• Bienvenue sur le forum d'Otaku-Attitude !

    Notre Forum est une communauté complètement Baka ou nous partageons sur les mangas, animes, jeux-vidéos, dessins, films, IRL, Japon et tout un tas d'autres sujets !

    Inscrivez vous sur le forum et présentez vous pour que nous puissions en savoir un peu plus sur vous !

blackspoon

Membre
  • Compteur de contenus

    113
  • Donations

    0,00 € 
  • Points

  • Inscription

  • Dernière visite

Mes musiques préférées

À propos de blackspoon

  • Other groups Validé
  • Rang
    Chasseuse de cartes
  • Date de naissance 10/05/1981

Mes informations

  • Sexe
    Masculin
  • Localisation
    test
  • Intérêts
    test

Informations de contact

  • Site web
    test

Visiteurs récents du profil

5 045 visualisations du profil
  1. blackspoon

    [Poèmes] La saga

    At the end Tout le mouvement d'un instant, Quand il n'y a plus de dualité Car plus rien n'est dissocié, Le sujet et l'objet appartenant au même champ. Oui, la contemplation possède ses travers, Fascination pour l'univers, Refuge de l'esprit et du cœur, Où le bien et le mal sont des erreurs. Seule reste la lueur que l'on créer, Appréciant avec émoi Toutes les lanternes autour de soi Comme autant de cœurs embrasés. Le meunier troc alors son moulin à vent Contre un moulin à eau d'hier, Pour s'établir au bord d'une rivière Et retrouver ce bruit si plaisant. Les saisons rythmant les couleurs des berges, L'observation du flux des eaux Reste le meilleur moyen de rompre l'illusion D'une réalité figée et de la distraction, D'un bas et d'un haut, La précieuse flamme de la vie restant le cierge. Reste à accepter les émois de la rivière, Que ce soit un simple filé Ou encore une crue caractérisée, Aucun ne s'inquiète, le meunier comme ses pairs. Ils la connaissent que trop bien, Et savent qu'un débit important Fera tourner la meule comme rarement, Chacun venant alors y moudre son grain.
  2. blackspoon

