le corps de son sauveur, inerte, à quelques mètres d’elle. Elle se précipita afin d’utiliser ses dernières ressources magiques afin de le sauver d’une mort certaine. Elle arrêta in extremis les hémorragies internes et soupira de soulagement lorsque le souffle de bran reprit un aspect naturel, malgré son bras brisé et les multiples contusions qu’arborait son corps à présent nue. Il était tiré d’affaire, mais était-ce son cas à elle aussi ? Un hurlement atroce résonna jusqu’à la forêt, la vibration secoua le corps du professeur. Elle le sentit se relever dans son dos, cette monstruosité qui avait failli de nouveau la tuer ainsi que son élève. Le dragon se remit sur pied et écarta ses longues ailes membraneuses comme pour se donner plus d’envergure. Il n’était plus à l’étroit ici, il était à l’air libre, à son avantage et à présent il ne ferait qu’une bouchée d’Elsa et Bran.
  12. Lord Ulrich Androv Tenzer Age : 22 ans Taille : 1m82 Poids : 74 kg Spécialité : Eau/Brume/Illusion Année : 3ème Un mystérieux élève arrivé dans l'école de magie un an auparavant. Comme beaucoup d'élève catapulté dans une année plus avancée il a étudié la magie avec un professeur particulier auparavant. Ulrich travaille en secret pour un groupuscule de nobles qui voudrait renverser le directeur de son poste. Apparence : Ulrich est un jeune homme musculeux et bien battit, il possède des yeux marrons et des cheveux poivres et sels, arborant en toute circonstance un air sévère. Il porte toujours des vêtements très luxueux afin d'afficher de manière ostentatoire son rang supérieur aux péons de l'académie. Caractère : Ulrich est vaniteux, dédaigneux, bref il a tout pour plaire. Il se croit supérieur aux autres à cause de son rang de noblesse et son don pour l'utilisation de la magie. Sous ses airs superficiels se cachent un homme très réfléchis, calculateur et manipulateur. Il n'est pas du genre à faire un faux pas en pensant avoir le dessus sur un autre et préfère procédé avec prudence en utilisant son esprit plutôt que sa puissance magique. Technique de combat : Ulrich est un illusionniste mais aussi un brillant lancier. Il renforce son arme avec sa magie d'eau afin de lui octroyer des propriétés acides, en outre il utilise des illusions ou des clones pour feinter son adversaire. _____________________________________________________________________ Vincente Ramirez dit le maigrichon Age : 17 ans Taille : 1m77 Poids : 56 kg Spécialité : Air Année : 2ème Il s'agit du laquais d'Ulrich arrivé cette année même, un autre membre de l'organisation qui vise à détrôner le directeur. Apparence : Maigre au point d'avoir la peau sur les os, Vicente arbore un air maladif. Mais ce n'est pas uniquement à cause de son apparence douteuse, vicente est un adepte de la mithridatisation, consommant chaque jour plusieurs doses de poisons afin de s'immuniser contre leurs effets. Caractère : Fourbe, lâche, le maigrichon ne se battra qu'en dernier recourt et préfèrera la fuite en toute circonstance. Technique de combat : La fuite ou bien alors l'usage de poisons aérien lorsqu'il est obligé de combattre ou doit assassiner quelqu'un.