    [Poèmes] La saga

    Opening Sous la lumière d'une demeure austère, Où flottent encore des idées sans réelle matière, Je le vois à l'instant avancer lentement, Le pas flottant, le regard m'interrogeant, Sans réellement attendre de réponse, Je ne peux l'ignorer plus longtemps à présent. Observant vaguement les pierres que je ponce, Je sens bien que ce qu'il voit le laisse blanc. Lui qui est habitué à draguer le lit de cette vie, En silence et sans une once de colère, L'atmosphère de cette chaumière, Doit lui paraître bien appauvrie. J'ai beau tailler et polir chacune avec ferveur, Sa moue impassible me laisse songeur. C'est flagrant à présent, Aucune pierre ne doit devenir un ornement. À son cou pendent les trophées de la grande guerre, Comme autant de symboles de victoires sans gloire, L'esprit pétri d'un ressenti qui me sidère, Coupe trop grande pour que je puisse y boire. L'expérience même riche peut devenir inutile. Quand l'esprit et le cœur se tournent le dos, L'homme se transforme en chimère, Ne pouvant alors cibler la racine délétère, Quand bien même serait-elle offerte sur un plateau, Ou encore en faisant office de mille. Je sens son ombre surmoi, Chaque élément amené à s'envoler, Semble devoir inexorablement lutter, Pour ne pas retomber dans mes bras. Il reste là, jugeant des objets sans volonté, Croyant pouvoir y déceler La façon dont ils sont regardés. J'ai décidé de l'accepter, Le meilleur moyen de lutter, N'est-il pas de dominer ? À n'en point douté. Qui est l'ennemi, où est-il tapit ? En moi, dans ce que perçoit son esprit ? Même si j'appelle la horde au grand jour, Cela sera-t-il perçu comme de l'honnêteté, Ou comme l'héritage trop encombrant d'une destinée ? Je ne crois pas qu'il faille camper devant la tour. Le respect de la parole est une fondation, Mais le dialogue reste la maison. Nous habillons l'émotion par pudeur, Surtout quand elle a cette couleur.
  3. A priori il doit y avoir un marché pour qu'ils se mettent en tête ce genre de truc. Le gène de la sagesse, là c'est chaud bouillant. Déjà qu'on a du mal à la définir et à la faire vivre alors identifier le gène... Pareil pour l'hospitalité, le bon cœur, l'humour, c'est de l'ordre de l'apprentissage, du vécu. Quoi que, pas sûr. On pourrait imaginer un enfant plutôt liant de base, quid de l'inné et de l'environnement, aimant rire et tout ça mais qui suivrait le chemin inverse par apprentissage. Mouais, en gros impossible d'établir un schéma généralisable. Le débat inné versus acquis est intéressant je trouve seulement pour éclairer les pédagogues et les parents en soulignant continuellement la marge d'acquisition et les données environnementales ayant à la fois un impact et une capacité de modulation. Ce qui est totalement inné, figé, est sans intérêt je trouve si ce n'est dans l'établissement des frontières avec la marge d'acquisition. La génétique je trouve ça ennuyeux, pour la culture G. OK, mais bon, à moins d'être un passif nihiliste et fataliste ayant besoin de se maintenir dans cette position ou d'être généticien, je ne trouve pas ça passionnant. D'ailleurs la génétique sert grosso-modo à deux choses du peu que je sais. Soit à dépister, avec des parents souhaitant être informés très tôt d'une malformation, une trisomie ou autre montagne immuable, pour pouvoir éventuellement mettre un terme à la grossesse dans la limite légale (oui, c'est précisément de l'eugénisme, de la sélection pas naturelle) pour d'obscures histoires de narcissisme, d'exigences héritées d'une mentalité de consommation : "c'est quoi ce bordel, mon gosse à un défaut ?! C'est scandaleux, remboursé ! Ou alors vous faites un reset et on fait un nouveau run" ou encore car ils ne s'en sentent pas la force. En même temps je me vois mal aller contre ça, vous imaginez la vie du gosse si on oblige les parents à le garder ? J'espère alors pour lui que ses perceptions seront assez diminuées ou que sa conscience ne lui permettra pas de ressentir ce qui ce trame... Sinon c'est pour la recherche, la compréhension, l'information et en espérant un accompagnement ensuite. Mouais, une fois que la personne est informée, ça change pas grand chose en générale, sauf peut être dans certains cas : "ah d'accord, c'est une forme rare de trisomie, bon, ça explique tout, je vais arrêter de le frapper quand il fait tombé des trucs alors".
  4. J'aime bien l'emploi du terme "réactionnaire" pour ce sujet, ça traduit bien pour moi une réaction défensive et régressive face à l'adversité. Ho oui le printemps, que de nouvelles pousses apparaissent pour changer le paysage.
  5. Vi Sniper, tout à fait dans le ton avec des moyens et une implication encore plus poussés, C'est précisément la dérive type de l'esprit scientifique qui a oublié que la science est une méthode et pas l'objectif. On tend à créer des moyens objectifs pour construire une connaissance mais le scientifique pur et dur qui en vient à séquestrer sa subjectivité, sa réalité personnelle par ignorance, en croyant devoir l'écraser, a juste oublier que ce n'est qu'un outil créer pour prendre de la distance. Toutes ces questions de bioéthique, d'eugénisme sont empruntes de ce que j'appel la crise d'adolescence des scientifiques, créant leur propre religion, leur dogme, où l'étroitesse de leur vision sur le vivant et la vie donne logiquement ce genre de chose, où transpire toutes leurs problématiques de conquête de la vie, de reconnaissance, de pouvoir. On en est tous dotés, la différence tient juste au fait que pour nous l'expression de ces problématiques, de ses besoins, ne va pas impacter (du moins c'est à souhaiter) la vie d'autrui et leur imposer notre vue basse. Dans une société laïque où il n'y a pas d'éducation spirituelle et où l'on est libre de ne pas penser, le crédit et le sérieux accordé à la science peut faire office de doctrine, de modèle de pensée sur l'homme, le vivant, se cantonnant à ce qui est observable et quantifiable selon une méthode scientifique, tentant de maîtriser la matière, la vie non pour comprendre et orienter mais pour disposer d'un pouvoir. La science n'est pas athéorique, pour elle la vie n'est qu'une question de hasard, avec des probabilités tellement minces quand on fait la somme des facteurs et circonstances devant être réunis pour permettre l’existence de chaque phénomène dans cette réalité, qu'en déduire personnellement que cela n'a pas de sens revient à penser : " des choses m'échappent, c'est impensable, intolérable, car la science est ce qui se fait de mieux, donc si elle ne peut le démontrer c'est qu'il n'y a rien". Il faut être plus qu’obtus et orgueilleux pour qu'un homme, une femme de connaissance, puisse décemment tenir un tel discours. Se mentir à soi même passe, mais quand on prétend incarner la connaissance ce genre d'arrangements personnels où l'on occulte le doute et la réalité de notre ignorance est juste méprisable en raison de l'influence, de la visibilité. Il n'y a pas d’honnêteté intellectuelle, juste un jeune homme, une jeune femme qui s'affirme et découvre le monde en rejetant la culture et l'expérience. Quand on a pas accès à l'esprit il est tout à fait naturel de reporter ces besoins sur ce qui est à notre portée, sur ce que l'on peut observer. Au lieu de monter des protocoles et des outils permettant une large stimulation des esprits à partir des champs d'étude de la psychologie cognitive et différentielle, il préfèrent s'orienter vers le génome et la perspective d'avoir le pouvoir de monter le skill "intelligence" en appuyant sur des boutons et en manipulant le vivant. Bien sûr la recherche n'est pas mauvaise en soi, bien sûr nombres de développements utiles seraient possibles, comme le souligne Kermir le fond du problème c'est l'éthique. L'éthique sous le couvert idéologique de la science ne ressemble à rien car précisément elle n'a aucune idée sur ce qu'est la vie et ce que pourrait être sa valeur, pour elle tout ceci est le fruit du hasard car elle ne veut pas reconnaître son ignorance. Ensuite viennent les religieux, avec des idées très arrêtées sur chaque chose et une rigidité somme toute assez exaspérante quand la personne ne fait que réciter un texte : pour le partage et le travail en commun il y a mieux. Pour moi les questions d'éthique, d'éducation spirituelle doivent passer par une traduction universelle des principes des différentes religions pour que la connaissance et la sagesse existent dans les républiques laïques. Ce qui est tout à fait possible dans une certaine mesure car toutes s'expriment dans la même réalité et avec l'homme comme support. Restera alors la question de l'autorité, du pouvoir de cette instance, pour prendre l'ascendant sur toute autre logique incompatible avec le respect du vivant, limitant son exploitation à la règle du consentement éclairé, sans récompenses et en évitant sa privatisation. V'là le chantier. Des luttes de pouvoir en perspective bien relevées...
  6. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Si cette attente porte sur le contenu social, sur la composante émotionnelle de ses interactions et de la vie en société, considérant que les rapports humains ne sont pas moins conflictuels que par le passé, nous pouvons développer l'hypothèse que l'homme, la femme moderne ne trouvent pas dans leur vie personnelle et intérieure les ressources leur permettant de ne pas être affectés par les efforts que réclament leurs activités. Quand tout va bien à la maison, ce refuge peut nous permettre d'affronter monts et marées, sans sourcilier. Par le passé nous étions matériellement moins riches, aujourd'hui nous sommes humainement plus pauvres. La faute à qui ? La nôtre, ce n'est pas parce que nous faisons des choix en méconnaissance de cause que cela nous dispensera pour autant d'avoir à en assumer les conséquences. Remémorons-nous la structure des écuries de nos prédécesseurs. Beaucoup portaient le blason des grandes religions par obligation. Le bureau d'étude et les fonctions d'orientation y étaient alors sous-traités. pour caricaturer le principal avantage était la sécurité au détriment de la liberté et dorénavant nous avons à tolérer une sécurité moindre pour jouir d'une liberté plus grande. La question existentielle est si essentielle, qu'un important trouble à son endroit a des répercussions considérables. Il ne s'agit pas de soutenir un point de vu rétrograde et conservateur prônant un retour à un model antérieur. Pour rien au monde, il s'agit plutôt de comprendre la nécessité de théoriser suffisamment pour esquisser les contours de connaissances sur notre fonctionnement nous permettant d'évoluer vers un modèle riche et adapté. Nous n'avons pas vraiment le choix, l'homme, la femme moderne en revendiquant sa pensée et son autonomie se trouve dorénavant dans la nécessité d'avoir son propre bureau d'étude et d'orientation. Ceci constitue l'aboutissement de l'individualisme en tant que modèle développemental humain naturel. De même, si certains sont restés attachés à une pensée religieuse, il est toujours bon d'actualiser notre position vis-à-vis d'elle, notamment à travers la façon dont elle vie en nous et la qualité des développements initiés par cette pensée.
  7. blackspoon