  13. Taicha

    Hyouka

    ¸„.-•~¹°"ˆ˜¨ HYOUKA ¨˜ˆ"°¹~•-.„¸ "Je ne fais pas ce que je n'ai pas envie de faire. Ce que je suis obligé de faire je le fais rapidement." Spéciale dédicace à Rrominet. Synopsis : Hyouka est donc l'histoire de mon idole, bien entendu il ne s'agit pas de simple fainéantise mais bien d'une réel motivation à économiser son énergie, à en faire le moins possible ! Seulement voilà dans la famille d'Oreki Houtarou (le personnage principal), je voudrais la sœur, ancienne membre du club de littérature classique de son lycée, accessoirement bonne en Aikido et qui donc fait une requête à son frangin qu'il ne peut bien entendu pas refuser. Il doit rejoindre le club de littérature classique car sa sœur à apprit qu'il n'y avait pas de membre et que donc celui si menaçait de fermer. Cela ne lui coutait rien, qui plus est grâce à cela il aurait eut un endroit peinard pour se reposer. Seulement il n'est pas tout seul dans ce club, une fille d'une autre classe, Chitanda Eru, est présente. Rapidement rejoint par son ami Fukube Satoshi, le trio va rapidement trouvé des occasions d'utilisé un certain don que possède Houtarou pour résoudre les énigmes. la fine équipe. Animation : On va commencer par ce point là car j'ai été agréablement surpris par sa qualité. Habituellement pour ce genre (Enquête/Policier etc) l'animation n'est pas toujours bien travaillé pour se concentrer essentiellement sur l'intrigue. Là c'est différent, l'animation est mis au service de l'histoire car d'une part le personnage principal est très mou, d'autres part il n'y a pas d'action proprement dîtes. L'animation joue donc un rôle essentiel pour donner du dynamise et un certain relief à l'animé. Les personnages ne sont pas statique, les prises de vues changent souvent, le décor est soigner et lorsqu'il le peut très animé. D'ailleurs à ce propos je n'ai pas encore vue de redondance dans l'animation (une animation mis en boucle ou resservit à toutes les sauces). Le design général de l'animé est très soigné et agréable à regarder. Eru sait se montrer TROP attachante. Personnages : Il est encore trop tôt pour vraiment donné un avis concret dessus mais j'ai le sentiment que le caractère des personnages a été longuement réfléchis et travaillé. Même si l'on se retrouve focalisé sur le personnage d'Houtarou, à savoir qu'on a régulièrement des scènettes où on se retrouve dans son esprit avec sa vision du monde, chaque personnage à son attitude propre, ses petites caractéristiques qui les rendent chacun attachant. Quelques extraits en vrac. L'intrigue : Sur deux épisodes sortit à présent c'est encore plus difficile d'en parler. Pour l'instant on est plutôt dans une phase introductive, plusieurs petites enquêtes nous permettent de découvrir des personnages ou bien des facettes des personnages. J'espère seulement qu'on en restera pas là et qu'il y aura une véritable intrigue, un véritable fil conducteur qui nous tiennes en haleine jusqu'à la fin. J'attends de voir ça avec l'épisode 3. Conclusion : Même si vous n'aimez pas forcément le genre, je vous conseille fortement de voir au moins le premier épisode et de laisser vos aprioris de côté. Vous pourriez facilement être séduit par l'un des nombreux aspects de cet animé. Pour la suite c'est donc par ici : http://www.otaku-att..._serie-655.html
  14. Quelques quarts d’heure auparavant, dans l’un des couloirs menant à la salle du banquet, défilait un professeur heureux, voir même comblé. Son leitmotiv pouvait paraître quelque peu étrange puis qu’elle tenait en un mot « Chimeria ». Certains élèves n’étaient pas vraiment étonnés de l’entendre, mais la plupart n’était plus des premières années évidemment. L’un de ses derniers, un jeune garçon maigrichon s’arrêta de stupeur en entendant maître Aeroris, mais cette stupéfaction ne dura qu’un instant et fit rapidement place à un rictus malfaisant. Le garçon fila à tout à allure après cela, courant pour rejoindre le dortoir des troisièmes années et s’arrêter auprès d’un autre dont le gabarit était celui d’un homme bien battit. Les rideaux dissimulés les deux mystérieux compères qui se mirent alors à tergiverser à demi-ton. Ils n’étaient que des silhouettes complotant à la lueur d’un feu follet enfermé dans une lampe. Sans doute la magie protégeait cette conversation car même en tendant l’oreille les mots étaient incompréhensibles. « Vous vouliez trouver un bon moyen de diversion et bien j’en ai trouvé un. » Dit le maigrichon. « Je t’écoute mais tâches de ne pas faire perdre mon temps. » Le maigrichon désigna une boite parmi les possessions de son interlocuteur tout en reprenant : « Le miroir, on peut s’en servir sur la Chimeria de l’académie, avec ça personne viendra nous ennuyer et le maître nous récompensera, c’est certain ! - La dernière fois que tu as eu une bonne idée, tu as failli ne pas pouvoir infiltrer l’académie. Ceci dit, cela mérite réflexion…penses-tu que nous pourrons agir dès ce soir ? - Certainement ! En plus si ça fonctionne beaucoup de famille pourrait décider de ne pas envoyer leur enfant ici cette année. » L’homme s’empara de la boite qui gisait sur l’une des étagères de son armoire et le confia à son acolyte. « Soit prudent en l’utilisant. -Dit-il- Une fois que tu auras finit rejoins moi au cinquième étage à la chambre sans fenêtre et tâche de ne pas être suivit. - A vos ordres lord Tenzer. » Le maigrichon repartit en tout hâte, trop heureux de sa trouvaille et chantait dans son esprit « Chimeria, chimeria » à l’image de son professeur devenu muse. Ce n’est qu’après quelques instants qu’il se calma enfin et marcha à une allure plus réduite en direction de la bibliothèque. Là il glissa la tête dans le lieu pour chercher du regard sa cible, fort heureusement elle se trouvait encore là. Ce n’est qu’une fois assurée d’être à l’abris des regards indiscrets qu’il ouvrit la boite contenant un petit miroir de porcelaine et d’argent, un objet qui semblait des plus fragiles mais tout autant que beau. Il regarda son reflet un moment puis murmura « Funka Aerosis ». La magie ne tarda pas à faire effet et son image commença à se distordre comme l’aurait fait un mirage jusqu’à ce qu’à la place où il se trouvait, une copie conforme du professeur apparut. « Parfait » dit-il dans son déguisement. Il entra ensuite d’un air satisfait dans la bibliothèque et ne s’arrêta qu’une fois en face de l’intendante Wednesfield. Il exécuta une révérence, affichant un grand sourire, tandis que la femme releva le nez du livre qu’elle consultait tout en redressant la paire de lunette qui se trouvait sur son nez. « Que puis je pour vous professeur Aerosis ? - C’est au sujet de la perle… - Il fut alors couper aussi sec. - Je ne pensais pas que vous viendrez aussitôt, je me demande vraiment pourquoi le directeur a accepté que vous l’utilisiez alors qu’à présent nous avons à notre disposition le bâton du berger des rêves. - Hum…hmmm…C’est que nous ne pouvons-nous contenter d’une simple illusion ! Il faut mettre nos élèves dans une situation réelle ! - De toute manière le directeur a déjà donné son aval.- Elle referma son livre et en le gardant avec elle se releva tout en invitant le faux professeur. – Suivez-moi. » Le duo s’enfonça dans les rayons de la bibliothèque jusqu’à une porte de pierre, là l’intendante appliqua sa main droite devant elle pour faire apparaitre neuf cercles de lumières disposé en carré de trois sur trois. Chacun était un sceau magique particulier qu’Ecatarina commença à manipuler, appliquant ses doigts fin tel une pianiste à divers endroit. Le processus dura une bonne minute et ce n’est qu’après que les cercles disparurent et que la porte s’ouvrit. « Attendez-moi là » ordonna-t-elle avant de s’enfoncer dans l’obscurité persistante qu’avait laissé apparaitre la porte. On aurait dit une substance obscure tel une nappe de pétrole qui bloquait le passage mais surtout la vue et interdisait de contemplait les merveilles que renfermé la salle des trésors. Elle ne revint qu’après quelques minutes avec un petit écrin d’ébène qu’elle tendit au maigrichon transformé. Juste au moment où ce dernier allait s’en emparer elle revint sur son geste pour retirer l’écrin au dernier