    Musique du moment 3

    Un titre qui a une valeur toute particulière à mes yeux aujourd'hui.
  8. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Contre le manque de moyens, le feu de professeurs exigeants, de parents trop occupés à être malheureux, « Tu ne compteras que sur toi et valorisant des partenaires avec qui le quotidien est passionnant ». Accumulant les expériences désagréables, les coups et saisissant le plaisir que leur procure certains produits, intervenons pour qu'ils puissent s'arrêter un instant pour observer la situation, pour ensuite s'orienter. La vie est une forêt dans laquelle on peut se perdre, à n'en point douter, il suffit de contempler les vastes plaines où raisonne la fureur et les pleurs. On ne décide que pour soi. Les situations sont si diverses, les souffrances innombrables. Qu'est-ce qui est gratuit et pouvant représenter un moyen de s'affranchir de la plupart des enfers ? Le rêve, l'imagination, la connaissance, l'esprit. On trouve du réconfort où l'on peut. Si l'abandon des causes de notre souffrance suppose au préalable de pouvoir les identifiées, la réflexion et la connaissance peuvent en être les clefs, mais cela ne sera pas suffisant. Le sentiment, à son cœur défendant, résonne parfois là où l'on ne l'attendait pas. Si la vie contient des mystères, se rapprocher de celui de notre condition peut devenir une réelle passion, où l'écho de notre voix résonnera dans chaque dimension humaine que nous investirons. Le problème de l'homme moderne ne réside pas tant dans les troubles occasionnés par son environnement, mais plus fortement dans son affaiblissement moral. L'homme occidental moderne ne connaît pas la guerre et a accès aux denrées alimentaires. Bien évidemment son écurie, pour tirer son épingle du jeu, doit avoir conçu un véhicule relativement performant pour satisfaire aux attentes des différentes compétitions le faisant vivre. L'évolution humaine ne présente pas toujours les attributs souhaités et l'orientation appelée de nos souhaits, mais elle est. Le monde actuel est plus exigeant pour ses ressortissants qu'il y a cinquante ans. Si dans cette évolution l'homme remet en cause le fait qu'elle puisse représenter une avancée, c'est qu'il attend autre chose, le tout étant de pouvoir le formuler.
  9. blackspoon