moment. « Attendez. » Elle réajusta sa paire de lunette à nouveau puis regarda de pied en cape le professeur devant elle. Le maigrichon savait pertinemment que l’intendante avait des moyens de vérifier la véritable identité des personnes, secrètement il priait pour que le miroir soit assez puissant pour ne laisser transparaitre la vérité. Il se mit à déglutir puis dans un geste impulsif il arracha l’écrin des mains de l’intendante tout en s’écriant. « Ahaha !!! Maintenant je vais pouvoir voir ce que valent vraiment ses premières années ! Vous viendrez voir ça mademoiselle l’intendante n’est-ce pas ?! » La jeune femme le regarda sévèrement et lui pensa : *Et merde.* Puis à sa grande surprise Ecatarina poussa un long soupir en fermant les yeux et en baissant la tête d’indignation. « Ne provoquez pas d’accident c’est compris ! » Finit-elle par dire en reprenant son chemin et en secouant la tête. Après le départ de l’intendante c’est le maigrichon qui soupira, elle avait dû avoir des doutes mais son dernier numéro lui avait sauvé la vie. Il prit une profonde respiration puis ouvrit de nouveau la boite au miroir, il se concentra, puis dans un murmure prononça : « Emrys Dimitri LUDWIG ». *** Erika et Eva venait tout juste d’atteindre le premier étage lorsqu’une violente secousse fit trembler le bâtiment entier. L’explosion supposait venait probablement de la bibliothèque puisqu’au loin elles virent un nuage de poussière s’étendre. Il était peut-être plus sage de repartir par les escaliers de la tour est, mais elles n’eurent le temps de choisir cette option que, sortant de la chape de fumé, un garçon maigrichon accourait vers elles en criant et bégayant : « D-d-d-d-d-d… - Quoi ?! – s’exclama Erika. » Mais la réponse ne tarda pas à apparaitre comme le nez au milieu du visage. A la poursuite du maigrichon une immense gueule s’extirpa de la fumée. La taille imposante de la créature lui rendait difficile de se mouvoir dans le couloir pourtant très large. La surface de son corps, recouvert d’écailles noires, grattait les murs et parfois les défonçait partiellement tandis qu’il essayait de se déplacer. Cependant la puissant musculature de ce dernier lui permettait de maintenir une certaine distance entre son repas et lui, d'autant plus qu'à présent deux nouveaux mets de choix venait de s'ajouter au menu. « DRAGOOOONNNNN !!! » finit par s’exclamer le maigrichon entre deux souffles. Les deux filles stupéfaites restèrent un moment abasourdis lorsque le maigrichon les dépassa. Eva s’exclama alors en panique : « Tous aux abris !!! »
  15. Un petit pnj supplémentaire : Intendante Ecatarina Wednesfield Age : 34 Taille : 1m68 Poids : 56 kg C'est en quelques sortes la secrétaire du directeur mais sa fonction ne se limite pas à cela. Elle est aussi la comptable de l'académie, à ce titre elle gère le personnel de ce dernier ainsi que le budget des fournitures. Après le directeur elle est sans doute la personne la plus importante dans ces lieux, bien qu'elle ne soit pas particulièrement puissante en terme de magie. Elle est une administratrice formidable et beaucoup voit le duo qu'elle forme avec le directeur indispensable à la bonne marche de l'établissement. Elle s'occupe aussi de la gestion des divers objets magiques mis à la disposition de l'académie. Apparence : Ecatarina est une femme d'une trentaine d'année qui en parait une vingtaine, toujours habillée de façon élégante dans un tailleur bordeaux. Sa longue chevelure rousse comporte deux tresses de part et d'autre de son visage, encadrant son regard vert que l'on distingue à travers des petites lunettes rectangulaires qui lui donne un air sévère. Caractère : Ecatarina éprouve beaucoup d'admiration et d'affection pour Emrys qu'elle considère essentiellement comme un grand frère, même si elle ne lui avouera jamais. Autrement elle agit de manière très droite, toujours à suivre à la lettre les règles et les lois. Elle se montre toujours juste et essaye d'être le plus impartiale possible dans ses décisions mais son attitude introvertie donne souvent l'impression d'une personne froide et sans coeur.