    [Divers] Volonté

    C'est un aspect crucial du développement humain. Il s'agit donc bien d'une course où le classement et la situation par rapport aux autres est sans intérêt. Nous pouvons toujours suivre un groupe quelque temps. Quand bien même nous considérons appartenir à une maison, à un groupe, ayant un plan d'orientation humain nous satisfaisant pleinement, nous n'atteindrons la ligne d'arrivée que grâce aux qualités de notre propre bureau d'étude et de développement. Nous devons pouvoir orienter, rectifier notre trajectoire, à défaut nous devenons dépendants du jugement et des erreurs d'autrui. De plus, on ne pourra pas leur reprocher le résultat car nous nous sommes dérober à notre propre responsabilité. La qualité de nos références compte autant que la gestion de notre distance vis-à-vis d'elles. Il s'agit de ne pas se leurrer : imaginer un chemin, n'a rien à voir avec le fait de l'éprouver, d'assumer notre orientation sur ce dernier. Notre avancement dépend donc totalement de notre capacité à concrétiser nos choix, à les assumer, de notre capacité à opérationnaliser nos connaissances. Si la plupart des hommes et des femmes ont faits l'expérience de joies et de souffrances, de malheurs, très peu d'entre nous s'amuseront à utiliser ces données pour en déduire des connaissances fondamentales sur leur condition et ainsi améliorer leurs capacités d'orientation en enrichissant leur univers mental de connaissances essentielles. Notre système de valeurs et nos représentations sur le monde, sur l'homme et notre personne, déterminent alors notre orientation une fois qu'elles sont appliquées. La façon dont nous considérons nos pairs exprime la maturité de nos représentations et notre capacité à adopter une perspective globale de l'humanité. Si rien n'est idéalisé et relativement conforme aux turpitudes que tout à chacun éprouve plus ou moins, il n'en demeure pas moins que leur vie intérieure ne peut être observée. Prendre le temps de comprendre et d'observer nos semblables dans leurs ressemblances et leurs différences n'a de réel intérêt que dans une approche différentielle ayant pour objectif d'identifier des qualités précieuses. La comparaison sociale est une activité stérile à laquelle nous nous adonnons en raison d'une incapacité à nous définir. D'ailleurs, si notre histoire et nos pensées concourent généralement à nous définir, la variable temps nous détournent lentement de ce genre de considérations existentielles, étant trop occupés à intégrer de nouvelles conceptions et à les faire vivres. Tout vague à l'âme sur notre identité sociale résulte de difficultés à nous appuyer sur nos représentations pour nous orienter. Parce que l'on pense ne pas avoir ce qu'il faut pour exister ? Nous laissons aux autres la responsabilité de nous dire ce que nous valons, en fonction de critères totalement arbitraires. La volonté est le bras armé de notre devenir et nos connaissances du monde, de l'homme, conditionnent son assouvissement. Bien entendu il y a des limites, des lois. Celui qui tente de les bravés est mue par une volonté de puissance remarquable ou par une profonde bêtise. Si nous comprenons le bonheur pouvant résider dans l'accomplissement d'une entreprise que nous considérons comme ardue, c'est que nous apprécions notre propre capacité à explorer nos limites et notre humanité. Que nous ayons ou non hérité de représentations sur la finalité de cette existence, notre vie dépendra de l'avancée de nos recherches et du fruit de notre exploration. Nous n'avons même pas idée des trésors de l'esprit et de l'âme humaine. Nous nous cantonnons à ce que nous pouvons observer en bas de chez soi ou autour de nous. Forcément, ceci limite le champ des possibles et nous attache à des dimensions pouvant être lisses ou totalement délabrées, mais en aucune façon nous ne pouvons raisonnablement en tirer des représentations riches et fidèles sur ce que représente le potentiel humain. Nous remarquons que certains ont développés un talent particulier par leur assiduité et que d'autres se battent avec une réalité où tout est pénible, se levant chaque matin le couteau entre les dents. Si l'on se rapproche un peu, on peut se dire que la naissance fait tout. Nous aurions traversé d'autres épreuves et grandi dans un autre environnement que celui qui fût le nôtre, nous serions vraisemblablement différents. Certains enfants ont hâte de grandir, d'avoir le pouvoir de construire un quotidien meilleur quand l'amertume n'a pas tout saccagé, réduisant leur volonté à néant. Résister à son environnement : autant déclarer la guerre au vent. Les ressources que cela suppose, l'ampleur et la nature des défenses suggérées, confinent l'homme au statut de résistant, prenant les armes dés sept ans. Contre qui, contre quoi ? Tout et rien à la fois.
  10. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Lorsque l'individu est dépossédé de son destin par la force d'une volonté collective, ou que la culture tend à substituer les intérêts communs à des intérêts individuels, les conflits qui s'annoncent sont alors l'expression de l'absence dans cette société d'une approche fondamentale de la condition humaine, le résultat d'une segmentation idéologique. La connaissance y est instrumentalisée pour servir certains intérêts, les idées y sont manipulées par certains pour défendre une maison, un état, une identité. Tout processus identitaire se construisant dans l'opposition à l'autre, sans possibles perspectives fondamentales sur la condition humaine, engendre les pires horreurs. Etant donné que le respect de chaque société implique un devoir de réserve, le fruit de nos recherches n'a à s'appliquer qu'à notre propre domaine, le prosélytisme représentant la branche perverse de la communication des connaissances. Bien sûr le climat concurrentiel que nous connaissons implique la performance, mais lorsque certains envisagent de freiner les autres, le pragmatisme et la lucidité nous commande de reconnaître que ceci traduit surtout le fait que les développements sont insuffisants. Dans son expression la puissance pure se suffit à elle-même et n'a que faire de la concurrence, car elle est sous-tendue par une logique fondamentale. Une maison, une écurie, qui définit son identité seulement à travers son opposition aux autres, le fait par adaptation. Le fait de considérer que le voyage n'a pas de finalité traduit simplement le fait que notre bureau d'étude est désert, qu'il n'a pas de quoi travailler ou encore que nous venons de réaliser que le fait d'être devant les autres n'a aucun sens si nous n'avons pas d'idée sur la localisation de la ligne d'arrivée. Nous pouvons aussi faire l'expérience de ce ressenti si nous appartenons à une maison qui stagne, par défaut de bureaux d'opérationnalisation de la connaissance, en l'absence d'une ergonomie adaptée aux personnes qui en auront l'utilité. Le réalisme implique de reconnaître qu'une connaissance n'existe que pour celui qui l'a conquise.
  11. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Bien évidemment, certains de ces circuits sont isolés, s'étant parfois transformés en îles, en sociétés auto-suffisantes dont l'accès est réglementé. Le prix d'entrée peut être assez élevé et nos perspectives de pouvoir les quitter dépendent de nos ressources et de notre capacité à exercer nos qualités sur un autre terrain. Cette fameuse employabilité, nerf d'une guerre où notre devenir est dépendant de notre admission sur des circuits possédant leurs propres codes, leurs propres valeurs. Le réalisme voudrait que nous étudions à priori la culture à l'œuvre pour augmenter la qualité de notre présentation et de notre communication lors de notre introduction. L'autodidacte n'a pas vraiment le choix, lorsqu'il n'est rattaché à aucun milieu précis, il contracte le devoir de travailler son relationnel pour percer. Dans cet exercice singulier il n'y a pas réellement de règle, si ce n'est celle de prendre le temps de comprendre et de ne pas s'arrêter aux remous de surface que nous pouvons percevoir ou que certains provoquent dans leur propre tentative d'exister à travers un système de références comportementales et idéologiques. Tout modèle de société, d'entreprise ou de groupes, possède le même dénominateur commun, l'homme. Pour des raisons évidentes d'opérationnalisation des connaissances sur des modèles aussi divers, il est préférable d'approfondir nos connaissances de ce dénominateur, de cette base nous permettant le développement de connaissances fondamentales pouvant ensuite se décliner avec les spécificités culturelles locales, les croyances et la politique développementale y étant appliquées. Ces connaissances fondamentales demeurent relativement inaccessibles car elles s'expriment à travers des formes culturelles diverses. L'apprentissage de la condition humaine constitue alors le socle sur lequel chaque peuple, chaque homme, chaque femme voit la culture se développer et exprimer plus ou moins précisément les caractéristiques d'une condition où la connaissance pour exister doit être individuellement appréhendée en fonction de la singularité de chacun, si le cadre idéologique considère que l'individu existe. La richesse de cette société sera donc proportionnelle à la largeur de l'idéologie tendant à modéliser tous les tenants de la condition humaine, permettant à chacun d'exprimer et de développer des aboutissants en accord avec leur histoire et leurs particularités. L'intégration au sein d'une société est donc partiellement conditionnée au résultat du rapprochement de modèles idéologiques humains plus ou moins différents, l'un pouvant mettre l'accent sur un aspect de la condition humaine, l'autre pouvant se trouver à l'exact opposé. Un ressortissant d'une culture individualiste où chaque personne doit personnellement intégrer une quantité importante de connaissances et de comportements pour pouvoir être autonome, aura quelques difficultés à s'épanouir dans un modèle où l'individu n'existe qu'à travers sa contribution et son appartenance à une entité plus grande. Deux cultures différentes s'exprimant à travers la même condition humaine. Partant du principe que le socle est commun, la différence de ces deux cultures tient simplement à une spécialisation, mettant l'accent sur certaines réalités étant pourtant communes aux ressortissants des deux cultures, l'idéologie y proposant simplement une perspective différente sur l'humanité. L'individualisme et le collectivisme représentent deux approches permettant des applications et des développements différents. Si l'individualiste n'a pas la capacité d'appréhender le collectif en raison de son idéologie et si le collectiviste ne peut reconnaître l'existence des particularités de chacun, l'un et l'autre, de par leur spécialisation, oblitèrent certains aspects d'une même réalité. L'étude fondamentale de la condition humaine, intégrant toutes les perspectives possibles, facilite donc la compréhension et l'intégration à un modèle de société. Etant donné que de telles études peuvent représentées l'œuvre d'une vie, l'application la plus utile pouvant en être tirée demeure dans la capacité partielle de chacun à se situer sur ce continuum opposant ces deux perspectives et à évoluer dans ces deux modèles. La flexibilité et l'amplitude de notre focus attentionnel détermine alors notre réussite dans cet exercice, passant du général au particulier, sans segmenter la réalité. Bien évidemment c'est la segmentation qui déterminent chaque culture, la compréhension que nous en avons est donc déterminée par notre capacité à les identifier, à en déterminer les frontières. Chacun s'acclimate des particularités de l'orientation de la société où il est né, et s'il aspire à développer une expérience plus fondamentale, plus poussée de la condition humaine, il doit pouvoir la dépassée, sans nécessairement la quittée. De ce dernier point dépendra alors l'accessibilité de la connaissance au sein de cette société. Si la connaissance était accessible de la même manière pour toute l'humanité, les spécificités et les particularités culturelles ne représenteraient pas une segmentation à l'origine de conflits. Donc c'est bien la connaissance fondamentale de la condition humaine et la place lui étant dévolue dans une société qui détermine la richesse humaine de cette dernière. Elle permet le développement des spécificités de chacun et la propension de chaque individu à accéder à une perspective intégrée de son appartenance, de sa place dans une réalité englobant toutes les individualités. Cette tâche appartient à notre bureau d'étude et de recherche, sachant que les retombés des avancées acquises dans ce domaine sont nombreuses et fondamentales dans nos processus de localisation et d'orientation.
  12. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Nous n'avons d'autres choix que de lancer un programme de recherche suffisamment large pour n'exclure aucune connaissance pouvant de prêt ou de loin nous permettre de dresser la topographie du terrain et déterminer plus ou moins précisément notre position. On n'a pas toujours le temps de tout faire par nous même, les impératifs de la course sont tels, que dans l'urgence il est préférable, au préalable au lancement de tout programme de recherches fondamentales et originales, de se tourner vers les connaissances pertinentes et étant de plus en libre accès. C'est à ce moment que nous égrainerons les textes où nos prédécesseurs se sont échinés à explorer cette problématique d'orientation. Nous pourrons toujours trouver des indications plus ou moins utiles, plus ou moins d'actualité, à condition d'effectuer une transposition, une interprétation propre à isoler la partie sémantique n'étant que peut conditionnée à l'époque ou à l'environnement. Dans cette visée, nous pouvons clairement nous concentrer sur les techniques de localisation, car à priori la topographie de l'environnement change. Les règlement évoluent, les matériaux sont devenus plus chers que par le passé et le trafic ainsi que le rythme ont sérieusement augmentés. Le temps pouvant être imparti à la recherche se rétréci comme une peau de chagrin. Si nous voulons pouvoir nous dégager suffisamment d'espace pour approfondir ces recherches, nous avons l'obligation de calmer le jeu ou d'accélérer pour quitter un temps le feu du peloton. Bien évidemment n'accélère pas qui veut, mais qui peut. Sans rire, peut importe notre allure si l'on ne sait pas où l'on va... Si c'est seulement pour jouir du fait d'avoir doublé deux ou trois véhicules et sentir, entendre le moteur vivre, ça va un moment, puis vient le temps des considérations logistiques et économiques. Il est préférable d'économiser le moteur et de le faire parler au moment déterminant, pas quand l'envie nous en prend. Alors comme ça on est des chats sauvages ? Des bêtes furieuses dont les narines expirent une écume âcre et chargée d'adrénaline ? Ho le beau moteur, sympa. Sinon, on va de quel côté ? Je ne sais pas, on a qu'à suivre un temps le mouvement et l'on avisera. Ceci suppose donc de rejoindre le peloton où notre attention sera totalement accaparée par les distances de sécurité et par la lecture, l'anticipation des mouvements des véhicules. C'est fascinant comme la vigueur de l'allure de certains laisserait à penser qu'ils savent secrètement où aller. Il s'agit peut-être de têtes brûlées. Passons, leur malédiction est bien triste quand on imagine comment cela pourrait se finir pour eux et pour les personnes qu'ils ont embarqué. D'ailleurs le drame réside plutôt dans la situation des pauvres âmes ayant choisi ce véhicule en méconnaissance de cause ou par dépit. Remarquez, quand le véhicule fait une grosse consommation de carburant, vous n'avez pas vraiment le choix, vous avancez à marche forcée. Empruntant ce que vous pouvez pour ne pas tomber en panne sèche, la gestion des ressources peut réellement devenir une problématique rêche. Aux vues du prix du carburant dans les prochains temps nous allons raisonnablement devoir gérer ce sujet. On roulera efficace, accélérant de temps en temps quand nous penserons être dans la bonne direction. On peut toujours solliciter le bureau d'études pour optimiser notre consommation, adoptant une méthode, une approche de la route plus douce, pour ménager les pneumatiques et même en adopter certains réduisant la consommation d'énergie. C'est flagrant, la recherche occupe une place déterminante dans le développement d'un véhicule parfaitement adapté aux contraintes du terrain pratiqué. La cohérence de la communication et du travail des différentes sections avec le cap et la politique de l'écurie est fondamentale. On sait que le pilote a tendance à toujours rouler trop vite, faisant peser sur les autres la responsabilité d'assumer les conséquences de son manque de contrôle. Pour cette seule raison, toute l'écurie peut se trouvée en difficulté du fait de la très haute interdépendance entre les secteurs dont elle est composée. La conduite agressive et incisive du pilote est peut-être déterminante pour se faufiler dans le peloton et s'en écarter, mais cela a une influence non négligeable sur l'usure des pneumatiques, des suspensions et sur le travail du châssis. Si la technologie et la recherche permettent des avancées significatives dans la gestion des ressources psychiques, émotionnelles et motivationnelles, les problèmes de gestion courante augmentent proportionnellement à notre allure et au trafic, les problématiques d'usure de certaines fonctions pouvant devenir primordiales. Par souci de longévité, de fiabilité et en raison de notre lucidité sur les forces et les faiblesses de notre écurie ainsi que de notre maison, il est parfois préférable de choisir des chemins relativement balisés et fréquentés, ceci constituant l'assurance de pouvoir demander de l'aide en cas de coups durs et de ne pas dépenser une énergie folle en spéculations d'orientation. Cela peut-être temporaire, ou pas. Tout dépend du pragmatisme de notre politique, de ses objectifs et de nos ressources. Une chose reste certaine : celui n'appartenant à aucune maison et dont le champ culturel humain n'a pas été creuser plus que ça, doit tout créer lui même. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Etant donné qu'il n'a hérité d'aucun support, ou de quelques brides ou rudiments en termes d'orientation et de gestion des ressources, ses développements seront réalisés sur mesure, par sa main. D'ailleurs ce n'est pas une fatalité, il est toujours possible d'étudier à condition de le faire pour de bonnes raisons. Ce qui implique, pour des raisons d'efficience et de temps, de s'y engagé totalement pour avoir une chance d'assimiler, de s'approprier des connaissances ayant été institutionnalisées et dont la mise en application n'est pas toujours aisée. Les bureaux d'études devront travailler à plein régime pour rendre l'opérationnalisation des connaissances possible. Notre réussite dans cette entreprise est attachée à la connaissance de notre écurie, de son fonctionnement et de la dialectique de la maison, de sa politique, de ses tendances. Quand on fait tout soit même, bien sûr le rythme est moins effréné. Et encore, certains peuvent s'enticher de certaines compétitions sur des circuits relativement isolés, par amour du sport, pour l'entrainement et les développements qu'elles permettent. Pour tester les réglages et avancer dans le développement des différentes fonctions que nous assumons, il faut de la pratique, de l'entraînement. Ces circuits isolés représentent des terrains idéaux pour le développement de nos projets. Certains circuits sont connus pour les qualités qu'ils appellent. Par exemple les travaux manuels permettent de développer une attention soutenue, un savoir faire, une gestion et une progression de notre force de travail, une capacité à modéliser, à penser en trois dimensions et une propension à aiguiser notre vision. Des aptitudes précieuses. Toutefois en se spécialisant on devient forcément dépendant des connaissances et des aptitudes qui nous échappent, d'où l'intérêt pour les autodidactes de ne négliger aucune perspective en marge de ce circuit.
  13. Non Ji-Aizen, le vouvoiement et les excuses c'est inutile, moi j'ai que ça à faire. "Trop léger" est une belle ironie quand je pense au contenu.
  14. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Il est sérieusement raisonnable de ne pas considérer ce que l'on nous propose, les trucs qui valent le coût ne sont jamais proposés comme ça.
  15. blackspoon

    [Divers] Volonté

    Mooouuaaaiiissss, beaucoup de sujets semblent se superposer dans ce paragraphe. Allons y. Je vais peut-être me planter dans l'interprétation, mais tu corrigeras. Bien d'accord, tout comme précédemment il n'est jamais question de tout dire. On se comporte différemment selon la personne quand on s'adapte à l'autre, reste à savoir la représentation que l'on a et qui dicte à ce moment notre comportement, mais il est aussi possible d'avoir le même comportement avec tous. Pour ce qui d'un contenu assujetti à une règle ou une motivation que l'un des deux ignore, j'imagine que la véracité n'est pas remise en cause pour certains et pour d'autres oui, je ne vois pas là une règle généralisable. Dans la réalité je ne m'embête pas avec ces considérations car j'ai bien des moyens d'apprécier tout cela. Mais je t'en prie, remets en question. Si je devait préciser ce que représente pour moi le monde de l'esprit dans ce poste, cela correspondrait de manière incomplète à l'imaginaire, au royaume des rêves où notre corps et les histoires que l'on y vie peuvent êtres inspirées de la réalité mais aussi totalement étrangers à cette dernière. Les lois de physique peuvent ne pas exister par exemple. Pour le reste je suis bien d'accord, il y a un malentendu, jamais je ne nierai l'impact de la pensée sur nos vie, j'y consacre la mienne :)